Jean-Luc Sokal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Luc Sokal
Image illustrative de l’article Jean-Luc Sokal
Biographie
Nationalité Français
Naissance (61 ans)
Guise (France)
Taille 1,86 m (6 1)
Poste Défenseur puis entraîneur
Parcours junior
Années Club
1972-1979 US Guise
1979-1982 US Valenciennes
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1982-1985 US Valenciennes-Anzin126 0(4)
1985-1986 AS Monaco003 0(0)
1986-1987 Stade lavallois020 0(0)
1987-1990 Stade quimpérois098 0(2)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1990-1991 Stade quimpérois
1991-1994 RC Périgueux
1994-1996 Trélissac FC B
1996-2000 Trélissac FC
2000-2003 FC Marmande
2004-2005 Bergerac Foot
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 29 mai 2013

Jean-Luc Sokal est un footballeur puis entraîneur français né le à Guise, dans le département de l'Aisne. Formé et révélé à l'US Valenciennes-Anzin, il a été défenseur en Division 1, notamment à l'AS Monaco et au Stade lavallois.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, Jean-Luc Sokal se révèle au club de Valenciennes, notamment face à Delio Onnis qu'il empêche de marquer lors d'un match[1]. Titulaire régulier avec l'US Valenciennes-Anzin, il signe en 1985 avec l'AS Monaco mais ne joue que peu lors de cette saison monégasque en équipe première et se retrouve surtout titulaire avec l'équipe réserve en troisième division[2]. Il décide alors d'être mis sur la liste des transferts pour tenter sa chance dans un autre club[1].

Il rejoint alors le Stade lavallois en 1986 pour y former la charnière centrale jugée prudente de Michel Le Milinaire et, malgré la concurrence du jeune international Jean-Luc Dogon, dispute près de vingt matches en division une dont la majorité comme titulaire[2].

Il signe ensuite à Quimper dès la saison suivante et y joue trois saisons pleines[3]. En 1988, le club breton parvient jusqu'aux quarts de finale de la Coupe de France, ne s'inclinant que contre le futur vainqueur de l'épreuve, le FC Metz. Il termine sa carrière professionnelle de défenseur en 1991 après une rupture des ligaments croisés de son genou droit[1].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Le président du RC Périgueux, Alain Dessale, lui demande de venir entraîner son club et dès sa première saison (1991-1992), Jean-Luc Sokal fait monter le club périgourdin de Division d'honneur régionale (DHR) à Division d'honneur (DH)[1].

En mai 2005, il figurait sur la liste des entraîneurs contactés pour entraîner le club de Libourne-Saint-Seurin et éventuellement succéder à André Menaut[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Cédric Teodomante, « « Petit, continue comme ça, t'iras loin » », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Jean-Michel Larqué, « Laval Prudence oblige », Onze, no 130,‎ , p. 60-61
  3. « Jean-Luc Sokal », sur TangoFoot
  4. S.D., « Menaut : un maintien et puis s’en va », sur 20 minutes,

Liens externes[modifier | modifier le code]