Jean-Julien Lemordant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Julien Lemordant
Jean-Julien Lemordant 1917.jpg
Jean-Julien Lemordant en 1917, photographie de l'Agence de presse Meurisse, Paris, BnF.
Naissance
Décès
(à 89 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Archives conservées par

Jean-Julien Lemordant né à Saint-Malo le et mort à Paris le est un peintre et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Jean-Julien Lemordant était maçon, peut-être marin à l'occasion, et sa mère femme au foyer. D'après ce qui a été raconté[réf. nécessaire] au moment du retour triomphal du peintre dans sa ville natale en , son grand-père aurait été « ancien corsaire ». Orphelin dès l'adolescence, sans ressource, Jean-Julien Lemordant réussit à étudier la peinture à l'École régionale des beaux-arts de Rennes où il est le condisciple de Camille Godet, Pierre Lenoir et Albert Bourget, et obtient en 1892 une bourse de la ville de Rennes qui lui permet d’intégrer l’École des beaux-arts de Paris en 1895[3],[4].

À Paris, il fréquente l’atelier Léon Bonnat où il rencontre Raoul Dufy, Georges Braque et Othon Friesz[3].

En 1901, à l’occasion de son service militaire, il découvre Quimper et la région de Penmarch, et il s’installe en 1904 à Saint-Guénolé pour travailler et étudier nature, marins et paysans du pays Bigouden.

Peintre de la Bretagne et de la mer, on l'a qualifié parfois de « fauve breton », quoiqu'il ait travaillé surtout à Paris. Il a vécu dans le quartier des Gobelins[5]. Sa palette très colorée est une de ses principales qualités et il sait admirablement représenter les mouvements des hommes, les danses, mais aussi ceux de la mer, du vent, de la pluie.

Il commence alors à recevoir des commandes importantes tel le décor de la salle à manger de l'hôtel de l’Épée, à Quimper en 1905.

Le grand décor est réalisé entre 1905 et 1909 et se compose de 23 panneaux d’un total de 60 m2 relatant cinq grands thèmes : Le Vent, Le Pardon, Le Goémon, La Mer, et Le Phare[5] représentant le phare d’Eckmühl et la chapelle Notre-Dame-de-la-Joie. En 1975, l'hôtel de l'Épée ferme ses portes et le décor de la salle à manger est acheté aux enchères par le musée des Beaux-Arts de Quimper en 1976. Lemordant y évoque de manière synthétique la vie quotidienne des Bigoudens.

En 1906, il expose neuf toiles au Salon d'automne de Paris[6]. Il y expose a nouveau en 1907 et présente dix œuvres dont des Fragments de décoration pour l'hôtel de l'Épée, Dans le vent et Scènes de Pardon[5],[7].

Il reçoit des critiques positives publiées dans La jeune peinture française par le critique André Salmon (1912) qui écrit « d’une barbare association de couleurs il extrait une juste harmonie par la science de l’éclairage, avec la mer sombre pour écran[8]. »

Son travail est également mentionné dans L'Art et les Artistes par Gustave Geffroy dans l'article « Le Plafond du théâtre de Rennes » en 1913[5].

Son œuvre principale demeure la grande décoration que lui commanda le maire de Rennes, Jean Janvier, pour décorer le plafond du théâtre, aujourd'hui opéra[5]. Réalisée avec une grande rapidité, l'œuvre fut mise en place en 1914[9]. Elle représente une danse bretonne endiablée aux multiples personnages. On connaît au moins 60 études préparatoires à cette grande composition, le musée des Beaux-Arts de Rennes en conservant une[10]. Signalons aussi le décor conçu, sur le thème général de la Bretagne, pour l'hôtel de l’Épée à Quimper. Menacé de disparition lorsque l'hôtel ferma en 1975, il fut acquis par le musée des Beaux-Arts de Quimper, mais le manque de place ne permit de l'exposer qu'après rénovation complète du musée en 1993[11].

Sa carrière est interrompue car Lemordant perd la vue durant la Première Guerre mondiale, en à Arras, mais la recouvre en 1935[12].

