Jean-Jacques Gabut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Jacques Gabut
Jean-Jacques Gabut.jpg
Jean-Jacques Gabut en 2014
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Jean-Jacques Gabut né le 9 août 1934 à Chalon-sur-Saône en France est un journaliste et auteur d'ouvrages sur les thèmes de la franc-maçonnerie, la religion, l’ésotérisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Gabut est né le 9 août 1934 à Chalon-sur-Saône. Deuxième de la fratrie. Fils d’un professeur de français, latin, grec, il est bercé dès le plus jeune âge par les Lettres. Il décroche le baccalauréat de Lettres et Philosophie en 1951, puis poursuit ses études de Droit. Il effectue deux ans de service militaire notamment en Algérie entre 1956 et 1958.

Journaliste[modifier | modifier le code]

En 1954, Jean Jacques Gabut débute sa carrière de journaliste à Chalon-sur-Saône. Il est successivement journaliste, reporter, chef de service et rédacteur en chef au Groupe Le Progrès, à Chalon-sur-Saône, Annecy et Lyon à partir de 1968[1]. Il est directeur de la formation du groupe Dauphiné Libéré de 1980 à 1983. Directeur adjoint de l’agence « Aigles » du groupe Progrès de 1977 à 1980. Enfin, il termine sa carrière en étant nommé directeur de « Lyon-Matin » (Groupe Hersant) de 1983 à 1992. Il prend sa retraite en 1992 comme directeur délégué du Groupe « Le Progrès »[2].

Jean-Jacques Gabut préside également deux radios libres, « Happy Radio » et « Fun Radio » entre 1983 et 1992. Durant sa carrière, il enseigne à l’École française des attachés de presse (EFAP), puis a été chargé de cours à l’Université Jean Moulin (licence de l’information et de la communication) de 1978 à 1985[2]

Vie publique et associative[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Gabut est président et/ou animateur de plusieurs associations à but humanitaire et philanthropique (Lyon-Brazzaville, S.O.S. Sahel, Enfants de Recas, principalement), ou de caractère civique (Cercle Montségur). A ce titre, il est en collaboration avec Lyon-Matin et les Hospices Civils de Lyon, à l’origine du financement et de la réalisation de la totalité de l’équipement d’une maternité à Brazzaville.

Membre de 1992 à 2000 du Grand Jury du concours de sortie des commissaires de police à l’École nationale supérieure de la Police.

Administrateur depuis 1975 de l’École des aveugles Gallieni.

Membre du comité des fêtes de la ville de Lyon et dignitaire de la Compagnie des Pennons.

Jean-Jacques Gabut de façon régulière à des rencontres ou dîners-débats œcuméniques avec les représentants des grandes religions.

En tant qu’ancien combattant d’Algérie, il a été président de l’UNC-AFN de Haute-Savoie de 1960 à 1968, vice-président du Rhône, membre du Comité directeur national de l’UNC-AFN.

Il a enfin contribué à la création du festival du cinéma d’animation à Annecy.

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Gabut est un ancien dirigeant national de la Grande Loge de France[1], en 2017 il est toujours grand-maître Honoris Causa[3]. Membre du Suprême Conseil de France il est titulaire du 33e degré du Rite écossais ancien et accepté. Il préside à Lyon-Villeurbanne depuis 2012 le « Cercle culturel Franklin » qui organise conférences, expositions, concerts, dans le grand temple de la Grande Loge de France.

Jean-Jacques Gabut organise deux importants colloques nationaux à Lyon, en 1999, sous l’égide de la Grande Loge de France sur le thème « La dignité de l’homme : apport des traditions et religions dans la société Moderne ». En 2002, en collaboration avec l’association « religion, laïcité, citoyenneté » (ARELC) sur « l’enseignement du fait religieux dans l’école aujourd’hui ».

Vie Privée[modifier | modifier le code]

Marié une première fois avec Suzanne Bertin, il a eu quatre enfants. Puis avec sa compagne, le Docteur Micheline Labaeye, il a eu un enfant. De ses cinq enfants, il a au total neuf petits-enfants. Jean-Jacques Gabut a effectué d’innombrables voyages d’études en France et à l’étranger. Sur le plan des loisirs, il aime la Nature, le jardinage, tous les arts (cinéma, théâtre - a fait du théâtre amateur - musique, peinture), passionné de littérature, histoire et philosophie, collectionneur de bandes dessinées anciennes, objets maçonniques, appareils photos anciens.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Gabut a également reçu la médaille d’honneur de l’Assemblée nationale en 1994, la médaille d’argent de la Société d’encouragement au progrès en 1997, la médaille d’or du Sénat en 1999 et la Croix du combattant de l’Europe,

Publications[modifier | modifier le code]

Auteur de très nombreux articles dans diverses revues et notamment Historia, Témoin, Spiritus, Points de vue initiatiques et de conférences sur des sujets touchant à l’ésotérisme, à la connaissance des civilisations disparues, à l’histoire des religions, aux traditions initiatiques et à la franc-maçonnerie. Il est l’auteur de :

  • « Lyon magique et sacré » aux éditions de Borée en 1994 (2 éditions - épuisé). Réédité en 2007 aux éditions Jacques André, Lyon ;
  • « Église, religions et franc-maçonnerie » aux éditions de Borée en 1998, 3ème parution aux éditions Dervy en 2010 ;
  • « La magie traditionnelle » en 1999 aux éditions Dangles (Paris) avec une préface de Jean-Pierre Bayard ;
  • « L’âge d’or de la bande dessinée, les illustrés d'enfants 1934-1944 » 2004 éditions Herscher – Belin en septembre 2004 ;
  • « Les survivances chevaleresques dans la franc-maçonnerie du Rite écossais ancien et accepté » aux éditions Dervy (Paris) en novembre 2004 ;
  • « Les poètes assassinés », aux éditions Jacques André (Lyon) novembre 2006 ;
  • « Les signes, les mots, les couleurs et les nombres dans la symbolique maçonnique », aux éditions Dervy en 2008 ;
  • « Le message hermétique des imagiers du moyen-âge », aux éditions Dervy, janvier 2013 ;
  • « Petite histoire des loges écossaises à Lyon », Jacques André éditeur, juin 2017 ;
  • « Origines et fondements spirituels de la maçonnerie écossaise » aux éditions Dervy, aout 2017[1] ;
en collaboration
  • « Le pari d’un gouvernement mondial », s/dir professeur Marcel Ruby aux éditions A2C Médias ;
  • « Le livre de la franc-Maçonnerie », s/dir. Jean-Luc Maxence, aux éditions R. Laffont, collection « Bouquins ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Jean-Jacques Gabut, auteur d’un livre sur la maçonnerie écossaise », sur leprogres.fr, (consulté le 28 septembre 2018).
  2. a et b « Bio », sur selyre.fr (consulté le 31 août 2017).
  3. Jean-Louis Turbet, « Pourquoi être franc-maçon en Grande Loge de France?, conférence de Jean-Jacques Gabut. », sur jlturbet.net, (consulté le 28 septembre 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]