Jean-Jacques Laffont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Jean-Jacques Lafon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laffont.

Jean-Jacques Laffont (né le à Toulouse et mort le à Colomiers[1]) est un économiste français spécialiste de l'économie publique et de la théorie de l'information. Professeur d'économie à l'université Toulouse I et directeur d'études à l'EHESS, il fut le fondateur en 1990 de l'Institut d'économie industrielle (IDEI) qui est devenu un des tout premiers centres européens de recherche en économie [2], Jean-Jacques Laffont a publié 17 livres et plus de 200 articles scientifiques.

Études[modifier | modifier le code]

Après avoir effectué ses études secondaires au lycée Pierre-de-Fermat[3], et obtenu, en 1968, une maîtrise de mathématiques et une licence d'économie à Toulouse, Jean-Jacques Laffont reçoit le diplôme d'ingénieur-statisticien de l'ENSAE ParisTech en 1970. Il est titulaire d'un DEA en analyse stochastique (1969), d'un DEA en mathématiques économiques (1970), d'un doctorat de troisième cycle en mathématiques appliquées (1972) de l'université Pierre-et-Marie-Curie[4],[5], et d'un Ph.D. en sciences économiques de l'université Harvard obtenu en 1975[5]. Sa thèse doctorale lui vaut le Wells Prize à Harvard[6].

Enseignements[modifier | modifier le code]

Après sa thèse à Harvard, Jean-Jacques Laffont rejoint le CNRS (1975-1977) et devient maître de conférences à l'École polytechnique, poste qu'il conserve jusqu'en 1987. En 1979, il est nommé professeur à l'université Toulouse I - Capitole, puis en 1980, directeur d'études à l'EHESS, il occupe ces deux fonctions jusqu'à sa mort en 2004[5].

Il est également professeur invité à l'université de Pennsylvanie (1980), au California Institute of Technology (1987-1988), à l'université nationale australienne (1988), à l'université Harvard (1988) et à l'université de Californie du Sud (2001-2004)[5].

Entre 1986 et 2003, il dirigea la rédaction de 24 thèses de doctorat[7].

Travaux[modifier | modifier le code]

Il a apporté des contributions dans la plupart des domaines de la microéconomie, en particulier la théorie des incitations, l'économie publique, la régulation économique (NB : ne pas confondre avec la théorie de la régulation - une approche macroéconomique hétérodoxe) et l'économie du développement. Son livre A Theory of Incentives in Procurement and Regulation (MIT Press, 1993), écrit en collaboration avec Jean Tirole, prix Nobel d'économie en 2014, est un ouvrage de référence[réf. nécessaire] sur la nouvelle économie de la régulation. Plus récemment, il a publié The Theory of Incentives: the Principal-Agent Model (Princeton University Press, 2001) avec David Martimort. Son dernier ouvrage intitulé Regulation and Development (Cambridge University Press, 2005) rassemble ses travaux et réflexions sur l'économie du développement.

Il a reçu de nombreux honneurs : médaille d'argent du CNRS (1990), lauréat du prix scientifique de l'UAP (1991), membre honoraire de l'American Economic Association (1991), membre honoraire étranger de l'Académie américaine des arts et des sciences (1993), le prix du meilleur économiste de l'année 1993 décerné par le mensuel Le Nouvel Économiste, et docteur honoris causa de l'université de Lausanne (1998). Il a été président de la Société d'économétrie en 1992 et de l'Association européenne d'économie en 1998. De plus, il a reçu en 1993, en association avec Jean Tirole, directeur scientifique de l'Institut d'économie industrielle, le prix Yrjö Jahnsson de la European Economic Association, qui récompense le meilleur économiste européen de moins de 45 ans. En France, il a été nommé membre senior de l'Institut universitaire de France en 1991 pour une durée de cinq ans[8], renouvelée en 1996[9], et a été nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1991, puis officier en 2001[10].

Décorations[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laffont, Jean-Jacques (1947-2004), notice no FRBNF11910595, catalogue Bn-Opale plus, BnF. Créée le 15 janvier 1975, mise à jour le 8 juin 2007.
  2. [1]
  3. « Biographie Jean-Jacques Laffont Universitaire », sur www.whoswho.fr (consulté le 26 décembre 2017)
  4. SUDOC 139704124
  5. a b c et d « CV Jean-Jacques Laffont », IDEI (Institut D'Economie Industrielle),‎ , p. 1 (lire en ligne)
  6. Douglas Martin, « Jean-Jacques Laffont, Economist, Dies at 57 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 mai 2017)
  7. « theses.fr Jean-Jacques Laffont », sur www.theses.fr (consulté le 26 décembre 2017)
  8. Arrêté du 2 décembre 1991 portant nomination à l'Institut universitaire de France, JORF no 286 du 8 décembre 1991, p. 16074, NOR MENH9102797A, sur Légifrance.
  9. Arrêté du 8 août 1996 portant nomination des membres seniors et juniors de l'Institut universitaire de France, JORF no 191 du 17 août 1996, p. 12453, NOR MENK9602306A, sur Légifrance.
  10. a et b Décret du 31 décembre 2001 portant promotion et nomination, JORF no 1 du 1er janvier 2002, p. 9, texte no 3, NOR PREX0105272D, sur Légifrance.

Liens externes[modifier | modifier le code]