Jean-Jacques Brot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Jacques Brot
Image dans Infobox.
Jean-Jacques Brot en 2020
Fonctions
Préfet des Yvelines
depuis le
Serge Morvan (d)
Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie
-
Préfet du Finistère
-
Jean-Luc Videlaine (d)
Préfet de la Vendée
-
Préfet d'Eure-et-Loir
-
Patrick Subrémon (en)
Lionel Beffre (en)
Préfet de Guadeloupe
-
Emmanuel Berthier (d)
Préfet des Deux-Sèvres
-
Préfet de Mayotte
-
Philippe De Mester (d)
Jean-Paul Kihl (d)
Secrétaire général de la préfecture des Hauts-de-Seine (d)
-
Secrétaire général de la préfecture du Finistère (d)
-
Secrétaire général de la préfecture de l'Eure (d)
-
Sous-préfet de Mirande
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Agnès Brot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Jean-Jacques Brot est un haut fonctionnaire français, né le à Paris 9e.

Il est connu pour avoir été chargé de la mission de coordination pour l'accueil des réfugiés syriens et irakiens auprès du directeur général des Étrangers en France de 2015 à 2017 (réfugiés de la Guerre civile syrienne). Il est préfet des Yvelines depuis le 4 .

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires aux lycées Buffon et Louis-le-Grand à Paris, Jean-Jacques Brot est ensuite diplômé d'HEC et de l'Institut d'études politiques de Paris.

Jean-Jacques Brot sort diplômé de l'École nationale d'administration (promotion Solidarité) en 1983.

Il obtient le grade de capitaine de corvette de réserve à l'issue de son service militaire.

Carrière et responsabilités publiques[modifier | modifier le code]

Haut fonctionnaire et préfet[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'École Nationale d'Administration, Jean-Jacques Brot entre au ministère des Affaires étrangères en tant que Secrétaire des affaires étrangères. Il occupe le poste de second puis premier secrétaire à l'ambassade de France au Japon de 1983 à 1986.

Il rejoint le corps préfectoral en 1988, dans lequel il est titularisé préfet en 2004[1].

Entre 2002 et 2010, il est successivement préfet de Mayotte, des Deux-Sèvres, de la Guadeloupe et de l'Eure-et-Loir. Nommé préfet de la Vendée le , il doit faire face, quelques jours après son arrivée dans le département, au drame provoqué par la tempête Xynthia dans les communes de La Faute-sur-Mer et L'Aiguillon-sur-Mer.

Il est ensuite nommé préfet du Finistère en 2011 jusqu'en 2013.

Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

Il est nommé le par décret pris en conseil des ministres, sur proposition du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie en remplacement d'Albert Dupuy, qui part à la retraite le 2 février suivant. Il arrive en Nouvelle-Calédonie le , pour prendre ses fonctions le lendemain.

Jean-Jacques Brot se fait rapidement remarquer par une attitude et des prises de parole tranchant avec celles de son prédécesseur et plus généralement des hauts-commissaires.

Aéroport international de la Tontouta[modifier | modifier le code]

Lors de l'inauguration de la nouvelle aérogare de l'aéroport international de Nouméa - La Tontouta le , Jean-Jacques Brot critique sèchement la gestion du chantier (qui a connu de nombreux retards et dépassements de budget). Cette intervention est qualifiée de « brève et lapidaire » et de « douche froide » par le quotidien Les Nouvelles calédoniennes[2], ou de « beau clash oratoire » par Nouvelle-Calédonie 1re qui titre également « le style Jean-Jacques Brot laisse sans voix »[3].

Le , le rapport d'observations définitives (ROD 2) rendu par la Chambre Territoriale des Comptes (CTC) de Nouvelle-Calédonie met en évidence d'importantes fraudes et manquements budgétaires relatifs aux conditions de financement de la rénovation et de l'inauguration de l'aéroport international de Nouméa - La Tontouta[4].

Révision des listes électorales[modifier | modifier le code]

Le , le Premier ministre Jean-Marc Ayrault déclare à l'Assemblée nationale que Jean-Jacques Brot a « toute sa confiance » pour mener à bien la révision des listes électorales de Nouvelle-Calédonie[5]. Cette déclaration fait suite aux interprétations divergentes entre partis indépendantistes et loyalistes concernant la composition du corps électoral qui aura la charge d'organiser le référendum d'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie lors de son mandat (2014-2018).

