Jean-Marie Delarue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delarue.
image illustrant le [[droit <adj>]] image illustrant français image illustrant le renseignement
Cet article est une ébauche concernant le droit français et le renseignement.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Marie Delarue
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Marie Delarue en mars 2015.

Naissance
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur

Jean-Marie Delarue (né en 1945 à Paris) est un haut fonctionnaire français, conseiller d'État, contrôleur général des lieux de privation de liberté de 2008 à 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, agrégé d'histoire, ancien élève de l'École nationale d'administration et conseiller d'État (1977), Jean-Marie Delarue est un ancien conseiller de Jacques Delors et Michel Delebarre[1]. Il occupe ensuite les fonctions de délégué interministériel à la ville (1991-1994) et de directeur des libertés publiques et des affaires juridiques au ministère de l'intérieur jusqu'en 2001. Au printemps 2008, il est nommé contrôleur général des lieux de privation de liberté par le gouvernement Fillon, étant ainsi le premier à occuper cette fonction créée en 2007[2]. Il est remplacé à ce poste par Adeline Hazan en juillet 2014.

Il est nommé membre du Comité consultatif national d'éthique en septembre 2013[3] et président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité en juin 2014[4]. Le 15 septembre 2015, il est annoncé que Jean-Marie Delarue a été écarté par le gouvernement de la présidence de la nouvelle Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNTR)[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Contrôleur général des lieux de privation de liberté : Une circulaire engage un contrôle effectif et pleinement indépendant », sur prison.eu.org,‎ .
  2. Alain Salles, « Jean-Marie Delarue, le juste des prisons », Le Monde,‎ .
  3. « Arrêté du 11 septembre 2013 portant nomination au Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé », sur Legifrance.gouv.fr,‎ (consulté le 17 juillet 2014).
  4. Décret du Journal officiel, 27 juin 2014.
  5. Voir sur lemonde.fr..

Liens externes[modifier | modifier le code]