Jean-Louis Boissier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boissier.
Jean-Louis Boissier
Boissier Jean-Louis.jpg

Jean-Louis Boissier en 2007

Naissance
Nationalité
Activités
Artiste des nouveaux médias
Autres activités
Maître

Jean-Louis Boissier, né à Loriol-sur-Drôme le , est un universitaire, un commissaire d'exposition et un artiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1967, il rencontre Frank Popper au cours de l'exposition Lumière et mouvement du musée d'art moderne de la ville de Paris. Il l'assiste pour l'exposition inaugurale de la Maison de la Culture de Grenoble en mai-jui 1968, Cinétisme, Spectacle, environnement[1]. En 1969, il fait partie de l'équipe fondatrice du département d'art du Centre universitaire expérimental de Vincennes (Université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis). Il y soutient un doctorat de troisième cycle en 1979, La question de l'héritage dans les arts plastiques en Chine (1972-1979)[2], y devient directeur de recherche en esthétique et art contemporain en 1994 et y enseigne jusqu'en 2013. Intéressé par la question de la participation en art par le biais de l'art cinétique et de la sérigraphie politique, il se penchera ensuite en tant qu'artiste, chercheur, essayiste et commissaire d'exposition à la question de l'interactivité en art.

Théorie[modifier | modifier le code]

Depuis 1984, il a formulé les notions de « dramaturgie de l'interactivité », « esthétique de la saisie », « image-relation », « jouabilité », « perspective relationnelle », « écran mobilisable ».

Vidéodisques documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1988-1990 : Image calculée, 6 vol.
  • 1992-1994 : Anthologie du virtuel, 2 vol.
  • 1992-1995 : Revue virtuelle, 6 vol.

Installations et dispositifs artistiques[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Le Bus
  • 1986 : Pékin pour mémoire
  • 1989 : Album sans fin
  • 1990 : Anthologie d'images de synthèse scientifiques
  • 1992 : Globus oculi
  • 1993-1994 : Flora petrinsularis
  • 1995 : Mutatis mutandis
  • 1995 : Tabula rasa
  • 1995 : Album
  • 1998 : La Deuxième Promenade
  • 1999-2001 : La Morale sensitive
  • 2000 : Le Modèle du thé
  • 2001 : Le Petit Manuel interactif
  • 2001 : Mémoire de crayons
  • 2003 : Modus operandi
  • 2004 : Les Perspecteurs
  • 2011 : C'est elle ! C'est bien elle !
  • 2011 : Les Vigilambules de Daikakuji
  • 2012 : Rousseau retrouvé
  • 2013 : Regardeurs
  • 2014 : Crassula ubiquiste
  • 2015 : Les Vigilambules de Vincennes
  • 2016 : Bambou ubiquiste
  • 2016 : Camargue codée
  • 2017 : Papyrus rudiments

CD-Roms artistiques[modifier | modifier le code]

  • 1993-1994 : Flora petrinsularis (Artintact 1, ZKM, Karlsruhe) (ISBN 3893226753)
  • 1995 : 3e Biennale d'art contemporain de Lyon (Réunion des Musées Nationaux) (ISBN 2-7118-3207-4)
  • 1996 : Actualité du virtuel /Actualizing the Virtual (Centre Georges Pompidou) (ISBN 2-85850-923-9)
  • 2000 : Moments de Jean-Jacques Rousseau (Gallimard) ASIN B00005A4R4
  • 2003 : Moments de Jean-Jacques Rousseau, version japonaise (ISBN 4-536-40057-5)
  • 2004 : Essais interactifs (Mamco, Genève)
  • 2009 : Essais interactifs - édition augmentée (Presses du réel, Dijon, collection Mamco, Genève)

Propositions sur Internet[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Le billet circulaire

Commissariat d'expositions[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Samuel Bianchini, Pour une dramaturgie de l’interactivité, Practicable, MIT Press,
  2. « La question de l'héritage dans les arts plastiques en Chine », sur catalogue de la bnf
  • « Expérimentation, essai et œuvre didactique, entretien de Jean-Louis Boissier avec Samuel Bianchini », dans Recherche & Création. Arts, technologie, pédagogie, innovation, Burozoïque/Les Éditions du Parc, École nationale supérieure d’art de Nancy, (ISBN 978-2-917130-11-7)