Jean-Marc Connerotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marc Connerotte
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Neufchâteau
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Profession

Jean-Marc Connerotte né en 1948 à Neufchâteau en Belgique, est un juge d'instruction belge, connu pour son rôle dans l'affaire Dutroux.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1979, il entre au barreau de Tournai[1].

En 1994, lors de l'enquête sur l'assassinat d'André Cools, il est dessaisi de l'instruction.

Le 14 octobre 1996, il est dessaisi par la cour de cassation, pour avoir assisté à un « souper spaghettis » de soutien aux victimes de Marc Dutroux[2], soirée ayant eu lieu le 21 septembre [3]. Son dessaisissement provoqua une polémique médiatique en raison de l'Affaire Dutroux, qui avait ému la Belgique.

Thèses[modifier | modifier le code]

Selon Connerotte, la protection rapprochée dont il fit l'objet lors de l'affaire Dutroux, sous le prétexte qu'un « contrat » (d'assassinat) était sur lui, n'était présente que pour le surveiller et le mettre sous pression, il en donne pour preuve qu'au moment de son dessaisissement, la protection fut levée[2].

Il affirme que sa tentative de perquisition de l'ancienne Brigade de surveillance et de recherche pour rechercher des éléments sur Michel Nihoul s'est heurtée à des réticences[2].

Connerotte se dit convaincu de l'implication de Michel Nihoul dans l'enlèvement de Laetitia Delhez[2] jusqu'à être le cerveau de l'opération[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens et références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :