Jean-Marie Huet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huet.

Jean-Marie Huet, né le , est un magistrat français. Il est depuis janvier 2010 procureur général à la cour d'appel d'Aix-en-Provence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il possède une maîtrise en droit privé, un diplôme d'études supérieures (DES) de sciences criminelles et est diplômé de l'École nationale de la magistrature (ENM).

Il a été juge d'instruction au tribunal de grande instance du Mans (entre 1978 et 1981) ainsi que celui d'Angers. En 1984, il est nommé au TGI de Dieppe, Procureur de la République. En 1988, il devient substitut général auprès de la cour d'appel de Reims, spécialisé à l'équipement. Jean-Marie Huet devient en 1990 procureur de la République. Il exerce cette fonction à Pointe-à-Pitre (1990-94), Draguignan (1994-1998), Saint-Denis de la Réunion (1998-2002), puis Nantes (2002-2004).

Sur proposition de Dominique Perben, il est nommé directeur des affaires criminelles et des grâces au ministère de la justice à compter du [1]. Il est depuis janvier 2010 procureur général à la cour d'appel d'Aix-en-Provence. Il est admis sur sa demande à faire valoir ses droits à la retraite à compter du 1er mars 2017[2].

Il est élu membre du Conseil supérieur de la magistrature pour un mandat allant de 2015 à 2019[3].

Affaires notables suivies[modifier | modifier le code]

En mai 1994, alors qu'il est procureur à Draguignan, il se base sur les rapports de médecins légistes pour orienter la mort des frères Saincené (les deux hommes sont retrouvés sans vie dans leur voiture, la ceinture de sécurité attachée, et l'habitacle rempli de fumée) vers un double suicide.

En 2010, il a dirigé le parquet dans l’affaire des prothèses mammaires PIP[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]