Jean-François de Troy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-François de Troy
Jean-François de Troy.jpg

Joseph Aved, Portrait de Jean-François de Troy (1734),
château de Versailles.

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres activités
Élèves
Œuvres réputées
La Déclaration (1731), Berlin, château de Charlottenburg.

Jean-François de Troy, né le à Paris et mort le à Rome, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du portraitiste François de Troy (1645-1730) qui l'encourage à faire un séjour en Italie de 1699 à 1706.

Jean-François de Troy est aussi bien un peintre d'histoire, c'est-à-dire qu'il traite de sujets historiques, mythologiques, moraux ou religieux, qu'un peintre de genre, brossant des scènes de la vie quotidienne dans la lignée de Watteau.

Il est reçu à l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1708. Entre 1724 et 1737, il travaille au palais de Versailles et au palais de Fontainebleau. Il crée des modèles de tapisseries pour la manufacture des Gobelins (Histoire d'Esther, Histoire de Jason). Il reçoit le premier prix du grand Concours de 1727 organisé par le duc d'Antin, directeur des Bâtiments, conjointement avec François Lemoyne, pour son tableau le Repos de Diane (musée des beaux-arts de Nancy).

En 1738, Jean-François de Troy est nommé directeur de l'Académie de France à Rome, ville où il meurt le 26 janvier 1752.

Adam et Ève (1718) Dallas Museum of Art

Collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
Aux États-Unis

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Cuzin, « “Le Déjeuner de chasse” de Jean-François de Troy (1679-1752) peint pour Fontainebleau », in Revue du Louvre, 1991, no 1, p. 43-48.
  • Christophe Leribault, Jean-François de Troy, 1679-1752, Éditions Arthéna, 2002, (ISBN 2-903239-30-4).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Bernard de Vregille, Éliane Vergnolle, Annick Deridder, Pascal Brunet, Jean-Pierre Gavinet, Pierre Chauve, La cathédrale Saint-Jean de Besançon, Besançon, Les cahiers de la Renaissance du vieux Besançon,‎ , 100 p. (ISSN 1276-6771), p. 65.
  2. Le Triomphe de Mardochée, notice sur le site du Metropolitan Museum of Art

Cours sur la peinture du XVIIIe siècle, 2006, université Nancy-II.[réf. insuffisante]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :