Jean-Marc Pompougnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Marc Pompougnac, né le à Rouffignac (Dordogne) et mort le , est un humoriste français, oncle du DJ Stéphane Pompougnac.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans une famille de négociants ruraux (épicerie, mercerie, droguerie, quincaillerie, charcuterie, funéraire) et de fabricant de foie gras qui dirige la fanfare l'espérance. Inspiré par Alphonse Allais, il possède le goût du canular et de l'approximation verbale.

Il poursuit des études classiques en section littéraire (latin, grec, philosophie) pendant sept ans, interne au Lycée national de Périgueux. Il obtient le baccalauréat. Il pratique la boxe anglaise et le rugby à XV. Il joue également du piano-mood.

Il déménage à Paris, porte d'Orléans et exerce divers emplois : ébéniste, piano-solo dans un bar de nuit, vigile aux Halles, figurant à la Comédie-Française. Il fait ensuite son service militaire (au 93e RI au camp de Frileuse) où il était attendu depuis huit ans. Il travaille ensuite dans des bars et vend des journaux. Il travaille ponctuellement dans la publicité.

Il écrit, réalise et joue Pompougnac & Cie, une série de petits films diffusés sur le journal de FR3 (samedi 19 h) puis sur Antenne 2. Il obtient en production quotidienne sur RTL une émission humoristique, le parti d'en rire. Il en écrit les scénarios et les dialogues. Il écrit ensuite la croix qui mousse pour les soirées de Noël (FR3). Il participe en tant que comédien aux Jeux de 20 heures, ainsi qu'à d'autres émissions de variété et à des émissions télévisées.

Dès 1987, sous le surnom de « Pompon », il participe à toutes les émissions de La Classe présentée par Fabrice sur l'ancienne chaîne FR3, renommée maintenant France 3. Il s'y distingue en proposant, par l'utilisation d'objets ou de son corps, des devinettes sous forme de charades, ou rébus grandeur nature, dont la solution approximative forme un calembour.

Calembours[modifier | modifier le code]

La liste des calembours suivants a été créée grâce aux souvenirs des spectateurs de l'émission La Classe :

  • Lors d'une émission, Pompon présente à la caméra Muriel Montossey et une reproduction de tableau et propose de trouver le titre d'une fable : il fallait trouver Le Corbeau et le Renard (le corps beau et le Renoir).
  • Une autre fois, il présente une pelle et une balayette. Il place des lacets dans la pelle, fume une cigarette dont il répand les cendres sur le sol, puis les ramasses avec ses ustensiles. Il fallait deviner la célèbre pièce de théâtre de Maurice Maeterlinck, Pelléas et Mélisande (pelle à lacets, mets-y tes cendres)[réf. souhaitée].
  • Lors d'une autre représentation, il sort de son pupitre de nombreuses bouteilles d'alcools diverses et variées dans le but de faire deviner le titre d'un film ; la solution est La Cage aux folles (la cache aux fioles).
  • Lors d'une autre émission, il prend une tasse à café (vide) et la verse dans son pantalon, il fallait trouver une phrase de la vie quotidienne, « le petit qui a fait dans sa culotte » (le petit café dans sa culotte).
  • Un autre jour, il présente un Concorde peint en rose pour faire deviner une chanson, La vie en rose (l’avion rose).
  • Un jour, il transporte à bout de bras une porte en bois avec un cœur, souffrant et postillonnant pour faire deviner le nom d'un artiste peintre, Van Gogh (vent de gogues).
  • Un soir, il place un confit de canard orné de piques en bois entre des tasses de cafés et un poulet pour faire deviner un fait de guerre, le conflit armé entre les États-Unis et le Japon (le confit armé entre les tasses unies et le chapon).
  • Un autre jour, il brandit successivement un clou planté dans un pneu, une série de vieux livres, une bouteille de Calvados, une photo de l'ayatollah Khomeini avant, puis tire une balle de revolver sur la photo d'un homme nu pour faire deviner un jeu amoureux, « un peu, beaucoup, tendrement, passionnément, à la folie, pas du tout » (un pneu, beau clou, tas de romans, passions de Normand, Allah folie, pas de trou).
  • Lors d'une autre émission, il brandit un râteau servant de hampe à un drapeau soviétique pour faire deviner un tableau célèbre, Le Radeau de La Méduse (le râteau de l'armée d'[URSS]).
  • Un jour, il montre un charmant chapeau tout rond et tout rouge, Le petit chaperon rouge (Le petit chapeau rond rouge). Il gratifiera l'assistance, à titre d'indice, d'un cri du loup mémorable!
  • Un jour, il montre une tête de mannequin féminin, sans cheveux avec un large sourire, c'est la chauve-souris (la chauve sourit).
  • Une fois, il montre la photo de Jacques Chirac tenant une fiole étiquetée avec une tête de mort, c'est Cyrano de Bergerac (Cyanure du père Chirac).
  • Une autre fois, il présente une poêle à frire peu ragoutante, contenant une saucisse grillée et des morceaux de sucre très sales. C'est la société à succursales multiples (saucisse sautée à sucres sales multiples).
  • Une fois encore, il montre un fagot de chardons séchés, suspendus à un support en bois. Ce sont les Jardins suspendus de Babylone (les chardons suspendus du bois de Boulogne).
  • Un jour, il présente Muriel Montossey en habits andins traditionnels, qu'il essaye de grattouiller avec une petite main en plastique au bout d'une baguette, celle-ci faisant mine de se défendre. C'est L’ingérence du Guatemala dans les affaires du Costa Rica (l’ingérence du grattez-moi là dans les affaires du costard inca).
  • Un autre jour, il montre un vieux téléphone équipé d'une râpe à fromage en guise de combiné. C'est le téléphone arabe (Le téléphone à râpe).
  • Un jour, Il montre un vieux vélo, c'est le boléro de Ravel (Le beau vélo de Ravel)!
  • Une autre fois, c'est plus corsé. Il montre un sous-vêtement type panti avec qui il fait le geste de serrer-desserrer les jambières, avec en plus sur une table 5 beaux livres marqués Berry. C'est Le Petit Prince de Saint-Exupéry (Le panti pince et 5 textes sur le Berry).
  • Une fois, il montre une tête d'Indienne avec des cerises dans les cheveux. Ce sont les grottes de Lascaux (Les griottes de la squaw).
  • Un jour, il présente son confrère Blèze déguisé en femme âgée corpulente pour trouver le nom de l’actrice Greta Garbo (gros tas guère beau).
  • Un autre jour, il présente sa collaboratrice Muriel Montossey tenant quatre roses dans une main et des huîtres dans l'autre. Il faut trouver un événement historique, la guerre 14-18) (la girl quatre roses dix huitres).
  • Lors d'une émission, il brandit une pomme de terre peinte en rose pour trouver le nom d'une maladie, la tuberculose (tubercule rose).
  • Une fois, il tend un verre en faisant manifestement signe qu'on lui serve du vin. C'est le serment d'Hypocrate (Sers m'en du picrate).
  • Une fois encore, il fait le geste sur scène de lever brusquement un balai sorti d'un seau plein d'eau, ce qui provoque quelques éclaboussures au grand dam de Fabrice. C'est le ballet Moïsseïev (le balai mouillé s'lève).
  • Un autre jour, il brandit un courrier qu’il attache à l’arrière d’un modèle réduit d’avion, pour faire deviner une œuvre musicale, la Lettre à Élise (lettre à hélice).
  • Un jour, il remplit un mini-four de chaussures de femmes pour faire deviner une œuvre classique, Les Fourberies de Scapin (le four bourré d'escarpins).
  • Une autre fois, il prend un air bizarre avec une tranche de jambon sous le nez pour faire découvrir le nom d'un chanteur, Herbert Léonard (air bête, nez au lard).
  • Un autre jour, une juxtaposition d'un objet troué et d'un autre à roue lui permet de faire deviner le Trocadéro (le trou qui a des roues).
  • Lors d'une émission, Pompon se leva et adopta une démarche chaloupée en faisant des moulinets avec un parapluie noir qui contrastait avec sa veste blanche. Il fallait deviner qu’il s’agissait d’un paraplégique (un parapluie chic). Fabrice nota ce calembour 2/20.
  • Une autre fois, Vincent Lagaf' déguisé en Mokhtar, lui ramène une marmite en disant : « J’ai trouvé la marmite alors je l'ai ramenée ». avec une intonation arabe. Il fallait trouver la mer Méditerranée (la marmite a été ramenée). Cette prestation lui vaut la note 2. (extrait sur Dailymotion à 14:07).
  • Un jour il demande à un des membres de la classe d'incarner l'industriel Jean Paul Getty tandis que deux filles tiendront un bol en prenant des airs bêtes. Il faudra trouver ce que dit Pompon à l'industriel pour qu'il arrête de lécher ce bol. La solution donne un plat italien, les spaghettis bolognaises (lèche pas, Getty, bol aux niaises).
  • Pour cette fois, il se munit d'une corde et d'un petit cactus dans un pot avec une anse. Il fait un nœud au milieu de la corde, attache l'un des bouts au bureau de l'animateur (souvenir approximatif), se place à l'autre extrémité de la corde, passe celle-ci à travers l'anse du pot à cactus, tend la corde, et lève le bras: le cactus glisse le long de la corde et s'arrête au nœud. Il fallait bien sûr deviner: l'infarctus du myocarde (le frein cactus du milieu d'corde).
  • D'une une main il tient un bac en plastique et de l'autre une contrebasse. Cela donne "Jean-Sébastien Bach" (chance... la basse tient le bac) [1].

