Jean-Louis Viard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viard.
Jean-Louis Viard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Distinctions
Second grand prix de Rome de gravure en taille douce de 1942

Jean-Louis Viard , né le à Orsay et mort le à Paris, est un artiste peintre, graveur et cartonnier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d'entrepreneurs de la région parisienne, Jean-Louis Viard fait ses études secondaires au lycée Henri-IV. Il copie les tableaux des maîtres (Vermeer, Rubens, Rembrandt) et fait des pastels et des tableaux de petits formats.

Il entre en 1938 à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris et suit des cours du soir à la ville de Paris. Peintre abstrait et graveur, Jean-Louis Viard s'oriente vers la tapisserie. Il obtient le second grand prix de Rome de gravure en taille douce de 1942.

Il fait la connaissance d'Odile Raymond, artiste peintre et professeur de dessin, qu'il épouse en 1943. De cette union naîtra un fils, Rémy Viard, qui deviendra architecte-urbaniste, et lui succédera comme président de l'Association des locataires Montmartre aux artistes (ALMA). Ils ont tous les deux un atelier parisien à la cité Montmartre-aux-artistes, au no 189 de la rue Ordener depuis 1943[1].

Jean-Louis Viard commence par faire des illustrations pour des ouvrages littéraires. Boursier de la ville de Paris, il est lauréat de la Casa de Velàsquez en 1951 et retrouve à Madrid en Espagne les autres lauréats de la 22e promotion artistique qui resteront des amis tout au long de leur vie[2] Il y rencontre quelques autres artistes comme André Pédoussaut qui termine sa deuxième année, le sculpteur Georges Nadal et le graveur Granier membre de l'Institut.

Rentré en France il devient professeur de dessin de la ville de Paris de 1951 à 1989 où il enseigne dans de nombreux établissements scolaires en fonction des vacations distribuées par l'Inspection d'académie. Il remporte plusieurs prix de gravure et de tapisserie, et devient responsable de la section tapisserie au Salon Comparaisons, il est également maître de conférences de dessin à l'École polytechnique, directeur des cours du soir de dessin pour adultes, rue Lepic à Paris. Le soir, il allait dîner avec le massier de ses cours Gérard Puel, qui lui fit découvrir le « vrai » Montmartre. Pierre Risch sera un de ses élèves de 1965 à 1970, leur amitié durera jusqu'à la mort de Viard en 2009.

Jean-Louis Viard réalise bon nombre d'expositions en France et à l'étranger et figure dans de nombreux musées. Il exécute des fresques monumentales pour des écoles à Paris et en Bretagne.

Il est également chargé de la conservation du patrimoine culturel pictural et sculptural de l'État réalisé dans le cadre du 1 % artistique en étant un des premiers, avec ses amis Paul Collomb et Marcelle Deloron-Joyet, Frédéric Back, Jeanne Baglin, entre autres, à lutter pour la restauration et la préservation des fresques peintes par leur condisciple Geoffroy Dauvergne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Estampes[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le Pont, gravure
  • Le regard de l'espion, 1986, eau-forte
  • Auto stop, 1987, eau-forte
  • Week-end, 1987, eau-forte
  • Angoisses, 1987, eau-forte
  • Grande Bouffe, 1987, eau-forte
  • Les sentiers du silence, 1992, eau-forte
  • Nos vestiges, 1995, eau-forte
  • La Pensée, eau-forte
  • Nacelles blanches, eau-forte

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Voltaire, Les Petits comtes, présentés par André Billy, 52 eaux-fortes sur cuivre, Éditions nationales, 1945
  • Baudelaire, Les Paradis Artificiels, Éditions du Panthéon, Paris, 1945
  • Chritisne Garnier, Éléonore jusqu'où voient mes yeux, Éditions de la Nouvelle France, Collection Chamois, n°16, 1946
  • Paul Vialar, Une Ombre, Éditions de la Nouvelle France, 1946
  • Alfred de Musset, Confessions d'un Enfant du Siècle, Éditions du Vieux Monaco, 1947
  • Charles-Louis Philippe, Le Père Perdrix, Éditions Stock, 1948
  • Marie-Claire Bancquart, Abécédaire, Éditions Manière Noire, 1998

Tapisseries[modifier | modifier le code]

  • Gap (Hautes-Alpes), casernement de Belle-Aureille : Neige, Fleurs du Soleil, 1982, réalisé dans le cadre du 1 % artistique
  • Compiègne (Oise), collège de Lassigny : Turbulences, 1998, commande du conseil général de l'Oise

Peintures décoratives[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Paris, école de jeunes filles, rue Gustave-Zédé : Jeux, 1959-1960, peinture murale marouflée
  • Lanester (Morbihan), école primaire et maternelles : décorations murales
  • Les Clayes-sous-Bois : étude de polychromie pour la réalisation d'un hameau de 92 maisons (structure bois), 1993

Prix[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Viard expose dans différents Salons dès 1942, avec une participation plus ou moins régulière.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
En Espagne
En France

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, 1999, p. 581.
  • Gérard Denizeau, Denise Majorel, une vie pour la tapisserie, Aubusson, éditions du Musée, 2007
  • Guy Vinoht, La Jeune Peinture, éditions BPC Collection Terre des Peintres
  • Marie-Jeanine Solvit, La Gravure Contemporaine, Le Temps Apprivoisé
  • Valentine Fougère, Tapisserie de notre temps, éditions l'Œil du Temps, Paris, 1967
  • Madeleine Jarry, Tapisserie Art du XXe siècle, Fribourg, Office du livre, 1974
  • Artistes de Montmartre, éditions Roussard
  • Brigitte Camus, Viard , catalogue de l'exposition d'avril 2004 à la galerie des Arches à Paris
  • Alain Valtat, Catalogue raisonné du peintre Geoffroy Dauvergne (1922-1977), préface de René Quillivic, introduction de Mickaël Compagnion, éditions Levana, Sceaux, 1996, 483.p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Marc Chartier, Interlocutions : Jean-Louis Viard, interview, mai-juin 1992[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de Montmartre aux artistes (montmartre-aux-artistes.org)
  2. Georges Cinquini et Paul Guimezanes graveurs, Pierre-Yves Trémois, peintre graveur comme lui. Les peintres Paul Collomb, Jean Joyet et son épouse Marcelle Deloron, François Marcepoil, Marc Perrin, Josée-Josette Raynal, André Roger, Louis Vuillermoz et le sculpteur José Raussel boursier de la ville de Valence.
  3. Catalogue de la Biennale 1987 de la Société nationale des beaux-arts, page 178. Ed. Arcam, Paris, 1987., 185.p.
  4. [1]