Jean-François de Chamillart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Chamillart.
Jean-François de Chamillart
Biographie
Naissance 1657
Paris
Décès (à 57 ans)
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par Mgr Louis-Daniel-Gabriel de Pestel de Lévis de Trubières de Caylus, évêque d'Auxerre
Évêque de Senlis
Précédent Denis II Sanguin François Firmin Trudaine Suivant
Évêque de Dol
Précédent Mathieu Thoreau François II Elie de Voyer de Paulmy d'Argenson Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de l'abbaye de Baume-les-Messieurs (1702-1714)
Abbé de l'abbaye Notre-Dame de Fontgombault
Fonction laïque
Membre de l'Académie française

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason ville fr La Suze-sur-Sarthe (Sarthe).svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-François de Chamillart (1657 à Paris - 15 avril 1714 à Paris) est un homme d'Église français, évêque de Dol et de Senlis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère du contrôleur général des finances, Michel de Chamillart il est docteur en théologie de la Sorbonne, nommé Abbé commendataire de l'abbaye Notre-Dame de Fontgombault, et de Baume-les-Messieurs.

Il est comte et évêque de Dol de 1692 à 1702, consacré le 30 novembre 1692 par Hardouin Fortin de La Hoguette l'archevêque de Sens. Puis évêque de Senlis de 1702 à 1714. Premier aumônier de Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712), duchesse de Bourgogne[1].

Il est élu membre de l'Académie française, le 5 janvier 1702, en remplacement de François Charpentier et reçu le 7 septembre 1702 par l'abbé Gallois. Ses nièces, pour s'amuser à ses dépens, assistent à sa réception. Elles sont placées dans une tribune, et de ce jour date l'admission des dames aux séances publiques de l'Académie. L'évêque de Senlis va rarement à l'Académie française.

Il subsiste de lui très peu de souvenirs. D'Alembert le juge « plus estimable par sa probité qu'il ne fut heureux dans son administration » tout en s'étonnant du nombre de prélats accueillis à l'Académie « qui doit être essentiellement une société de gens de lettres » et « ne doit pas finir par être un concile[2]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gustave Louis Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles anciennes ou notables, p.  276
  2. Cité par Tyrtée Tastet, Histoire des quarante fauteuils de l'Académie française depuis la fondation jusqu'à nos jours, 1635-1855, volume III, p. 354, 355 (1855)

Liens externes[modifier | modifier le code]