Certains de ses calembours lui ont valu d'être mis à la porte par Fabrice :

  • Un jour, il montre un cube en bois sur lequel il avait fait coller des dizaines de douilles d'ampoules électriques pour faire deviner une expression, « le cul bordé de nouilles » (le cube orné de douilles).
  • Un autre jour, il apporte le même cube à Fabrice, lui ayant demandé de l'ouvrir. Celui-ci découvre une tenue pour bébé. Il fallait trouver l’expression « dans le cul la balayette » (dans le cube, y'a de la layette).
  • Un autre jour, il se fait interpeller par Fabrice car il était en train de discuter avec Muriel Montossey. Il lui demande de s'expliquer sur son sujet de discussion. Pompon se dirige vers le bureau du professeur, là il se tire les cheveux et la peau du cou et Fabrice offusqué le met à la porte aussitôt. Le spectateur comprend ce que Pompon, par ce geste, lui avait répondu « Je veux tirer mon coup » (cheveux tirer mon cou).
  • Un autre jour, il présente un seau rempli de glace dans lequel est posée une tranche de foie pour faire deviner l'expression « la tronche de Fabrice dans La classe » (la tranche de foie prise dans la glace).
  • Un autre jour, il présente la roue d'un vélo, entourée de bandes de papier toilette. Il s'agissait de découvrir une autre maladie, la pneumonie (la pneu momie).
  • Il brandit un cou d'oie farci et un paquet de tabac, il fallait deviner Y'a que la peau de cou... pour conserver l'tabac (le refrain militaire).

Jean-Marc Pompougnac avait déjà utilisé une partie de ces différents calembours auparavant dans l'émission Le parti d'en rire de Francis Blanche.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Quand passent les sirènes, avec Escarède (Single label Master)
  • 1989 : Le Vent du large (Single label Master)
  • 1990 : Faire la fête (Single label Carrere)

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Justin le juste ou la charrette, éditions La table ronde, prix du bougnat, 1967

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]