Jean-Luc Rougé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rougé (homonymie).
image illustrant le judo image illustrant une personnalité image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant le judo et une personnalité française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Luc Rougé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
ClichyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Jean-Luc RougéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Luc Rougé, né le 30 mai 1949, à Clichy (Hauts-de-Seine), est un judoka français et une Gloire du sport.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premier champion du monde de l'histoire du judo français en 1975, il est connu pour sa moustache, attribut très rare chez les sportifs en général et au judo en particulier. Spécialiste du harai goshi, il a écrit un livre exhaustif sur cette technique de projection. En 1976, il enseigne des cours de Judo à Gif-sur-Yvette (91190). Il fut également candidat aux élections législatives de 1993 sous les couleurs du Rassemblement par le sport. Il obtient son 9e dan le 28 novembre 2013.

Responsabilités nationales[modifier | modifier le code]

Il est élu président de la Fédération française de judo en 2005 en remplacement de Michel Vial.

Controverse[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Rougé est farouchement opposé au développement du MMA (Mixed Martial Arts) en France : « Le MMA est un refuge pour djihadistes ! C'est la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) qui me l'a dit ! »[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notoriété et distinctions[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Rougé est élevé au rang Gloire du sport.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « MMA : quand les dirigeants du judo mondial tombent sur la tête », sur www.lepoint.fr,‎ (consulté le 26 mars 2015)