Jean-Michel Charpentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Michel Charpentier, né le à Saint-Jean-de-Thouars et mort le à Olonne-sur-Mer, est un linguiste français, spécialisé dans les langues du Pacifique et dans les créoles. De 1976 à 2011, il était chargé de recherches au LACITO-CNRS[1].

Recherches[modifier | modifier le code]

Vanuatu[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Charpentier a commencé ses recherches dans l’archipel des Nouvelles-Hébrides, qui allaient devenir le Vanuatu en 1980[2].

Il porte d'abord son attention sur les langues océaniennes du sud de l'île de Malekula. Après avoir publié une grammaire du port-sandwich[3], il s'est ensuite consacré à un imposant atlas linguistique couvrant une région particulièrement multilingue: l’Atlas linguistique du Sud-Malekula (1982).

Pidgins et créoles[modifier | modifier le code]

En parallèle, Charpentier avait acquis une expertise dans le créole bichelamar (ou bislama), la langue véhiculaire de la jeune république du Vanuatu. Il figura parmi les premiers linguistes à y consacrer des travaux scientifiques[4].

Charpentier allait alors consacrer une bonne partie de ses recherches sur les pidgins et les créoles – non seulement les créoles du Pacifique[5], mais également le créole portugais de Macau[2]. Au fil de ces recherches sur les créoles, Charpentier retrouvait parfois des liens avec les dialectes poitevins de sa région natale[6],[2].

Polynésie française[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Charpentier consacre les années 2004-2014 à l'exploration des langues polynésiennes parlées en Polynésie française. Avec le soutien de l'Université de la Polynésie française, il effectue de nombreux séjours de terrain à travers les différents archipels[2],[7].

Les données qu'il recueille alors vont servir à un nouvel atlas linguistique, qu'il coécrit avec le linguiste Alexandre François: l’Atlas linguistique de Polynésie française. Paru en 2015 – soit un an après son décès – cet ouvrage de 2566 pages, publié en libre accès, révèle la diversité linguistique méconnue de ce territoire polynésien : le tahitien, l'austral, le ra’ivavae, le rapa, le mangarévien, le pa’umotu et le marquisien.

Publications choisies[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Charpentier, La langue de Port-Sandwich (Nouvelles-Hébrides) : introduction phonologique et grammaire, Paris, Langues et Civilisations à Tradition Orale, coll. « SELAF », 1979a, 208 p. (ISBN 978-2-85297-056-4, lire en ligne)
  • Jean-Michel Charpentier, Le Pidgin bislama(n) et le multilinguisme aux Nouvelles-Hébrides, Paris, Langues et Civilisations à Tradition Orale, coll. « SELAF », 1979b, 416 p. (ISBN 978-2-85297-056-4)
  • Jean-Michel Charpentier, Atlas linguistique du Sud-Malekula — Linguistic Atlas of South Malekula (Vanuatu), Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, , 1897 p.
  • Jean-Michel Charpentier, « Le substrat poitevin et les variantes régionales acadiennes actuelles », dans Claude Poirier et al., Langue, espace, société : Les variétés du français en Amérique du Nord, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, , p. 41–67.
  • Jean-Michel Charpentier et Alexandre François, Atlas Linguistique de Polynésie Française — Linguistic Atlas of French Polynesia, Berlin/Papeete, De Gruyter/U.P.F., , 2562 p. (ISBN 978-3-11-026035-9, lire en ligne)
  • Alexandre François et Éric Conte, « Hommage à Jean-Michel Charpentier », dans Jean-Michel Charpentier (†) & Alexandre François, Atlas Linguistique de Polynésie Française — Linguistic Atlas of French Polynesia, Berlin/Papeete, De Gruyter/U.P.F., (lire en ligne), p. 7-10
  • (en) Darrell Tryon et Jean-Michel Charpentier, Pacific Pidgins and Creoles : Origins, Growth and Development, Berlin/New York, De Gruyter, , xix + 559 pp. p. (ISBN 3-11-016998-3, lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page professionnelle (site du LACITO-CNRS).
  2. a b c et d Voir l'hommage rendu à Charpentier par François & Conte (2015).
  3. Charpentier (1979a).
  4. Charpentier (1979b).
  5. Tryon & Charpentier (2004).
  6. Charpentier (1994).
  7. Contribution de Jean-Michel Charpentier à l’Atlas linguistique de Polynésie française (site de son coauteur Alexandre François).

Liens externes[modifier | modifier le code]