Jean-Michel Bazire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Bazire.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jean-Michel Bazire
Jean-Michel BAZIRE.JPG

Hippodrome de Vincennes 2005.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (45 ans)
Nationalité
« JMB » au sulky d'Improve As en 2008 à Cagnes-sur-Mer.

Jean-Michel Bazire, né au Mans le 16 avril 1971, est une personnalité du monde des courses hippiques. Il est entraîneur, driver de trot attelé et jockey au trot monté.

Carrière[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de professionnels des courses hippiques, il est issu d'une famille passionnée par les chevaux de course. Son père Michel, désormais décédé, et son oncle Christian sont eux-mêmes entraîneurs.

Jean-Michel Bazire débute à 9 ans au sulky. Il part ensuite étudier à l'école de lad-jockey de Graignes puis dans la famille Dreux (où il côtoie notamment André Dreux et Yves Dreux).

Il remporte sa première course le 24 août 1987 avec Quelasio, sur l'hippodrome de Vincennes. Il faut cependant attendre le 10 avril 1990 pour le voir passer professionnel, à la suite d'une victoire avec Ulysse du Vicomte, un cheval de son oncle. Il apprend patiemment le métier et reste dans l'ombre des grands drivers de l'époque comme Jos Verbeeck.

En 1997, il termine premier au classement du combiné (driver de trot attelé et jockey de trot monté).

Course 2007 sur l'hippodrome de Jullouville.

C'est le début de la gloire pour celui que les turfistes surnomment « JMB ». Il accumule les victoires et les distinctions. Ainsi, de 2000 à 2015, aucun Sulky d'or ne lui a échappé.

Parmi ses victoires les plus prestigieuses, il y a notamment trois Prix d’Amérique, le premier avec Moni Maker en 1999, le second pour son entraînement avec Kesaco Phedo, le 25 janvier 2004 et enfin le troisième avec Up And Quick le 25 janvier 2015 pour l'entraînement de Franck Leblanc. Il ne remportera jamais le Prix de Cornulier puisque distancé de la première place après enquête avec Iouky du Pré en 2002, il a définitivement arrêté de monter en compétition.

Le 2 février 2004, il rentre dans le livre des records en devenant le plus jeune driver à dépasser les deux mille victoires en France. Il vit et travaille au centre d'entraînement de Grosbois, avec son père Michel.

Le 19 mai 2007, il remporte sa 3 000e victoire, associé à Qualicia Lotoise, sur l'hippodrome de Jullouville (département de la Manche) qui a pour particularité d'être dessiné une fois par an sur la plage à marée basse.

Le 27 mai 2010, il remporte sa 4 000e victoire sur l'hippodrome de Pontchateau, en Loire-Atlantique, ce qui fait mille victoires tous les trois ans depuis 2004.

Quelques semaines plus tard, le dimanche 27 mai 2007, il s'adjuge l'Elitloppet, la plus grande course de trot suédoise, avec L'Amiral Mauzun. Poursuivant son périple dans le nord de l'Europe, il remporte la Copenhague Cup avec Kool du Caux à la mi-juin. De retour en France, il gagne à nouveau le Prix René Ballière, toujours associé à Kool du Caux. Après différentes victoires au début de l'été, il se distingue une nouvelle fois en Suède, en s'adjugeant l'Hugo Åbergs Memorial, avec Oiseau de Feux.

En septembre, il remporte avec Ozio Royal l'une des rares courses qui manquait jusque-là à son palmarès, le Critérium des 5 ans.

Le 15 juillet 2012, il est victime d'un accident vasculaire cérébral durant une course à Enghien au sulky de Qoumba de Guez, la jument de la famille Guézille. Il reprend la compétition à Meslay-du-Maine le 20 octobre 2012. Son travail de récupération sera gratifié rapidement puisqu' il gagnera le premier groupe d'ouverture du meeting de Vincennes, le Prix des Cévènes, avec la même jument.

Le 1er janvier 2014, il est de nouveau victime d'un malaise dans les écuries de l'hippodrome de Vincennes alors qu'il allait driver Abydos du Vivier.

Il reste Sulky d'or en 2012 avec trois mois d’interruption, et remporte l'édition 2013.

Il dépasse les 5 000 victoires en avril 2014 sur l'hippodrome du Mans[1], sur ses terres d'origine.

Il est surnommé le « Zidane des courses »[2].

Principales victoires (comme entraîneur et/ou driver ou jockey)[modifier | modifier le code]

Attelé[modifier | modifier le code]

Groupe I[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France


Drapeau de l'Italie Italie


Drapeau de la Finlande Finlande


Drapeau de la Suède Suède


Drapeau du Danemark Danemark


Drapeau de la Norvège Norvège


Drapeau de la Belgique Belgique


Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas


Europe Europe

Groupe II[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France


Drapeau de l'Autriche Autriche

Monté[modifier | modifier le code]

Groupe I[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France

Groupe II[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 17 fois sulky d'or (1998, 2000-2015)
  • En 2001, il réussit le "coup du barillet" (six victoires le même jour), un exploit unique en France[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hippisme. Jean-Michel Bazire franchit le cap des 5000 victoires en trot », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 juin 2014)
  2. « Jean-Michel Bazire, le Zidane des courses », sur boursorama.com, Boursorama (consulté le 4 mai 2016)
  3. L'Équipe Magazine n°1489 du 29/01/2011