Jean-Jacques Brot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brot.
Jean-Jacques Brot
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Jacques Brot à Chartres le .
Nom de naissance Jean-Jacques-Christian-Raymond Brot
Naissance (61 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Formation
Distinctions

Jean-Jacques Brot est un haut fonctionnaire français, né le à Paris 9e. Il est connu d'avoir été chargé de la mission de coordination pour l'accueil des réfugiés syriens et irakiens auprès du directeur général des Étrangers en France de 2015 à 2017 (réfugiés de la Guerre civile syrienne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires aux lycées Buffon et Louis-le-Grand à Paris, Jean-Jacques Brot est ensuite diplômé d'HEC et de l'Institut d'études politiques de Paris.

Jean-Jacques Brot sort diplômé de l'École nationale d'administration (promotion Solidarité) en 1983.

Il obtient le grade de capitaine de corvette de réserve à l'issue de son service militaire.

Carrière et responsabilités publiques[modifier | modifier le code]

Haut fonctionnaire et préfet[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'École Nationale d'Administration, Jean-Jacques Brot intègre le ministère des Affaires étrangères en tant que Secrétaire des affaires étrangères. Il occupe le poste de second puis premier secrétaire à l'ambassade de France au Japon de 1983 à 1986.

Il rejoint le corps préfectoral en 1988, dans lequel il est titularisé préfet en 2004[1].

Entre 2002 et 2010, il est successivement préfet de Mayotte, des Deux-Sèvres, de la Guadeloupe et de l'Eure-et-Loir. Nommé préfet de la Vendée le 15 février 2010, il doit faire face, quelques jours après son arrivée dans le département, au drame provoqué par la tempête Xynthia dans les communes de La Faute-sur-Mer et L'Aiguillon-sur-Mer.

Il est ensuite nommé préfet du Finistère en 2011 jusqu'en 2013.

Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

Il est nommé le par décret pris en conseil des ministres, sur proposition du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie en remplacement d'Albert Dupuy, qui part à la retraite le 2 février suivant. Il arrive en Nouvelle-Calédonie le , pour prendre ses fonctions le lendemain.

Jean-Jacques Brot se fait rapidement remarquer par une attitude et des prises de parole tranchant avec celles de son prédécesseur et plus généralement des hauts-commissaires.

Aéroport international de la Tontouta[modifier | modifier le code]

Lors de l'inauguration de la nouvelle aérogare de l'aéroport international de Nouméa - La Tontouta le , Jean-Jacques Brot critique sèchement la gestion du chantier (qui a connu de nombreux retards et dépassements de budget). Cette intervention est qualifiée de « brève et lapidaire » et de « douche froide » par le quotidien Les Nouvelles calédoniennes[2], ou de « beau clash oratoire » par Nouvelle-Calédonie 1re qui titre également « le style Jean-Jacques Brot laisse sans voix »[3].

Le 4 mars 2015, le rapport d'observations définitives (ROD 2) rendu par la Chambre Territoriale des Comptes (CTC) de Nouvelle-Calédonie met en évidence d'importantes dérives et manquements budgétaires relatifs aux conditions de financement de la rénovation et de l'inauguration de l'aéroport international de Nouméa - La Tontouta[4].

Révision des listes électorales[modifier | modifier le code]

Le 26 février 2014, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault déclare à l'Assemblée nationale que Jean-Jacques Brot a « toute sa confiance » pour mener à bien le processus de révision des listes électorales de Nouvelle-Calédonie[5]. Cette déclaration fait suite aux interprétations divergentes entre partis indépendantistes et loyalistes concernant la composition du corps électoral qui aura la charge d'organiser le référendum d'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie lors de son mandat (2014-2018).

