Jean-Louis Tauran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tauran.

Jean-Louis Tauran
image illustrative de l’article Jean-Louis Tauran
Jean-Louis Tauran en 2010.
Biographie
Naissance
à Bordeaux (France)
Ordination sacerdotale par
Mgr Marius Maziers
Décès (à 75 ans)
à Meriden (Connecticut, États-Unis)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean-Paul II
Titre cardinalice Cardinal-prêtre pro hac vice de
S. Apollinare alle Terme Neroniane-Alessandrine
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
pape Jean-Paul II
Dernier titre ou fonction Président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux,
Camerlingue de la Sainte Église romaine
Président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux
Camerlingue de la Sainte Église romaine
Archiviste des archives secrètes du Vatican et
Bibliothécaire de l'Église catholique romaine
Secrétaire pour les relations avec les États à la Secrétairerie d'État
Archevêque titulaire de Thélepte
Autres fonctions
Fonction religieuse

Blason
« Veritate et Caritate »
(« Vérité et Charité »)
(it) Notice sur www.vatican.va
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Louis Tauran, né le à Bordeaux (France) et mort le à Meriden (Connecticut) aux États-Unis[1],[2], est un cardinal français de la Curie romaine.

Il est président du conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux de 2007 à 2018, et camerlingue de la Sainte Église romaine du 20 décembre 2014[3] à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Tauran effectue son service militaire en 1965 en tant que coopérant au Liban, pays qui va marquer son orientation future[4]. Licencié en philosophie et en théologie, docteur en droit canonique, il devient prêtre à Bordeaux en 1969, à l'âge de 26 ans.

Prêtre[modifier | modifier le code]

Après son ordination, Jean-Louis Tauran est vicaire dans une paroisse bordelaise (Sainte-Eulalie) avant d'être appelé en 1975 dans les services diplomatiques du Saint-Siège. Il sert ainsi dans les nonciatures apostoliques de la République dominicaine, puis du Liban, avant de représenter le Saint-Siège auprès de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

En 1988, il est nommé sous-secrétaire du Conseil pour les affaires publiques de l'Église.

Évêque[modifier | modifier le code]

Polyglotte, Jean-Louis Tauran est nommé secrétaire pour les relations du Saint-Siège avec les États à la Secrétairerie d'État et archevêque in partibus de Thélepte en 1991. Il est consacré évêque par le pape Jean-Paul II le 6 janvier 1991. Il devient alors le plus jeune prélat à la tête de la diplomatie vaticane de l'époque contemporaine de l'Église catholique[5].

Cardinal[modifier | modifier le code]

Créé cardinal par Jean-Paul II lors du consistoire du 21 octobre 2003 avec le titre de cardinal-diacre de S. Apollinare alle Terme Neroniane-Alessandrine, Jean-Louis Tauran est nommé cardinal archiviste et bibliothécaire.

Le 1er septembre 2007, il devient président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux.

Il est par ailleurs membre de la deuxième section de la Secrétairerie d'État, de la Congrégation pour la doctrine de la foi, de la Congrégation pour les Églises orientales, de la Congrégation des évêques, du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens et du Tribunal suprême de la Signature apostolique.

Le 21 février 2011, au cours d'un consistoire, Benoît XVI confirme sa nomination comme cardinal protodiacre en remplacement du cardinal Agostino Cacciavillan[6]. À ce titre, c'est à lui que revient la charge d'annoncer au monde le nom du nouveau pape désigné par le conclave de 2013.

Le 13 mars 2013, à l'issue du conclave chargé d'élire un successeur au pape démissionnaire Benoît XVI, il prononce la célèbre formule latine Habemus papam, annonçant au monde l'élection du cardinal Jorge Mario Bergoglio sous le nom de François.

Le , le pape François le confirme pour une durée de cinq années comme membre de la commission cardinalice de surveillance sur l'Institut pour les œuvres de religion[7].

Le , François le confirme comme préfet du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux et renouvelle les membres du dicastère[8].

Le 12 juin 2014, il est élevé à l'ordre des cardinaux-prêtres cessant ainsi ses fonctions de cardinal protodiacre[9].

