Jean-Marie Corre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corre (homonymie).
Jean-Marie Corre
Jean-Marie Corre, quatrième de Paris-Brest-Paris en 1891.jpg

Jean-Marie Corre en 1891 (avant Paris-Brest-Paris).

Informations
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
GuingampVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Photo d'un homme en tenue de ville sur un véhicule motorisé typé moto avec deux roues à l'arrière.
Jean-Marie Corre, vainqueur des motocycles au Critérium des entraîneurs 1898 (Paris-Bordeaux).
Photo d'un homme en tenue de ville au volant d'une voiture monoplace.
Jean-Marie Corre en 1902 au Circuit des Ardennes dans sa voiturette (vingt-septième).

Jean-Marie Corre, né le à Trémel (Côtes-du-Nord) et mort le (à 51 ans) à Guingamp (Côtes-du-Nord), fut coureur cycliste puis fabricant de bicyclettes entre 1891 et 1914 (ateliers à Paris puis à Rueil) et constructeur d'automobiles ainsi que pilote automobile sous la marque Corré, puis Corre La Licorne (usines à Levallois-Perret).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1891, il termine déjà quatrième de la course cycliste Paris-Brest-Paris[1], puis en 1893 troisième du Bordeaux-Paris, avant d'être deuxième en 1895. En 1892 il est recordman du 1 000 kilomètres sur route, en 58 heures et 37', avec une bicyclette Gladiator[2].

Jean-Marie Corre perd un match de 1 000 km contre Charles Terront en février 1893, puis contre Auguste Stéphane en janvier 1894. Le 26 septembre 1897, il bat le record du monde des 24 heures sans entraîneur au vélodrome de Rouen en parcourant 671 km[3].

Après des débuts au Paris-Bordeaux (quatrième) suivi du au Bordeaux-Biarritz 1898 (cinquième) sur De Dion-Bouton[4], puis au Paris-Toulouse-Paris en 1900 sur Fouillaron (de), il participe encore personnellement derrière un volant à Paris-Bordeaux et à Paris-Berlin en 1901, à Paris-Vienne en 1902, puis à la course automobile Paris-Madrid en 1903 (soixantième), toujours sur des modèles de sa conception[5], établissant aussi grâce à Georges Prade le record de la distance Paris-Vienne sur une autre voiturette de sa construction[6].

Il commence à vendre des bicyclettes en 1895. En 1907, la famille Lestienne, des filateurs industriels du Nord, reprend la Société française des automobiles Corre. Les armoiries de cette famille portent une licorne qui devient la marque et peu à peu le nom de la firme. Elle poursuit ses activités jusqu'en 1949 sous le nom de « Licorne » ou « La Licorne », avant d'être reprise par Berliet, à la suite de difficultés d'approvisionnement d'acier dues au plan Pons et à la décision de Citroën de cesser de lui livrer des moteurs.

Jean-Marie Corre poursuivit de son côté une activité artisanale de fabrication automobile sous la marque « Corre », « JC » ou « Le Cor » jusqu'en 1913.

Il avait épousé Marie-Augustine Kerharo à Plestin-les-Grèves le 17 août 1892.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Vie au grand air, 18 août 1901, p. 473
  2. La Revue des sports, 17 septembre 1892, p.1.
  3. « 24 heures sur piste », Le Journal de Rouen,‎
  4. (en) « 1898 Grand Prix », sur TeamDAN.com
  5. (en) « Véhicules Corré en course en 1901 et 1902 », sur f1evolutions, sites.google.com
  6. La Pédale, 7 janvier 1925
  7. La Revue des sports, 17 septembre 1892

Lien externe[modifier | modifier le code]