Dialogue social[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Brot s'investit également dans le règlement d'un conflit social sur le thème de la vie chère, organisant au Haut-commissariat à partir du , après dix jours de grèves générales, de blocage du port autonome, des principaux hypermarchés, de certains axes routiers et de nombreuses perturbations des vols de la compagnie domestique Air Calédonie, les réunions entre responsables politiques, patronaux et syndicaux qui ont abouti à la signature le 27 mai d'un protocole d'accord[6].

Démission[modifier | modifier le code]

Le 19 juillet 2014, en pleine visite du ministre de l'outre-mer George-Pau Langevin, Jean-Jacques Brot démissionne de son poste de haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie[7]. Le mercredi 23 juillet 2014, le Premier ministre Manuel Valls déclare aux députés: « n'ayez aucun doute sur le fait que son départ, sa démission, n'a rien à voir avec la politique du gouvernement »[8]. Bien que Jean-Jacques Brot ne se soit pas exprimé publiquement sur le sujet, les médias ont fait état d'un désaccord stratégique entre le Haut-Commissaire et le Gouvernement de François Hollande sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie[9].

Préfet hors cadre[modifier | modifier le code]

À l'issue de sa démission, Jean-Jacques Brot est placé préfet hors-cadre, c'est à dire préfet sans affectation territoriale.

Du 9 mars 2015 au 9 mars 2017, Jean-Jacques Brot est chargé de la mission de coordination pour l'accueil des réfugiés syriens et irakiens auprès du Directeur général des étrangers en France.

Le 9 mars 2017, il est nommé Conseiller du Gouvernement.[10]

Résumé de carrière[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire des Affaires étrangères, Premier Secrétaire de l'Ambassade de France au Japon (1983)
  • Affecté à la sous-direction du désarmement au ministère des Affaires Étrangères (août 1986)
  • Conseiller technique pour les affaires diplomatiques au cabinet de Gaston Flosse, secrétaire d’État chargé des problèmes du Pacifique Sud auprès du ministre des départements et territoires d’outre-mer (février 1987)
  • Administrateur civil au ministère des Affaires étrangères (juin 1988)
  • Détaché sous-préfet de 1re classe, sous-préfet de Mirande (21/11/1988)
  • Secrétaire général de la préfecture de l'Eure (20/10/1990)
  • Secrétaire général de la préfecture du Finistère (01/03/1993) (Titularisé sous-préfet hors classe le )
  • Secrétaire général de la préfecture des Hauts-de-Seine (06/11/1995)
  • Sous-préfet hors cadre (= sans affectation territoriale), conseiller technique à la présidence de la République ()
  • Préfet de Mayotte (29/07/2002) (Titularisé préfet le )
  • Préfet des Deux-Sèvres (17/01/2005)
  • Préfet de la région Guadeloupe, préfet de la Guadeloupe (12/06/2006); en outre représentant de l'État dans la collectivité de Saint-Barthélemy et représentant de l'État dans la collectivité de Saint-Martin (30/07/2007)
  • Préfet d’Eure-et-Loir (11/10/2007)
  • Préfet de la Vendée (15/02/2010)
  • Préfet du Finistère (5/12/2011)[11]
  • Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie du 27/02/2013 au 19/07/2014.
  • Chargé de la mission de coordination pour l'accueil des réfugiés syriens et irakiens auprès du Directeur général des étrangers en France du 09/03/2015 au 9 mars 2017.
  • Conseiller du Gouvernement depuis 9 mars 2017.

Décorations[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur (décret du 29 mars 2013[12]). Officier de l'ordre national du Mérite Officier de l'ordre national du Mérite (décret du 7 mai 2007[13]). Officier de l'Ordre des Palmes académiques Officier de l'ordre des Palmes académiques. Officier de l'ordre du Mérite agricole Officier de l'ordre du Mérite agricole. Médaille de la Défense nationale, bronze Médaille de la Défense nationale, bronze. Médaille de la jeunesse, des sports et de l'engagement associatif, or Médaille de la jeunesse, des sports et de l'engagement associatif, or.

Notes et références[modifier | modifier le code]