Jean-Gabriel Stedman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Gabriel Stedman
Bartolozzi - John Gabriel Stedman.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Abréviation en botanique
StedmanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stedman.

Jean Gabriel Stedman (1744 - ) est un officier d'origine anglo-néerlandaise ayant participé à la répression des révoltes d'esclaves au Suriname de 1772 à 1777. Son témoignage, décrivant la cruauté des châtiments infligés aux noirs a été utilisé par les partisans d l'abolition de l'esclavage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né aux Pays-Bas d'un père officier d'origine écossaise et d'une mère de la noblesse néerlandaise, il s'engagea comme officier dans une corps destiné à rétablir l'ordre à Suriname, la Guyane néerlandaise et à lutter contre les « nègres marrons » en révolte ouverte contre l'esclavage. Son œuvre décrit la société coloniale, l'esclavage des noirs et contient des notations ethnographiques sur les derniers indiens caraïbes. Son témoignage, et surtout ses dessins illustrant les traitements cruels infligés aux esclaves, ont servi de pièces à conviction à l'appui des idées abolitionnistes.

William Blake a illustré le récit de Stedman dans l'édition anglaise de 1796[1]. Ses gravures ont été reprises et largement diffusées par le courant anti-esclavagiste[2].

A Paris, son ouvrage en trois tomes (Voyage à Surinam) est traduit en 1798 par Pierre-François Henry, édité chez Buisson avec deux albums de planches gravées par Tardieu l'aîné. Il est publié en anglais deux ans auparavant en 1776 avec ses planches gravées par William Blake et d'autres graveurs. Il est rapidement traduit dans plusieurs langues. Il connait depuis plus de vingt-cinq éditions et des éditions abrégées[3].

Ainsi, Stedman, militaire au service de la couronne princière servant les intérêts des grands propriétaires, colons et commerçants, tous profondément esclavagistes, devient-il un héraut du courant abolitionniste[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Voyage à Surinam, Paris, 1960. Club français du livre, Collection « Événement » (extraits)
  • John Gabriel Stedman, Bibliothèque géographique et instructive des jeunes gens, ou recueil de voyages intéressants dans toutes les parties du monde, pour l'instruction et m'amusement de ma jeunesse, Paris, Chez J. E. Gabriel Dufour, , 216 p. (lire en ligne)
  • John Gabriel Stedman, Voyage à Surinam, et dans l’intérieur de la Guiane, contenant la relation de cinq années de courses et d’observations faites dans cette contrée intéressante et peu connues ; avec des détails sur les Indiens de la Guiane et les Nègres, Paris, Chez F. Buisson, , 92 p. (lire en ligne) Collection de planches.
  • John Gabriel Stedman, Voyage à Surinam, et dans l’intérieur de la Guiane, contenant la relation de cinq années de courses et d’observations faites dans cette contrée intéressante et peu connues ; avec des détails sur les Indiens de la Guiane et les Nègres, t. premier, Paris, Chez F. Buisson, , 410 p. (lire en ligne)
  • John Gabriel Stedman, Voyage à Surinam, et dans l’intérieur de la Guiane, contenant la relation de cinq années de courses et d’observations faites dans cette contrée intéressante et peu connues ; avec des détails sur les Indiens de la Guiane et les Nègres, t. second, Paris, Chez F. Buisson, , 440 p. (lire en ligne)
  • John Gabriel Stedman, Voyage à Surinam, et dans l’intérieur de la Guiane, contenant la relation de cinq années de courses et d’observations faites dans cette contrée intéressante et peu connues ; avec des détails sur les Indiens de la Guiane et les Nègres, t. troisième, Paris, Chez F. Buisson, , 378 p. (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. qui précède l'édition française à Paris par François Buisson en 1798.
  2. « Révoltes armées d'esclaves en Guyane | Histoire et analyse d'images et oeuvres », sur www.histoire-image.org (consulté le 4 juin 2019)
  3. Raymonde Monnier, « Itinéraire d'un traducteur de la Révolution à la Restauration. Pierre-François Henry traducteur de James Harrington », Annales historiques de la Révolution française,‎ , p. 3-24 (lire en ligne)
  4. Cinelatino, « Capitaine Stedman ou le négrier sentimental, Christophe Grosdidier », sur Club de Mediapart (consulté le 2 juin 2019)