Jean-Luc Mano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Luc Mano est un journaliste et conseiller en communication français né le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse militante[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Mano est issu d'une famille de militants communistes. Éliane Mano, sa mère a longtemps été maire-adjoint de Saint-Denis[1].

Élève au lycée Paul-Éluard de Saint-Denis, il participe rapidement au mouvement lycéen en France. À 16 ans, il est membre du bureau de l’Union nationale des comités d’actions lycéens (UNCAL)[réf. nécessaire], milite aux Jeunesses communistes puis rejoint trois ans plus tard l’Union des étudiants communistes (UEC) quand il s'inscrit à l'université Paris-XIII-Villetaneuse. Il obtient ensuite une maîtrise en histoire.[réf. nécessaire]

De 1976 à 1979, il est président de l'une des deux branches de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF).

Journaliste[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière de journaliste à L’Humanité en 1979. Il est recruté par TF1 en 1983, bénéficiant du « quota communiste » instauré par le nouveau pouvoir socialiste dans l'audio-visuel[2], pour y assurer le poste de correspondant à la présidence de la République. En 1991, il est reporter, envoyé spécial de la chaîne pendant la guerre du Golfe. De retour à Paris, il devient chef du service politique.

Après un passage à Globe Hebdo, où il est éditorialiste et responsable des grands entretiens, il rejoint France 2 en 1994 comme directeur de l’information. Sur cette chaîne, il anime à partir de 1995 avec Alain Duhamel l’émission hebdomadaire diffusée en première partie de soirée, Invité Spécial.

En 1999, il est nommé directeur de la rédaction de France-Soir, qu'il quitte en 2001 pour rejoindre la radio BFM, où il assure les fonctions de PDG pendant un an.

Il a également été chroniqueur à VSD, au Nouvel Économiste, à Radio Monte-Carlo ou sur i-Télé et éditorialiste à L’Essentiel des relations internationales.

Conseiller en communication[modifier | modifier le code]

Il a par ailleurs été consultant TV pour de nombreux pays étrangers (États-Unis, Canada, Russie, Suisse, Grèce, Viêt Nam, Chili, Mali…).

Fondateur de l'agence de communication Only Conseil[3], il conseille désormais plusieurs responsables politiques (notamment Michèle Alliot-Marie, Xavier Darcos et plus récemment Nathalie Kosciusko-Morizet[4] et Christian Estrosi[5]) et dirigeants d'entreprises.

Il participe régulièrement à des débats en tant que chroniqueur politique, notamment sur RTL, en tant que polémiste de l'émission On refait le monde.

Il a enseigné au Centre de formation des journalistes et a été membre du conseil d'administration de l’École supérieure de journalisme de Paris.

Décoration[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Mano est chevalier de l'ordre national du Mérite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Indicateur Bijou. Saint-Denis, 1980, p. 14.
  2. portait de J.L. Mano - Le Nouvel obs. du 30/6/2011, à l'occasion de sa mission de Conseil auprès des princes de Monaco - [1]
  3. Judith Waintraub, « Le vrai pouvoir des lobbys », Le Figaro Magazine, semaine du 16 novembre 2018, p. 46-54.
  4. Thibaut Pézerat, « Conseiller en communication, "un métier où l'on peut aimer les glaces à la fraise et vendre des glaces à la pistache" selon celui de NKM », lelab.europe1.fr, 4 octobre 2013.
  5. Charles Jaigu, « Les nouveaux habits de Christian Estrosi », Le Figaro, samedi 19 / dimanche 20 décembre 2015, page 15.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Mammouths et les jeunes lions (avec Françoise Laborde), Belfond, 1990
  • La Défaite impossible (avec Guy Birenbaum), Ramsay, 1997
  • Mitterrand, ailleurs et maintenant, Ramsay, 1998
  • Les Pourquoi de la Corrida, avec Michel Gardère, Marcel Garzelli et Jean-Louis Normandin, Cairn, 2008
  • Les Perles des politiques, Jean-Claude Gawsewitch, 2011
  • Petite encyclopédie irrévérencieuse de la politique, Balland, 2011
  • Les Phrases chocs de la campagne présidentielle , Jean-Claude Gawsewitch, 2012

Lien externe[modifier | modifier le code]