Jean-Marc Fournier (prêtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Marc Fournier
Louis XX et abbé Jean-Marc Fournier.jpg
Jean-Marc Fournier en 2020.
Fonctions
Directeur
Pèlerinage militaire international (d)
depuis
Doyen du chapitre (d)
Cathédrale Saint-Louis-des-Invalides
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Ordre religieux
Distinction

Jean-Marc Fournier, né le , est un prêtre catholique, chapelain militaire et sapeur-pompier français. Aumônier en Afghanistan dans les années 2000 et « héros » du Bataclan en 2015, il est surtout connu pour avoir « sauvé » la Sainte Couronne d'épines lors de l'incendie de Notre-Dame de Paris, en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Prêtre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre (FSSP), l'abbé Fournier est ordonné prêtre le à Wigratzbad (Allemagne) et exerce d'abord son ministère en Allemagne, puis à Montmirail dans la Sarthe[1]. En , il est nommé conseiller du supérieur général de sa fraternité[2]. Il est, par ailleurs, chevalier de l'ordre du Saint-Sépulcre[3].

L'abbé Fournier a célébré les obsèques du prince Philippe d'Araucanie en l'abbaye de Tourtoirac[4].

Aumônerie militaire[modifier | modifier le code]

L'abbé Fournier rejoint le diocèse aux armées françaises en 2004. En , il participe notamment à l'embuscade d'Uzbin, où il voit périr dix de ses compagnons, dans le cadre de la guerre d'Afghanistan[1]. En 2011, il rejoint la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), dont il devient l'aumônier catholique. Depuis cette date, il est en poste à la caserne de Champerret (Paris 17e)[5].

Le 13 novembre 2015, il intervient au Bataclan — après avoir été présent pour Charlie Hebdo et à la libération de l'Hyper Casher[3] — et participe à l'évacuation des blessés, alors que les tirs se poursuivent[6], puis prie devant les corps et donne l'absolution collective[5]. Il témoigne : « dans la salle du Bataclan, il y avait des monceaux de corps. On pourrait s'y arrêter. Mais je préfère retenir ces corps enlacés des personnes qui se sont sacrifiées pour tenter de sauver ceux qu'elles aimaient. [...] On aura beau dire, l'amour ne passera pas. En sortant de la caserne, on se prend à penser que La petite Espérance de Péguy n'a pas tout à fait dit son dernier mot »[1]. 

Le , la cathédrale Notre-Dame de Paris est victime d'un grave incendie. Lorsqu'il l'apprend, l'abbé Fournier se précipite « pour [se] mettre à disposition du commandement des opérations de secours et voir comment [il] peut apporter son aide »[3]. Sur place, il insiste pour recevoir l'autorisation d'entrer dans la cathédrale avec ses collègues pompiers. Il pénètre alors dans la cathédrale en flammes, met à l'abri le Saint-Sacrement et participe, entre autres, au sauvetage de la chemise de Saint Louis et de la Sainte Couronne[7], qu'il dirige en tant que « conseiller technique »[5]. Entre temps, il bénit la cathédrale avec le Saint-Sacrement : « c'est un acte de foi. Je demande à Jésus – que je crois réellement présent dans ces hosties – de combattre les flammes et de préserver l'édifice dédié à sa mère. Cette bénédiction coïncide avec le début d'incendie dans la tour nord. Et en même temps son extinction ! Sans doute la Providence... »[8]. Depuis cette date, l'aumônier bénéficie d'une réputation de « héros ». Le prêtre refuse toutefois ce qualificatif, jugeant n'avoir fait qu'exercer son devoir d'« exemplarité »[3].

En mai 2020, l'abbé Fournier est nommé directeur du Pèlerinage militaire international (PMI) de Lourdes par l'évêque aux Armées, Mgr Antoine de Romanet[9]. En juin, c'est également l'abbé Fournier qui célèbre la messe d'envoi du pèlerinage de Chrétienté[10]. Ce mois-ci, il devient par ailleurs le premier doyen du chapitre cathédral du diocèse aux armées françaises, fondé à la même date[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Théophane Leroux, « Le Père Jean-Marc Fournier : aumônier et sapeur-pompier », Famille chrétienne, no 1990,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2019).
  2. Paul Aulagnier, « Un regard sur le monde politique et religieux », Item, no 173,‎ , p. 7-11.
  3. a b c et d « Jean-Marc Fournier, prêtre, aumônier des pompiers de Paris et sauveur de la Couronne d'épines à Notre-Dame », BFMTV,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2019).
  4. « Tourtoirac (24) : pas de nouveau souverain pour l’Araucanie », sur SudOuest.fr (consulté le 22 avril 2019)
  5. a b et c « Jean-Marc Fournier, « pompier, prêtre et héros » de l’incendie de Notre-Dame », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2019).
  6. « Jean-Marc Fournier, prêtre, aumônier des pompiers de Paris et sauveur de la Couronne d'épines à Notre-Dame », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2019).
  7. « Le père Fournier, aumônier des pompiers, est entré dans Notre-Dame en flammes pour sauver la Couronne d’épines », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2019).
  8. Hugues Lefèvre, « Exclusif - Père Fournier : « Dans Notre-Dame en feu, j'ai récupéré Jésus et béni la cathédrale » », Famille chrétienne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 avril 2019).
  9. Amaury Bucco, Héros de Notre-Dame, l'aumônier Fournier prend la direction du plus grand pèlerinage militaire au monde, Valeurs Actuelles, 18 mai 2020
  10. Anne Le Pape, Le jalon du pèlerinage 2020 ne manquera pas, Présent, 3 juin 2020, p. 4.
  11. https://dioceseauxarmees.fr/7-diocese/2134-evenement-historique-installation-du-chapitre-cathedral.html