Il se construit un hôtel particulier au 38, avenue René-Coty à Paris, en sa qualité d'architecte, ancien élève d'Emmanuel Le Ray, architecte de la Ville de Rennes[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

États-Unis
France
Royaume-Uni

Mobilier[modifier | modifier le code]

  • Buffet breton en bois, 1931, exécuté par François Caujan (né en 1902), exposé pour le cinquantenaire de l'école régionale des beaux-arts de Rennes, localisation inconnue[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://mnesys-portail.archives-finistere.fr/?id=recherche_guidee_plan_detail&doc=accounts/mnesys_cg29/datas/ir%2Fserie_j%2FFRAD029_00000107J%2Exml » (consulté le )
  2. « https://archives.yvelines.fr/rechercher/archives-en-ligne/correspondances-du-musee-departemental-maurice-denis/correspondances-du-musee-maurice-denis », sous le nom LEMORDANT Jean-Julien (consulté le )
  3. a et b Musée des beaux-arts de la ville de Quimper, « Lemordant Décor pour l'hôtel de l'Épée à Quimper », sur Musée des Beaux-Arts de la ville de Quimper : Site Internet (consulté le )
  4. « Esquisse préparatoire de Jean-Julien Lemordant », sur Bretagne Musées (consulté le ).
  5. a b c d et e « L'Art et les artistes : revue mensuelle d'art ancien et moderne... », sur Gallica, (consulté le ).
  6. Getty Research Institute et Société du Salon d'automne, Catalogue des ouvrages de peinture, sculpture, dessin gravure, architecture et art décoratif, Paris : Société du Salon d'automne, (lire en ligne).
  7. Getty Research Institute et Société du Salon d'automne, Catalogue des ouvrages de peinture, sculpture, dessin gravure, architecture et art décoratif, Paris : Société du Salon d'automne, (lire en ligne).
  8. André Harold B. Lee Library, La jeune peinture française, Paris : Société des Trente, (lire en ligne).
  9. Site du musée des Beaux-Arts de Rennes.
  10. Dépôt du musée national d'art moderne, 1994, diamètre 150 cm.
  11. Site du musée des Beaux-Arts de Quimper.
  12. Ce qui donna lieu de la part de ses rivaux et ennemis à des accusations jamais prouvées (il aurait exagéré la gravité de ses blessures aux fins de recevoir une pension).
  13. Antoine Goissaud, « Hôtel particulier pour un artiste peintre 48 avenue du Parc Montsouris à Paris », La Construction moderne, Paris, , pp. 8-15, article cité in: Hélène Guéné et François Loyer, L'Église, l'État et les architectes Rennes 1870-1940, Éd. Norma, 1995, 366 p.
  14. (en) « The Rocks Jean-Julien Lemordant », sur www.metmuseum.org (consulté le ).
  15. Musée départemental breton, Quimper : divers dessins (dont une étude de mobilier), affiche "Finistère" (1913), , 80 p..
  16. « Un Rémois offre un tableau du peintre breton Jean Julien Lemordant au Musée de Quimper », sur Journal L'Union abonné, (consulté le )
  17. « Collections Online | British Museum », sur www.britishmuseum.org (consulté le ).
  18. Bulletin de l'art moderne et ancien, , p. 366.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Bulletin de l'art moderne et ancien, , p. 366.
  • « L'œuvre de guerre de Lemordant », Bretagne no 130, .
  • André Cariou, « La restitution d’une décoration de Lemordant au musée des beaux-arts de Quimper », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, Paris, 1992, pp. 242-252.
  • Jean-Julien Lemordant, avec des textes d'André Cariou et de Luc Legeard, , éd. du musée des Beaux-Arts de Quimper, 1993 (ISBN 2-906739-18-9). — Catalogue de l’exposition du musée des Beaux-Arts de Quimper, du au .
  • André Cariou, « Émile Masson et Jean-Julien Lemordant », in: Actes du colloque Émile Masson, prophète et rebelle, de Pontivy en 2003, éd. Presses Universitaires de Rennes, 2005, pp. 243-250 (ISBN 2-7535-0058-4).
  • André Cariou, Jean-Julien Lemordant, Plomelin, Éd. Palantines, 2006  (ISBN 2-911434-60-9).

Liens externes[modifier | modifier le code]