Jean-Marc Théolleyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marc Théolleyre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Noisy-le-GrandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Jean-Marc Théolleyre est né le 31 juillet 1924 à Lyon et mort le 12 juin 2001 à Noisy-le-Grand est un journaliste français.

Études[modifier | modifier le code]

  • Études de lettres à Lyon.

Carrière[modifier | modifier le code]

Préparation de l’agrégation de lettres.

  • 1943 : Résistant à Lyon puis à Toulouse, il est arrêté et déporté à Buchenwald près de deux ans. Libéré en 1945.
  • Novembre 1945 : Entre au Monde comme reporter. Carte professionnelle no 6312.
  • 1950-1957  : Chroniqueur judiciaire au Monde. Pendant cette période, il suivit certains des grands procès de l'après-guerre comme celui d'Amélie Rabilloud, de Marie Besnard, d'Oradour-sur-Glane, de Gaston Dominici, de Jacques Fesch.
  • Avril1957 – novembre 1957 : Grand reporter au Figaro littéraire.
  • Novembre 1957 : Grand reporter à Paris-Journal.
  • 1959  : Revient au Monde, grand reporter et chroniqueur judiciaire. Il couvrit notamment les procès liés à la guerre d'Algérie comme celui du réseau Jeanson, du général Salan, de la Semaine des barricades, de l'attentat du Petit-Clamart.
  • 1970-75 : Envoyé permanent pour la région Rhône-Alpes.
  • Depuis 1975 : Critique littéraire et grand reporter chargé de la chronique judiciaire.
  • 1967 : Vice-président de l’Association de la presse judiciaire.

En 1987, il couvre pour Le Monde le procès à Lyon de Klaus Barbie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Condamnation judiciaire pour diffamation[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Théolleyre fut condamné en 1983 par la Cour d'appel de Paris pour diffamation, ayant suggéré, dans son ouvrage Les néo-nazis (éd. Messidor, 1982) que « Jean-Marie Le Pen professait des opinions néo-nazies ». L'arrêt de la Cour retient notamment que « il n'a pas fait preuve de la prudence, de la réserve et de l'objectivité qui s'imposaient en procédant par amalgame ou insinuations » (Cour d'Appel de Paris , 15 juin 1983).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1956 : Le Procès des fuites
  • 1966 : Ces Procès qui ébranlèrent la France
  • 1977 : Tout condamné à mort aura la tête tranchée
  • 1982 : Les néo-nazis
  • 1991 : L'accusée: 45 ans de justice en France, 1945-1990
  • 1998 : Les médias et la justice (avec Maître Henri Leclerc)

Liens externes[modifier | modifier le code]