Jean-François Mocquard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mocquard.
Jean-François Mocquard
Mocquard ILN.jpg
Fonctions
Sénateur du Second Empire
-
Chef de cabinet
Napoléon III
-
Chargé d'affaires
Biographie
Naissance
Décès
(à 73 ans)
Paris
Sépulture
Nom de naissance
Jean-François Constant Mocquard
Nationalité
Française
Activités
Autres informations
Distinction
Cimetière de Montmartre - Chapelle Mocquard -1.JPG
La tombe de Jean-François Mocquard.

Jean-François Constant Mocquard né à Bordeaux le 11 novembre 1791 et décédé à Paris le 12 décembre 1864 est un avocat, diplomate, sous-préfet et homme politique français.

Il est chef de cabinet de Napoléon III (1848-1864) et sénateur (1863-1864).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-François Mocquard est par son père issu d'une famille de négociants de Saint-Domingue et par sa mère descendant du comte Roger de Bussy-Rabutin, cousin de Madame de Sévigné et auteur de Histoire amoureuse des Gaules.

Après une brillante scolarité, il poursuit des études de droit à Paris et entre dans la diplomatie. En 1812, à peine âgé de 21 ans, il est nommé secrétaire de légation à Wurtzbourg avant d'être nommé chargé d'affaires (1813).

Sous la Restauration, il rejoint l'opposition libérale et plaide en tant qu'avocat pour les quatre sergents de La Rochelle (1822) et dans l'affaire de l'Épingle noire. Une maladie du larynx le contraint à abandonner la carrière d'avocat et à prendre une retraite prématurée.

Nommé sous-préfet à Bagnères-de-Bigorre sous la Monarchie de Juillet, il démissionne en 1839 par désaccord avec la politique du gouvernement. Identifié comme bonapartiste, il entretient des liens d'amitiés avec la famille Bonaparte depuis 1817, précisément avec la Reine Hortense rencontrée à Arenenberg, et avec son fils Louis-Napoléon.

En 1840, il rejoint le prince Louis-Napoléon Bonaparte à Londres puis prend alors la direction de Le Commerce, un journal bonapartiste. Il rend visite au prince lors de son enfermement à la prison de Ham et le représente officiellement à Paris.

Nuit du 2 décembre 1851. Tout à gauche, Mocquard tient la liste des personnes à arrêter (gravure d'Eugène Leguay d'après Henri Félix Emmanuel Philippoteaux.

En 1848, il est membre de l'équipe de campagne présidentielle de Louis-Napoléon Bonaparte et devient son secrétaire particulier puis son chef de cabinet après son élection à la présidence de la république française. Il participe à la préparation du coup d'État du 2 décembre 1851 en rédigeant le décret de dissolution de l'assemblée nationale, la proclamation à l'armée et celle au peuple. Pendant la décennie 1850, il rédige plusieurs grands discours de l'Empereur Napoléon III et traite de sa correspondance. Sa demeure de Montretout à Saint-Cloud lui est offerte par Napoléon III[1]..

Promu grand officier de la Légion d'honneur, Mocquart devient sénateur du Second Empire le 27 mai 1863. Il siège à la Chambre haute jusqu'à sa mort, survenue le 9 décembre 1864. C'est Charles Étienne Conti qui lui succède dans les fonctions de chef de cabinet de l'Empereur

Il est enterré au cimetière de Montmartre, cadastre 45, division 31.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marine et Jean-Marie....sous le même toit , L'Express, 2 novembre 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Adrien Gustave Conegliano, Le Second Empire : La maison de l'empereur, Éd. Elibron Classics, 1897 rééd. 2005, p. 118 à 121
  • Denis Hannotin, Jean-François-Constant Mocquard : 1791-1864 : chef de cabinet de Napoléon III, un incontournable personnage du Second Empire ? : une existence, deux rencontres, trois vies, Paris, Éditions Christian, , 310-VIII p., 24 cm (ISBN 978-2-86496-190-1, notice BnF no FRBNF44244996)

Liens externes[modifier | modifier le code]