Jean-Guillaume Goldenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goldenberg.
Jean-Guillaume Goldenberg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Bliedinghausen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
Activité
Autres informations
Distinction
Prix Montyon ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Guillaume Goldenberg (1778-1858) est un industriel lorrain d’origine allemande.

Fabrication de l’acier[modifier | modifier le code]

Vues des forges de Baerenthal.

Né le à Bliedingshausen, près de Remscheid en Westphalie, dans ce bassin de la Ruhr qui déjà s’apprête à devenir le centre de la grande industrie naissante du XIXe siècle, il quitte son pays en 1826, à l’âge de quarante-huit ans, pour des raisons politiques. Il trouve asile en France, à Bærenthal, où il est nommé directeur des forges déjà existantes, sous le nom de Couleaux aîné et Cie.

C’est alors que l’industrie métallurgique de Baerenthal prend un essor particulier. Goldenberg développe la fabrication de l’acier, fait construire de nouveaux fours d’affinage, un laminoir et multiplie les dépendances de la forge de Baerenthal. Il peut ainsi, à l’époque, occuper de quatre-vingt-dix à cent ouvriers sur une population globale d’environ huit-cent-cinquante habitants. Par sa fusion avec la Manufactures d’armes, de Mutzig et de Klingenthal, l’usine de Baerenthal s’ouvre des débouchés qui favoriseront son développement ultérieur. À la suite d’une autorisation accordée par décret du 30 janvier 1833, Goldenberg sera en mesure de créer deux petits martinets près du pont sur la Zinsel, dont l’un ne devait cesser son activité qu’en 1932. Le dernier forgeron qui l’occupait, Louis Valentin, décédé depuis de nombreuses années, est resté dans la mémoire des plus anciennes générations. L’acier affiné de Baerenthal, destiné surtout à la fabrication des outils, était très connu et apprécié, de sorte que les demandes affluèrent jusqu’à la Première Guerre mondiale. Malgré l’annexion de 1871, la France était devenu le meilleur client des usines de Baerenthal. En raison des techniques modernes introduites ailleurs, la rentabilité de la fabrication de l’acier diminua, et c’est en 1923 que les usines arrêtèrent la production du précieux métal.

Mais l’œuvre de Jean-Guillaume Goldenberg ne devait pas en rester là. Baerenthal et sa population se doivent, encore de nos jours, de lui rester reconnaissants pour l’œuvre d’assainissement qu’il a accomplie dans la vallée.

Assainissement de la vallée[modifier | modifier le code]

Pour bien en mesurer la portée, il est utile de se rappeler que la vallée de la Zinsel, à cette époque, comprend de nombreux étangs et marécages. Par ailleurs, là ou les regards des touristes souvent trop pressés découvrent furtivement riantes vallées et prairies verdoyantes, s’élevaient jadis d’immenses forêts, couvrant la presque totalité de la vallée. Ainsi les brouillards qui se formaient au-dessus de ces fonds insalubres ne pouvaient se dégager et rendaient le climat extrêmement humide. Les moustiques trouvaient là un terrain favorable à leur développement et leurs piqûres causaient des maladies qui faisaient de sérieux ravages parmi les habitants. Les victimes étaient prises d’une espèce de frisson, appelé dans le patois local Frieren, maladie qui semblait tenir à la fois de la fièvre des marais, de la malaria et du paludisme. Baerenthal acquit la triste réputation d’être un endroit infecté et on l’évitait dans la mesure du possible. La chronique nous rapporte que l’année 1833, on comptait cent-quatre-vingt-dix cas de maladie dont vingt-neuf furent mortels. Pour guérir ou se prévenir de la maladie, les habitants eurent recours à toutes sortes de remèdes, voire de sortilèges. La source du Nervenbrünnel (source des nerfs) qui s’écoule sur les flancs du proche Kirchberg, paraissait devoir protéger les habitants du terrible fléau. D’autres habitants de la vallée utilisèrent des remèdes étonnants comme par exemple l’absorption d’une araignée-croix, écrasée au préalable dans une cuillère. D’autres malades enfin eurent recours à l’intervention supposée bénéfique de certaines vieilles femmes qui se targuaient de pouvoir chasser le mal par le Brüche, espèce d’acte de sorcellerie bien connu à l’époque.