Dialogue social[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Brot s'investit également dans le règlement d'un conflit social sur le thème de la vie chère, organisant au Haut-commissariat à partir du , après dix jours de grèves générales, de blocage du port autonome, des principaux hypermarchés, de certains axes routiers et de nombreuses perturbations des vols de la compagnie domestique Air Calédonie, les réunions entre responsables politiques, patronaux et syndicaux qui ont abouti à la signature le 27 mai d'un protocole d'accord[6].

Démission[modifier | modifier le code]

Le , en pleine visite du ministre de l'outre-mer George-Pau Langevin, Jean-Jacques Brot démissionne de son poste de haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie[7]. Le mercredi , le Premier ministre Manuel Valls déclare aux députés : « N'ayez aucun doute sur le fait que son départ, sa démission, n'a rien à voir avec la politique du gouvernement »[8]. Bien que Jean-Jacques Brot ne se soit pas exprimé publiquement sur le sujet, les médias ont fait état d'un désaccord stratégique entre le Haut-Commissaire et le Gouvernement de François Hollande sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie[9].

Le "préfet des réfugiés"[modifier | modifier le code]

À l'issue de sa démission, Jean-Jacques Brot est nommé préfet hors cadre, c'est-à-dire préfet sans affectation territoriale.

Du au , Jean-Jacques Brot est chargé de la mission de coordination pour l'accueil des réfugiés syriens et irakiens auprès du Directeur général des étrangers en France.

Surnommé le "préfet des réfugiés", le préfet Jean-Jacques Brot sillonne la France à la recherche de structures d’accueil pour des familles notamment syriennes ayant fui la guerre. L’objectif de départ ne vise qu’une centaine de personnes par an. Suite à la crise des migrants de l’été 2014, les ambitions sont revues à la hausse.[10]

La mission de Jean-Jacques Brot vise à mettre en application un accord de « réinstallation » signé en 2008 par la France avec le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) et à récupérer des familles de toutes confessions (chrétiens, yézidis) dans les camps et campements du Liban, de Jordanie et de Turquie.[11]

Au cours des trois années et avec le concours d’élus locaux, d’associations, de services déconcentrés de l’Etat ainsi que de la direction générale des étrangers en France, la mission emmenée par Jean-Jacques Brot a permis d’accueillir environ 2500 personnes qui ont obtenu le statut de réfugiés réparties dans 60 départements.[12]

Préfet des Yvelines[modifier | modifier le code]

En , il est nommé préfet des Yvelines[13].

Résumé de carrière[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]


Polémiques[modifier | modifier le code]

Attentat de Conflans-Sainte-Honorine[modifier | modifier le code]

En octobre 2020, Jean-Jacques Brot est mis en cause dans un article du magazine Marianne qui publie le témoignage de policiers qui lui reprochent le limogeage en 2018 du commissaire Jean-Luc Taltavull, dont «la lutte contre l’islamisme radical ne plaisait pas à tout le monde», sous un prétexte fallacieux, «ne pas avoir remonté au préfet Brot une note sur une possible flambée de violences à Chanteloup» et d'«avoir réclamé la surveillance du milieu évangéliste» plutôt que le milieu islamiste[34]. L'article de Marianne est publié quelques jours après la décapitation de Samuel Paty, enseignant dans les Yvelines, par un terroriste islamiste.[35]

Tempête Xynthia[modifier | modifier le code]

