Jean-Marie Dutertre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dutertre.
Jean-Marie Dutertre
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Jean-Marie (Jean) Dutertre, 1768-1811, est un corsaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Corsaire, né à Port-Louis, ami et rival de Surcouf dans l'Océan Indien, dont parmi les nombreuses prises sur des bâtiments de la Compagnie anglaise des Indes orientales se trouva l'instrument (un théodolite, renvoyé à son destinataire "avec ses compliments pour la science") qui sera utilisé pour trianguler les Indes puis mesurer la hauteur de l'Everest.

Finalement fait prisonnier par les Britanniques et enfermé sur les pontons de Londres, puis libéré - par l'effet du traité d'Amiens en 1803- il deviendra lieutenant de la Royale.

Son différend avec Surcouf à Port Louis (Île-de-France, alias Île Maurice) pour le recrutement d'équipiers - alléchés par une meilleure cuisine à bord - fut arbitré par le gouverneur Malartic.

Parmi ses bateaux, on peut citer le Modeste, l'Heureux, le Passe-Partout et le Malartic.

Homonymes[modifier | modifier le code]

Un homonyme (Louis) sévit à Boulogne quelque cinquante ans plus tôt. Un autre, de Lorient, fut surnommé "Le Mal Parti", car interdit de sortie par le blocus britannique.

Louis Garneray[modifier | modifier le code]

Louis Garneray le décrit dans son livre "Corsaire de la République". - Or, voilà qu'un matin il apprend que le capitaine Dutertre armait également un corsaire, nommé le Malartic, ... Breton comme Surcouf, il était natif de Port-Louis