Jean-Lucien Jazarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Lucien Jazarin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Nationalité
Activité

Jean-Lucien Jazarin ( - ) fut notamment un des pionniers du Judo français (111e ceinture noire en France), et présida durant 23 ans le Collège des Ceintures Noires.

Élevé dans une famille de commerçants, Jean-Lucien Jazarin porte très tôt un intérêt certain pour l'ésotérisme. Il s'intéresse notamment au spiritisme, à l'hypnose et à la théosophie durant son engagement militaire, entre 1918 et 1920. À partir de 1928, il travaille dans diverses affaires de pièces automobiles, et finit par créer sa propre entreprise en 1935. Parallèlement, il s'engage dans l'action sociale et syndicale. Ses recherches spirituelles s'orientent alors vers la pensée hindoue.

En 1938, il rencontre un Swami avec lequel il se lie d'amitié et qui l'enseignera. À partir de cet enseignement, il donnera une série de conférences sur la Bhagavad-Gîtâ, puis sur le Védanta, et écrira un livre qui sera publié en 1988.

C'est en 1943, à 42 ans, que Jean-Lucien Jazarin découvre le Judo et en commence la pratique à Paris. Il fut notamment l'élève de Mikinosuke Kawaishi et de Shozo Awazu, et passa 35 ans sur les tatamis. Très vite, il devient Vice-président de la Fédération Française de Judo. Puis, en 1953, il commence à présider le Collège des Ceintures Noires pour une période de 23 ans, période durant laquelle il se battit pour faire maintenir, avec les conseils de Haku Michigami, l'enseignement du Judo originel tel qu'enseigné par Jigoro Kano. Il voyait en effet le Judo comme une « Voie » de formation de l'individu, un moyen d'accomplissement et non un but en lui-même. Dans le respect de la tradition, il fut notamment opposé aux compétitions. Sa pratique du Judo s'accompagne d'un intérêt vif pour le bouddhisme zen.

Jean-Lucien Jazarin décèdera le , d'un infarctus du myocarde. Alors 6e dan, il est élevé au rang de 7e dan à titre posthume.

Il publia de nombreux articles relatifs au Judo ainsi que trois livres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]