Jean-Louis Faure (chirurgien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faure et Jean-Louis Faure (homonymie).
Jean-Louis Faure
Jean-Louis Faure - Atelier Nadar.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Fratrie
Conjoint
Madeleine Faure (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions

Jean-Louis Faure est un chirurgien français, né le à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) et mort le , à Saint-Laurent-des-Combes (33), surtout connu pour avoir rénové les méthodes d'intervention de la chirurgie gynécologique. Il est le frère aîné d'Élie Faure.

À la rentrée d'octobre 1870, Jean-Louis Faure est inscrit au collège protestant de Sainte-Foy[1] que ses oncles Reclus ont fréquenté plusieurs dizaines d'années auparavant[2]. En 1879, il entre au lycée Louis-le-Grand à Paris. Il est hébergé par son oncle Élie Reclus. En 1884, il s'inscrit à la faculté de médecine. Il s'oriente vers la chirurgie. Reçu interne des Hôpitaux en 1887, il devient l'assistant de son oncle Paul Reclus à l'hôpital de la Pitié.

Pendant plus de trente ans, Faure publie des ouvrages qui font autorité. En 1918, il remplace Samuel Pozzi à la chaire de clinique gynécologique de la faculté de médecine. Il est élu membre de l'Académie de médecine en 1924, et président de la Société de chirurgie en 1925.

Il est membre du comité de patronage du Redressement français en 1927[3], et membre du conseil d'administration des fonds de propagande du Centre de propagande des républicains nationaux. Il préside la Ligue civique[4], qui forme en 1934-35 avec d'autres associations le Comité d'entente des grandes associations pour l'union nationale, présidé par l'amiral Lucien Lacaze.


Il meurt le 26 octobre 1944 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (19e division)[5].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Leçons de clinique et de technique chirurgicale, 1905
  • Sur la chirurgie de guerre, 1916
  • L'âme du chirurgien, 1920
  • En marge de la chirurgie, 1927, quatre volumes.
  • Dupuytren 1777-1835, collection Anniversaires, édité par les Laboratoires G. Beytout, Paris Xème, 1935.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Provain, « Jean-Louis Faure 1863-1944 », Société d'histoire de l'Association des amis de Sainte-Foy (consulté le 6 février 2011).
  2. Christophe Brun, Élisée Reclus, une chronologie familiale, 1796-2015, 2e version, avril 2015, 440 p., illustrations, tableaux généalogiques, documents. Centrée sur Élisée Reclus, cette chronologie concerne conjointement les membres de la famille Reclus.
  3. L'Echo de Paris, 16 mars 1927
  4. Journal des débats, 21 avril 1934
  5. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 326

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]