Alors que Jean-Jacques Brot vient d'être nommé préfet de Vendée, la Tempête Xynthia balaie la Vendée dans la nuit du 27 au 28 février 2010 et fait 29 morts à La Faute-sur-Mer. Peu après le drame, face à des habitants en colère mettant en cause la responsabilité de l'Etat dans l'obtention de permis de construire, il déclare «Je ne peux pas supporter que vous m'accusiez de la responsabilité de ce drame»[36]. Bien que rejetant une faute lourde de l'Etat, la cour d'Appel de Nantes décidera le 19 mars 2019 que «la responsabilité de l’Etat est engagée en raison du « retard » qu’il a pris pour finaliser le Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) de La Faute-sur-Mer, en dépit des « comportements hautement critiquables » de René Marratier, maire de La Faute-sur-Mer, et de son ancienne première adjointe Françoise Babin»[37]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 20 janvier 2004 portant titularisation
  2. Ph. F., « Douche froide à Tontouta », Les Nouvelles Calédoniennes, 22/03/2013
  3. A. PALMIERI, « Inauguration de l'aéroport: le style Jean-Jacques Brot laisse sans voix », Nouvelle-Calédonie 1re, 21/03/2013
  4. https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Chambre-de-commerce-et-d-industrie-de-Nouvelle-Caledonie-Noumea-Rapport-d-observations-definitives.
  5. Le Monde avec AFP, « Nouvelle-Calédonie : Ayrault clarifie la révision des listes électorales », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « Le protocole de fin de conflit « vie chère » [DOCUMENT », Les Nouvelles Calédoniennes, 27/05/2013]
  7. « Nouvelle-Calédonie la 1ère : actualités et info en direct de la Nouvelle-Calédonie, replays TV et radio », sur Nouvelle-Calédonie la 1ère (consulté le 21 octobre 2020).
  8. « Nouvelle-Calédonie: un nouveau Haut-commissaire nommé, Valls défend sa mission », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020).
  9. Le Point.fr, « Nouvelle-Calédonie : démission du haut-commissaire de la République », sur lepoint.fr, (consulté le 2 septembre 2020).
  10. « Accueil des réfugiés. La mission Brot en action », sur Le Telegramme, (consulté le 6 avril 2021)
  11. « Sur la route avec Jean-Jacques Brot, le préfet des réfugiés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2021)
  12. Sylvain Mouillard, « Réfugiés : «Quand les conditions sont réunies, les choses se déroulent bien» », sur Libération (consulté le 29 mars 2021)
  13. Émilie Coste, « Un nouveau préfet des Yvelines a été nommé », Acteurs publics, (consulté le 4 avril 2018)
  14. Décrets du 27 août 1990 portant nomination (administration préfectorale)
  15. Décret du 7 janvier 1993 portant nomination (administration préfectorale)
  16. Décret du 13 octobre 1995 portant nomination (administration préfectorale)
  17. Décret du 7 juin 2000 portant cessation de fonctions (administration préfectorale)
  18. Décret du 4 juillet 2002 portant nomination d'un préfet
  19. Décret du 16 décembre 2004 portant nomination d'un préfet
  20. Décret du 23 mai 2006 portant nomination du préfet de la région Guadeloupe, préfet de la Guadeloupe - M. Brot (Jean-Jacques)
  21. Décret du 15 octobre 2007 portant nomination du préfet d'Eure-et-Loir - M. Brot (Jean-Jacques)
  22. Décret du 21 janvier 2010 portant nomination du préfet de la Vendée - M. BROT (Jean-Jacques)
  23. Décret du 16 novembre 2011 portant nomination du préfet du Finistère - M. Brot (Jean-Jacques)
  24. Conseil des ministres du 16 novembre 2011
  25. Décret du 25 janvier 2013 portant nomination du haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie - M. BROT (Jean-Jacques)
  26. Décret du 9 mars 2017 portant nomination d'un conseiller du Gouvernement - M. BROT (Jean-Jacques)
  27. Décret du 4 avril 2018 portant nomination du préfet des Yvelines (hors classe) - M. BROT (Jean-Jacques)
  28. Décret du 31 décembre 2002 portant promotion et nomination
  29. Décret du 29 mars 2013 portant promotion et nomination
  30. Décret du 10 novembre 1998 portant promotion et nomination
  31. Décret du 7 mai 2007 portant promotion et nomination
  32. « Décret du 3 janvier 2012 portant promotion et nomination », sur Mérite maritime (consulté le 9 août 2019).
  33. https://www.culture.gouv.fr/Nous-connaitre/Organisation/Conseil-de-l-Ordre-des-Arts-et-des-Lettres/Arretes-de-Nominations-dans-l-ordre-des-Arts-et-des-Lettres/Nomination-dans-l-ordre-des-Arts-et-des-Lettres-ete-2020
  34. «Radicalisation : l'étrange limogeage d'un commissaire des Yvelines », Marianne, 19/10/2020
  35. «Enseignant décapité dans les Yvelines : "Un attentat terroriste islamiste" pour Macron», France Info, 17/10/2020
  36. «Les sinistrés de Xynthia entre colère et incompréhension», BFM TV, 08/04/2010
  37. «Tempête Xynthia : la responsabilité de la commune de La Faute-sur-Mer en passe d'être alourdie en appel», Les Sables, Vendée Journal, 19/03/2019