Jean-Marie Chevalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant une personnalité image illustrant français image illustrant un économiste
Cet article est une ébauche concernant une personnalité française et un économiste.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevalier.
Jean-Marie Chevalier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Jean-Marie ChevalierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jean-Marie Chevalier, né le (75 ans), est un économiste français, spécialiste des questions énergétiques des années 1970 aux années 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Chevalier est né le , à Paris, dans une famille originaire de la Creuse. Diplômé de Sciences Po, il est aussi docteur en économie de la Sorbonne, professeur des universités, membre du Cercle des économistes[1] et auteur de plusieurs ouvrages et articles de références dans le domaine de l'énergie.

Il a d’abord été chargé de cours en Algérie (1966-1969), puis ingénieur économiste à Elf-Aquitaine (1970-1971). Agrégé en économie, il professe ensuite les sciences économiques à Rabat (1971-1973) et Grenoble (1973-1975), puis à Paris XIII, à Sciences Po, l’ENA[2] (1975-1991) et Paris-Dauphine.

Déjà responsable de l’organisme de référence dans le domaine énergétique de 1973 à 1975, il a dirigé jusqu’en 2010 la cellule de recherche en géopolitique énergétique de l'Université Paris-Dauphine où il enseignait[3]. Il fréquentait aussi le siège parisien du CERA.

Jean-Marie Chevalier a écrit un rapport avec Jacques Percebois, présenté en 2007 à Christine Lagarde, Éric Besson et Luc Chatel, où il préconise la fin de la souveraineté énergétique de la France, afin de privilégier, dans le cadre d’un marché européen du Gaz et de l’électricité, celle des institutions supranationales de l’Union européenne[4].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • L’économie industrielle en question, 1977
  • Économie de l’énergie, 1986
  • Économie industrielle des stratégies d’entreprise, 2001
  • Où va l’économie mondiale ? (en codirection), Odile Jacob, 2002
  • La raison du plus fort. Les paradoxes de l’économie américaine (en codirection avec Jacques Mistral), Robert Laffont, 2004
  • Les grandes batailles de l’énergie, Gallimard, 2004
  • Les 100 mots de l’énergie, Que sais-je ?, PUF, 2008
  • « Le vrai défi énergétique de la nouvelle décennie » (en collaboration avec Michel Derdevet), La Tribune, 4 janvier 2010
  • Les nouveaux défis de l’energie (climat-economie-geopolitique), Economica, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]