Jean-François Raffaëlli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raffaelli.
Jean-François Raffaëlli
Jean-François Raffaëlli.jpg

Jean-François Raffaëlli dans son atelier (vers 1885-1890), photographie anonyme, New York, The Frick Collection.

Naissance
Décès
(à 73 ans)
Paris
Nationalité
Français Drapeau de la France
Activités
Mouvement
Œuvres réputées

Jean-François Raffaëlli, né le à Paris où il est mort le [1],[2], est un peintre, sculpteur et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d’origine italienne, Jean-François Raffaëlli est l'élève de Jean-Léon Gérôme à l’École des beaux-arts de Paris, et débute au Salon de Paris en 1870.

Après s’être consacré au paysage, il cherche surtout à évoquer dans ses toiles et ses dessins des scènes de la banlieue parisienne, des intérieurs et des portraits souvent dramatiques, tels que Georges Clemenceau dans une réunion électorale. Il travaille à Meudon. On lui doit également des gravures de sites parisiens : Notre-Dame, les Invalides.

Jean-François Raffaëlli est inhumé dans la 23e division du cimetière du Père-Lachaise à Paris[3].

Chez le fondeur (1886), musée des beaux-arts de Lyon.

Ouvrages illustrés par Raffaëlli[modifier | modifier le code]

Publications de Raffaëlli[modifier | modifier le code]

  • Catalogue illustré des œuvres de Jean-François Raffaëlli exposées 28 bis, avenue de l'Opéra, du 15 mars au 15 avril 1884, suivi d’« Une étude des mouvements de l'art moderne et du beau caractériste », par J.-F. Raffaëlli, Paris, 1884.
  • Le Laid, l'intimité, la sensation et le caractère dans l'art ; une bibliothèque des dessins, conférence au palais des Beaux-Arts de Bruxelles, au Salon annuel des XX, le 7 février 1885, Poissy, Imprimerie de S. Lejay.
  • Les Promenades d'un artiste au Musée du Louvre, Paris : Bibliothèque des Annales politiques et littéraires, 1908. Réédité sous le titre Mes promenades au Musée du Louvre, préface de Maurice Barrès, Paris : Éditions d'art et de littérature, 1913.
  • Correspondance Jean-François Raffaëlli - Octave Mirbeau, textes établis, présentés et annotés par Pierre Michel, Tusson : Imprimerie du Lérot, 1993.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arsène Alexandre, « J. F. Rafaëlli », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  2. Ch. Moreau-Vauthier, « Mort du peintre Rafaelli », Le Gaulois,‎ (lire en ligne)
  3. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ (ISBN 978-2914611480), p. 664
  4. Texte en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :