Jean-Louis Roncoroni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  un scénariste image illustrant un dramaturge
Cet article est une ébauche concernant un scénariste et un dramaturge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Jean-Louis Roncoroni
Naissance
Arpajon
Décès (à 71 ans)
Saint-Laurent-le-Minier
Activité principale
Scénariste, Dialoguiste
Auteur
Genres

Jean-Louis Roncoroni, né le à Arpajon et mort le à Saint-Laurent-le-Minier dans le Gard[1], est un scénariste et dialoguiste de télévision et de cinéma, ainsi qu'un dramaturge français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Proche de l'écrivain Jean Anouilh avec qui il collabore comme dialoguiste de film, Jean-Louis Roncoroni s'intéresse à l'écriture pour le théâtre. En 1957, il publie sa première pièce Les hommes du dimanche qui est montée avec succès au Théâtre de la Michodière. Suivront trois autres pièces qui l'imposent à la critique parisienne comme un auteur à suivre : en 1957 : Le Tir Clara mis en scène au Théâtre du Palais-Royal par Jean-Louis Barrault - en 1962 : Le Temps des cerises (Roncoroni) mis en scène au Théâtre de l'Oeuvre par Yves Robert - en 1964 : Rebrousse-Poil mis en scène au Théâtre de l'Oeuvre par Pierre Fresnay.

Comme dialoguiste, il collabore à trois films : en 1958 Le Dos au mur d'Édouard Molinaro - en 1959 : Douze heures d'horloge de Géza von Radványi - en 1960 : Les Lionceaux de Jacques Bourdon et, en 1964, il est le scénariste du film de Maurice Labro : Coplan prend des risques.

Mais Jean-Louis Roncoroni s'intéresse aussi à la télévision naissante et dès 1960 il collabore avec Claude Santelli qui dirige pour la RTF Le Théâtre de la jeunesse. Pour cette émission, Roncoroni va adapter et dialoguer plusieurs œuvres littéraires qui seront réalisées par Alain Boudet (réalisateur) : Doubrovsky (1961) et La Fille du Capitaine (1962) d'après Pouchkhine - Les Aventures de David Balfour (1964) d'après Robert Louis Stevenson - Tarass Boulba (1965) d'après Nicolas Gogol et aussi Sans Famille (1965) d'après Hector Malot réalisé par Yannick André.

Pour la RTF et Alain Boudet (réalisateur), Roncoroni écrit aussi trois scénarios originaux de dramatiques qui feront date : Un Bourgeois de Calais (1964) - Eugénie Grandet (1967) d'après Honoré de Balzac et Washington Square (1975) d'après Henry James.

Il a aussi écrit les scénarios et dialogues d'épisodes dans les séries V comme Vengeance et Les enquêtes du commissaire Maigret. En 1964, Jean-Louis Roncoroni commence une longue collaboration avec la Télévision Suisse Romande et le réalisateur Jean-Jacques Lagrange qui comprend l'écriture de scénarios et dialogues de deux dramatiques et quatre téléfilms. Ce sont d'abord deux histoires de science-fiction réalisées en vidéo, les premières pour la Télévision Suisse Romande  : La Dame d'Outre Nulle-part (1965) puis Temps Mort (1967) d'après des nouvelles de George Langelaan. La Dame d'Outre Nulle-Part est la première dramatique de la Télévision Suisse Romande qui a été diffusée par la RTF en 1967.

Les téléfilms : Le Fusil de chasse (1971) d'après le roman de Yasushi Inoue - Mérette (1982) - La Petite Fille modèle (1985) - La Confession du Pasteur Burg (1992) d'après le roman de Jacques Chessex.

Le film Mérette a remporté le Grand Prix du Festival International du Film d'Auteur de San Remo 1982 et aussi le Prix de la critique française de télévision après le passage de l'émission à l'ORTF.

Jean-Louis Roncoroni a aussi collaboré avec la société suisse de production de séries télévisées TELVETIA pour laquelle il a écrit les scénarios et dialogues de Bergeval Père et fils (1977), Docteur Erika Werner (1978), et Battling le ténébreux (1984).

Jean-Louis Roncoroni était membre de la SACD[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste, Dialoguiste, Adaptateur[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Téléfilms ORTF[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Maigret au Picratt's de la série Les enquêtes du commissaire Maigret
  • 1989 : Un amour tardif de la série V comme Vengeance, réalisation Patrick Jamain
  • 1989 : L'étrange histoire d'Emilie Albert de la série V comme Vengeance, réalisation Claude Boissol

Téléfilms RTS[modifier | modifier le code]

Telvetia séries TV[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice d'autorité auteur sur le site de la BnF

Liens externes[modifier | modifier le code]