Le , il est nommé camerlingue de la Sainte Église romaine par le pape. Il prête serment le au cours d'une célébration en la chapelle Urbain VIII du Palais apostolique[10].

Présidence du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Tauran est nommé à la tête du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux en 2007 par le pape Benoît XVI, cette fonction sera confirmé en 2014 par le pape François.

Son expérience dans la diplomatie, lui donne certaines facilité de communication avec les instances politiques, mais il regrette que son travail ne touche peu les croyants[11]. Il explique passer la plus grande partie de son temps à essayer de communiquer avec l'Islam en rajoutant « déjà bien qu'on se parle ». Il participe aussi activement à la préparation du voyage du pape François en Égypte en 2017.

En 2015, il reçoit le « Prix pour la paix » de la fondation Ducci (de), en même temps qu'Ekmeleddin Ihsanoglun, homme politique et diplomate turc, et Yael Dayan, femme politique israélienne[12].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Le cardinal Jean-Louis Tauran est atteint par la maladie de Parkinson[13],[14],[15]. Hospitalisé aux États-Unis, il meurt le [16] à Meriden (Connecticut) aux États-Unis. Ses funérailles seront célébrées le 12 juillet 2018 dans la basilique Saint-Pierre du Vatican ; son corps sera ensuite enterré dans la basilique Saint-Apollinaire de Rome rattachée à son titre cardinalice[17].

Distinctions[modifier | modifier le code]


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Le cardinal français Jean-Louis Tauran est mort », AFP,‎ (lire en ligne)
  2. La Croix, article du 6 juillet 2018
  3. (it) « Rinunce e nomine », sur news.va, (consulté le 20 décembre 2014)
  4. La Croix, article du 6 juillet 2018
  5. AFP, « Le cardinal français Jean-Louis Tauran nouveau camerlingue du pape », sur la-croix.com, (consulté le 20 décembre 2014)
  6. Le cardinal français Jean-Louis Tauran nouveau protodiacre, ZENIT, 21 février 2011
  7. Saint-Siège, « Le cardinal Tauran et Mgr Bruguès confirmés dans leurs fonctions », sur eglise.catholique.fr, (consulté le 22 janvier 2014)
  8. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Rinunce e nomine », sur press.vatican.va, (consulté le 29 mars 2014)
  9. (it) « Il cardinale Martino diventa protodiacono », sur ilmatino.it, (consulté le 12 juin 2014)
  10. Le cardinal Tauran, nouveau camerlingue, prête serment, Radio Vatican, 9 mars 2015.
  11. « Mort de Jean-Louis Tauran, le cardinal français qui avait annoncé au monde l'élection du pape François », sur huffingtonpost.fr, HuffPost, (consulté le 11 juillet 2018)
  12. http://fr.radiovaticana.va/news/2015/03/24/le_cardinal_tauran_reçoit_le_prix_ducci_pour_la_paix_/1131891
  13. Le prochain pape ne sera pas français, Slate, 7 mars 2013, consulté le 14 mars 2013.
  14. Despite Parkinson’s, French Cardinal Jean‐Louis Tauran Again Attracts Father John, Popes and Papacy, 21 octobre 2011, consulté le 14 mars 2013.
  15. Papabile of the Day: The Men Who Could Be Pope, National Catholic Reporter, 3 mars 2013, consulté le 14 mars 2013.
  16. Le Figaro et AFP, « Le cardinal français Jean-Louis Tauran est mort », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 6 juillet 2018)
  17. I funerali di Tauran giovedì in San Pietro. La bara in viaggio dagli Usa sur le site farodiroma.it le 9 juillet 2018
  18. « www.boe.es »
  19. www.parlament.gv.at
  20. informatici, « Le onorificenze della Repubblica Italiana », sur www.quirinale.it
  21. « Lietuvos Respublikos Prezidentė », sur www.lrp.lt
  22. « CIDADÃOS ESTRANGEIROS AGRACIADOS COM ORDENS PORTUGUESAS - Página Oficial das Ordens Honoríficas Portuguesas », sur www.ordens.presidencia.pt