Jean-Henry d'Anglebert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Henry d'AnglebertDanglebert
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Henri d'Anglebert.

Naissance
Bar-le-Duc
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 62 ans)
Paris
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Activité principale Compositeur, claveciniste
Style Musique baroque française
Maîtres Jacques Champion de Chambonnières
Descendants Jean-Baptiste-Henri d'Anglebert

Œuvres principales

Pièces de clavecin

Jean-Henry d'Anglebert (ou Danglebert), né à Bar-le-Duc le 1er avril 1629, mort à Paris le , est un musicien français, claveciniste et compositeur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un bourgeois aisé, maître cordonnier de Bar-le-Duc connu de ses proches sous le sobriquet « Anglebert », son véritable patronyme est Henry, et il utilisera la ruse et la patience pour usurper un titre de noblesse factice : Jean Henry deviendra progressivement Jean-Henry d'Anglebert, nom plus approprié pour un musicien talentueux qui réussit à s'introduire dans le grand monde jusqu'à terminer sa carrière auprès de Louis XIV lui-même. Son portrait par Mignard (voir ci-contre) montre qu'il était atteint d'un fort strabisme.

Il épouse en 1659 Madeleine Champagne, belle-sœur de l'orfèvre et organiste François Roberday (un proche de la famille royale), qui lui donne cinq enfants. Disciple de Jacques Champion de Chambonnières, il est jusqu'en 1662 organiste de Monsieur le Duc d'Orléans et de l'église des Jacobins.

Il succède à Chambonnières en 1663 ou 1664, après sa disgrâce, comme Ordinaire de la Musique de la Chambre du Roy pour le clavesin (sic), poste poliment décliné par Louis Couperin par égard pour son bienfaiteur. Il rendra cependant un hommage à son maître, qu'il éclipse rapidement, en composant, pour le clavecin, l'admirable Tombeau de Monsieur de Chambonnières, un des sommets de la littérature pour le clavecin au XVIIe siècle.

D'Anglebert est collègue, collaborateur et ami de Lully dont il assure le continuopendant toute sa carrière et qui sera le parrain de son fils aîné, Jean-Baptiste Henri. Ce dernier recevra plus tard, en 1774, la charge de son père, par le système de la « survivance » qui privilégie le lignage sur le talent et privera ainsi, ensuite, François Couperin d'obtenir cette position qu'il aurait méritée.

Page de titre des Pièces de clavecin (1689)

D'Anglebert publie en 1689 ses Pièces de clavecin dédiées à la Princesse de Conti, pour laquelle elles avaient presque toutes été composées et qui les jouait elle-même. Dans cet unique ouvrage il ajoute, aux suites de danses de sa composition, des transcriptions d'œuvres de Jean-Baptiste Lully : ces transcriptions d'airs à succès sont propres à assurer celui du recueil auprès du public. Il y adjoint encore 5 fugues pour orgue sur un thème unique qu'il a composées dans sa jeunesse. Ce livre est en France le premier ouvrage imprimé qui comporte une table, très complète, des ornements indiquant la manière de les exécuter.

Si André Pirro et à sa suite Norbert Dufourcq sont peu convaincus de la qualité et de l'intérêt de ses pièces, Manfred Bukofzer reconnaît son apport important au développement de la suite et à l'enrichissement de la technique du clavecin  : « le tombeau de Chambonnières et les 22 variations sur les Folies d'Espagne sont des exemples impressionnants de la richesse de son style, traduisant l'influence de Lully ». D'Anglebert est un acteur important de la vie musicale au début du règne de Louis XIV.

Édition[modifier | modifier le code]

  • J.-H. d'Anglebert. Pièces de Clavecin, éd. Kenneth Gilbert, Paris, Heugel, coll. « Le Pupitre » no 54, 1975, 210 pages.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Pirro, Les clavecinistes, Paris, Henri Laurens, coll. « Les musiciens célèbres »,‎ , 125 p.
  • Norbert Dufourcq, Le clavecin, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ , 3e éd. (1re éd. 1949), 128 p.
  • Jean-Patrice Brosse, Le clavecin du Roi Soleil, Paris, coll. « Horizons »,‎ , 176 p. (ISBN 978-2358840132)
  • (en) Manfred Bukofzer, Music in the baroque era : from Monteverdi to Bach, New York, W. W. Norton & Co,‎ , 489 p. (ISBN 0393097455)

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Pièces pour clavecin et pour orgue - Scott Ross (2CD Erato)
  • Lully, Ouvertures, airs et danses, transcriptions pour clavecin par d'Anglebert - Kenneth Gilbert (Harmonia Mundi HMX 290866 1987/1993)
  • Suites pour clavecin (Suites en sol mineur, mineur, sol majeur - Brigitte Tramier, clavecin Hemsch (1–2 octobre 1994, Vérany PV795012)
  • Intégrale des pièces de clavecin - Christophe Rousset, clavecin J. Ruckers 1624 (27 septembre–10 octobre 1996, 2CD Decca)
  • Suites pour clavecin (Suites en sol majeur, en mineur, en sol mineur) - Laurent Stewart (Zig-zag territoires)
  • Pièces de clavecin - Fransco Cera (29–31 mai 2013, 3CD Brilliant Classics 94793)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]