Mais c’est à Jean-Guillaume Goldenberg que revient le mérite d’avoir organisé une lutte efficace contre le mal. Conscient de l’importance de la maladie qui frappait à intervalles réguliers ses concitoyens, il fit assécher de nombreux étangs ainsi que les marécages au pied du Ramstein. Il sollicita ensuite de l’administration du roi Louis-Philippe l’autorisation de frayer, par de nombreuses coupes, une grande éclaircie à travers la forêt, le long de la route du Mühlthal. Ce fut le système des " tranchées sanitaires ", appliqué dans d’autres régions depuis le règne de Louis XV. Ainsi, il réussit l’aération et l’assainissement de la vallée dont le climat, moins humide, contribua à faire de cette fièvre étrange une maladie aujourd’hui disparue. Et si Baerenthal, de nos jours, est fier d’être devenu un centre de villégiature et de cure d’air apprécié de nombreux touristes, elle le doit pour une bonne part à l’homme qui grâce à ses qualités de l’esprit et du cœur, ne s’était non seulement contenté de donner au village une industrie nouvelle et florissante, mais qui, par son désintéressement total et son idéalisme, avait accompli ce grand geste humanitaire qui devait largement contribuer à soulager les souffrances d’une population à laquelle il se sentait profondément attaché.

Postérité[modifier | modifier le code]

Malgré le progrès de la médecine moderne, le maintien de ces anciennes tranchées sanitaires est d’une nécessité absolue, pour le plus grand bien des habitants de la vallée de la Zinsel. Jean-Guillaume Goldenberg s’éteint le 18 février 1858, à l’âge de quatre-vingts ans, après une vie très active et bien remplie. Il repose à présent parmi ses concitoyens, dans le petit cimetière blotti au pied du Kirchberg, à quelques pas de l’entrée du temple, sous un simple bloc de grès surmonté d’une croix blanche. Sa tombe porte une épitaphe très significative : " La France lui doit l’importation d’une industrie et le Baerenthal l’assainissement de la contrée ". Le 11 mai 1958, à l’occasion du centenaire de sa mort, la section locale du Club vosgien tient à honorer sa mémoire. Sa tombe subit une rénovation totale, et un sentier menant du Betteli par l’Arnsbourg au Untermühlthal porte désormais son nom.

Après sa mort, ses fils s’établissent à Saverne et Monswiller, où ils continuent l’œuvre de leur père, la fabrication d’outillage en acier. Ils deviennent, eux aussi, des hommes célèbres. Quand, aux environs de 1865, les Vosges sont percées en vue de la construction de la voie ferrée Paris-Strasbourg, les frères Goldenberg fournissent la totalité de l’outillage utilisé pour les travaux. C’est en reconnaissance de leurs mérites que l’empereur Napoléon III leur décerne en 1869, la croix de la Légion d'honneur.

L’un des fils, Gustave Goldenberg, né à Remscheid en 1805, devient plus tard député du Bas-Rhin. Commandeur de la Légion d'honneur, son nom figure parmi ceux des soixante-dix-huit députés qui protestent contre l'annexion de l'Alsace-Lorraine à la Prusse en 1870. Le dernier descendant des Goldenberg, Gustave Christmann, meurt en 1925. C’en est fini de la présence à la tête de la société des descendants du fondateur. De nos jours, les établissements Usines Goldenberg SA regroupent l'ensemble de leurs activités à Monswiller-Zornhoff, et occupent environ quatre-cent-quarante cadres, employés et ouvriers. La fabrication de l’outillage à main reste l'activité essentielle de l’usine. En outre, elle se consacre à la fabrication d'embouts et de semelles pour chaussures de sécurité, de boulons pour la mine, de matériel de soutènement pour mines et travaux publics. Cette société industrielle, toujours attachée aux traditions de qualité qui ont fait son renom dans le passé, continue à faire connaître en France et dans le monde le nom de Goldenberg.