Jean-Marie Daillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Marie Daillet
Fonctions
Député français

(19 ans, 11 mois et 30 jours)
Circonscription 1re circonscription de la Manche
Manche
Législature Ve, VIe, VIIe, VIIIe et IXe (Cinquième République)
Groupe politique UDF puis UDC
Prédécesseur Raymond Guilbert
Successeur Jean-Claude Lemoine
Biographie
Date de naissance (92 ans)
Lieu de naissance Rennes (France)

Jean-Marie Daillet est un homme politique français, né le à Rennes (Ille-et-Vilaine).

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il a été député de la Manche de 1973 à 1993[1], élu successivement du Centre démocrate, de l'UDF (Centre des démocrates sociaux) et du groupe Union du centre.

Lors des débats sur la loi Veil de 1975, Jean-Marie Daillet attaque la ministre de la Santé Simone Veil, qui porte ce projet, en l'accusant d'accepter de voir des embryons humains « jetés au four crématoire ou remplir des poubelles », alors qu'elle est elle-même rescapée de la Shoah[2],[3]. Il déclare plus tard ignorer à ce moment-là le passé de déportée de la ministre[4].

Jean-Marie Daillet est membre du comité directeur du mouvement fédéraliste français « La Fédération », depuis le début des années 1990[5].

Il a ensuite été ambassadeur de France en Bulgarie de 1993 à 1995.

Il a été le président de l'amicale du MRP à partir de 2005[6]. Il est en 2007 le président de l'Amicale des anciens du MRP.

Il est le père de Rémy Daillet-Wiedemann.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Il est le traducteur en français d'un livre de Kurt Seligmann, Histoire de la magie dans le monde occidental[7].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]