Jean-Louis Leutrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Louis Leutrat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Louis Leutrat est né en 1941 et mort le à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé de lettres modernes, il exerce d'abord comme professeur dans un lycée de Grenoble, avant d'enseigner la littérature, puis le cinéma, à l'université de Lyon 2[2]. Spécialisé dans l'esthétique du cinéma, il a présidé l'université de la Sorbonne nouvelle entre 1996 et 2001.

Indépendamment de ses livres sur le cinéma, il est également l'auteur de l'un des tout premiers ouvrages consacrés à l'œuvre de Julien Gracq, en 1966[3].

Il a collaboré aux revues Artsept, Trafic et Positif.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jerry Lewis, SERDOC, 1964
  • Julien Gracq, Ed. universitaires, 1966
  • Diderot, Ed. universitaires, 1967
  • Le western, A. Colin, 1973
  • Nosferatu, Cahiers du cinéma/Gallimard, 1981 (en collaboration avec M. Bouvier)
  • L'alliance brisée : le western des années 1920, Presses universitaires de Lyon, 1985
  • Le western : archéologie d'un genre, PUL, 1987
  • Kaléidoscope, PUL, 1988
  • La prisonnière du désert : une tapisserie navajo, A. Biro, 1990
  • Les cartes de l'ouest : un genre cinématographique, le western, 1990 (en collaboration avec Suzanne Liandrat-Guigues)
  • Julien Gracq, Seuil, coll. Les contemporains, 1991
  • Le cinéma en perspective : une histoire, Nathan, 1992 - rééd. Armand Colin, 2008
  • La chienne de Jean Renoir, Yellow now, 1994
  • Vie des fantômes, Cahiers du Cinéma, 1995
  • Le western, quand la légende devient réalité, coll. « Découvertes Gallimard » (no 258), Gallimard, 1995
  • L'Homme qui tua Liberty Valance, Nathan, 1997
  • L'Autre visible, Klincksieck, 1998
  • Penser le cinéma, Klincksieck, 2001 (en collaboration avec Suzanne Liandrat-Guigues) - rééd. 2010
  • Jean-Luc Godard simple comme bonjour, L'Harmattan, 2004 (en collaboration avec Suzanne Liandrat-Guigues)
  • Jean-Daniel Pollet : Tours d'horizon, Éditions de l'œil, 2005 (en collaboration avec Suzanne Liandrat-Guigues)
  • Alain Resnais : Car rien n'est écrit, n'est-ce pas ?, Cahiers du cinéma, 2006 (en collaboration avec Suzanne Liandrat-Guigues)
  • Echos d’Ivan le Terrible, De Boeck, 2006.
  • Splendeur du western, Pertuis - Rouge Profond, 2007 (en collaboration avec Suzanne Liandrat-Guigues)
  • Hiroshima mon amour, Armand Colin, 2008
  • Un autre visible. Le fantastique du cinéma, De l'incidence éditeur, 2009
  • Cinéma & littérature : Le grand jeu, tome 1, (dir.), De l'incidence éditeur, 2010
  • Cinéma & littérature : Le grand jeu, tome 2, (dir.), De l'incidence éditeur, 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décès du théoricien du cinéma Jean-Louis Leutrat, sur www.allocine.fr
  2. Charles Tesson, Les Cahiers du cinéma, no 668, juin 2011, p. 85
  3. [PDF] Suzanne Dettmar-Wrana, Julien Gracq et la réception du romantisme allemand, thèse de doctorat dirigée par Michel Murat et Oskar Roth, Université de Paris IV, 2000, p. IV.