Jean-Marie Durand (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Marie Durand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Jean-Marie Durand, né le à Paris, est un journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été rédacteur en chef adjoint au magazine Les Inrockuptibles de 1997 à 2018 où il a écrit les champs des médias, des idées et de l'art. Il est à l'origine du nom du magazine, un mot-valise qui permet d'insérer le mot « rock »[1].

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1990) et titulaire d'un diplôme d'études approfondies ès études politiques(1992)[2].

Sensible au travail inventif de nombreux auteurs de télévision[non neutre], il défend le principe d'une télévision de création en dépit de ses contraintes industrielles et de ses nombreux renoncements. Il décide en de revêtir pendant un mois entier le costume de Casimir, marionnette célèbre de la télévision.

Soucieux de traduire, dans un magazine culturel, les enjeux qui traversent le monde médiatique, soumis notamment à la révolution numérique[non neutre], il s'intéresse aux nouvelles formes d'écriture télévisuelle et numérique[3].

En , il publie une enquête sur le monde intellectuel français aux éditions La Découverte[4].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 2007, L'association de critique des médias, Acrimed, l'accuse d'avoir "copié sournoisement"[5] un article du Monde Diplomatique consacré au rapport qu'entretient Nicolas Sarkozy aux médias et relève "d'étranges similitudes". Jean-Marie Durand reconnaît avoir lu l'article original et se défend en déclarant : "Il y a des ressemblances, mais c’est quelque chose qui arrive souvent. Combien de fois il m’est arrivé de retrouver des articles des Inrocks ailleurs".

Le , il est interrogé par l'émission Stupéfiant ! à propos de la couverture des Inrockuptibles consacrée à Mehdi Meklat à la suite de la découverte de dizaines de tweets racistes, homophobes et sexistes. Jean-Marie Durand se défend en déclarant : « Je pense que le discours de Mehdi nous intéressait et qu'on l'a accompagné. Moi, comme tout le monde, sommes tombés de haut. Je n'étais pas au courant »[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Cool dans nos veines, éditions Robert Laffont, 2015[7].
  • 1977 année électrique, Robert Laffont, 2017
  • Homo Intellectus, La Découverte, 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Vic Chapus et Samuel Kirszenbaum, « Christian Fevret raconte ses Inrocks », Voxpop, no 16,‎ (lire en ligne).
  2. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/jeanmarie.durand90
  3. « Jean-Marie Durand - Digital Society ForumDigital Society Forum », sur Digital Society Forum (consulté le 26 septembre 2016)
  4. « Homo Intellectus », sur editionsladecouverte.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  5. « Les Inrockuptibles imitateurs « branchés » sur Le Monde Diplomatique », sur Acrimed, (consulté le 4 août 2019)
  6. Julien Beau - Stupéfiant !, « L'affaire Mehdi Meklat », sur dailymotion.com, (consulté le 7 octobre 2019)
  7. Le Cool dans nos veines : Histoire d'une sensibilité, Paris, Éditions Robert Laffont, , 228 p. (ISBN 978-2-221-15626-1 et 2-221-15626-9, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]