Jean-François Marquis-Ducastel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marquis (homonymie).

Jean-François Marquis-Ducastel (né le à Versailles[1], mort le à Marolles-les-Braults) est un prêtre, curé de Sainte-Suzanne (Mayenne) puis de Marolles-les-Braults, chanoine du Mans, député du Maine à l'Assemblée générale de la généralité de Tours en 1787. Il a été proscrit pendant la période révolutionnaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-François Marquis du Castel ou Ducastel, aîné d'une famille de dix enfants, est le fils de Jean Marquis, officier attaché à la Maison du Dauphin, et de Julienne Catherine Souverain[2]7 septembre 1708 Belle-Île-en-Mer - † 22 octobre 1792) qu'il avait épousée le 18 février 1738.

La famille Marquis était depuis longtemps au service de la famille royale. Un Marquis, originaire du Béarn, suivit Henri de Navarre à la cour de France, quand il y vint en 1572 épouser Marguerite de Valois. Un de ses petits-fils était retourné en Gascogne, et c'est de cette branche de la famille que naquit Jean Marquis27 décembre 1703 Saint-Gaudens - † 11 septembre 1771), fils de François Marquis et de Dominge Sourin. Il vint à Paris en 1726; et des membres de sa famille, qui étaient restés à la Cour, le firent entrer au Gobelet du roi, l'un des services de bouche. En 1735, à la formation de la Maison du Dauphin, père de Louis XVI, lorsque ce prince passa aux hommes, il entra au Gobelet-Dauphin, dont il fut le chef[3].Jean Marquis est le père de Jean-François et de Jacques-Marie Marquis du Castel ou Ducastel.

Le titre du Castel était en principe porté par les cadets. En fait, Jean-François Marquis signe « "Marquis", gradué en théologie de Paris, Doyen rural d'Évron, curé de la ville et paroisse de Sainte-Suzanne » la plupart des actes paroissiaux, mais "Marquis Du Castel" celui du mariage de son frère, qu'il célèbre à Sainte-Suzanne en 1784. L'Histoire a retenu Marquis-Ducastel.

Ce frère, Jacques-Marie Marquis10 décembre 1745 Versailles - † 2 mai 1822 Sainte-Suzanne), écuyer, sieur du Castel, ancien officier de la maison du roi, arrivé à Sainte-Suzanne en 1781, marié le 13 septembre 1784 à Julie-Renée Besognard de la Bigottière du Ronceray[4], fut Maire de Sainte-Suzanne de 1815 à 1818.

Études religieuses[modifier | modifier le code]

Habitant dans son enfance à Belle-Île-en-Mer, il fait ses études au collège des Jésuites de Vannes et rentre, déjà tonsuré, à Versailles le 27 mai 1756 par Mgr de Bertin évêque de Vannes, fait une première année de théologie à Lisieux, pour finir en 1760 au séminaire de Saint-Louis à Paris ses études ecclésiastiques commencées chez les Sulpiciens.

Sous-diacre en 1762, assignant son titre sacerdotal sur une chapelle de la cathédrale de Mâcon, maître ès arts en l'université de Paris, puis boursier au Collège du Cardinal-Lemoine, il fut choisi pour prendre soin de l'administration temporelle de la paroisse par le curé de Saint-Laurent, à Paris, où il resta deux ans vicaire. Prêtre le 22 septembre 1764.

Voyant ses espoirs de promotion réduits à la suite de la mort du Dauphin[5] Louis de France le 20 décembre 1765, il passe dans le diocèse de Vannes en avril 1766, il devient aussitôt vice-promoteur de l'officialité, et accompagne son évêque, Mgr Charles-Jean Ier de Bertin, à l'assemblée du clergé en 1770.

Un ami de sa famille, l'abbé Joseph-Hyacinthe Mauduit du Plessis, licencié en théologie de l'université de Paris, official du diocèse et chanoine de la cathédrale de Vannes, et depuis 1768 abbé commendataire de l'Abbaye Notre-Dame d'Évron, le présente en 1771 à la cure de Sainte-Suzanne, où il arrive le 25 juin 1771, hébergé dans un premier temps par Mme Lelong. Celle-ci meurt quelque temps après, de même (en novembre 1771) que l'abbé Joseph-Hyacinthe Mauduit du Plessis. Son successeur, l'abbé Jean-Baptiste du Plessis d'Argentré Blason famille fr Plessis d'Argentré.svg, plus tard évêque de Sées, lui proposera un bail moins favorable qui réduira d'un coup de 800 fr ses revenus[6].

Le restaurateur de l'église et du presbytère de Sainte-Suzanne[modifier | modifier le code]

En 1771, au moment où Jean-François Marquis-Ducastel prend possession de la cure, Sainte-Suzanne Blason sainte suzanne mayenne.svg était encore une des villes les plus importantes du Maine. Elle marchait de pair avec Saint-Calais, Beaumont-le-Vicomte Arms of Beaumont (Baron Beaumont, 1309).svg, Fresnay Blason Fresnay sur Sarthe.svg et Mondoubleau, et ne le cédait, dans l'organisation administrative de cette époque, qu'au Mans Blason de la ville de Le Mans (Sarthe).svg, à Laval Blason ville fr Laval (Mayenne).svg, à Mayenne Blason Mayenne.svg et à Mamers Blason ville fr Mamers (Sarthe).svg.

  • Le presbytère
  • L'église

Jean-François Marquis-Ducastel fut nommé, pendant la vacance du siège, doyen rural d'Évron et continué par Mgr François-Gaspard de Jouffroy de Gonsans[7] dans ses fonctions, dont il s'acquitta avec un zèle remarquable. Mais son évêque voulait le rapprocher de lui et, malgré tous les liens qui l'attachaient à Sainte-Suzanne, dont les habitants l'avaient nommé conseiller à l'Hôtel de ville dès 1772 et où son frère, Jacques-Marie Marquis, officier de la maison du roi, s'était fixé par son mariage en 1784, il accepta la cure de Marolles-les-Braults et, presque en même temps, le doyenné du Sonnois.

Député à l'Assemblée du Maine[modifier | modifier le code]

Le blason du Maine

C'est en cette qualité de doyen du Sonnois qu'il fut élu, le 11 août 1787, comme représentant du clergé à l'Assemblée provinciale du Maine, où il fut chargé d'un rapport sur les armes de la province, et, le 12 novembre suivant, à l'assemblée générale réunie à Tours, où, membre du 4e bureau, il soutint un rapport remarquable sur l'état des manufactures dans la généralité de Tours.

Il assistait, le 16 avril 1788, au synode diocésain dont il signa, presque seul, les statuts sans restriction. Le même esprit pondéré le fit distinguer à l'assemblée tumultueuse du clergé réunie au Mans le 16 mars 1789 ; il fut le principal promoteur de la protestation signée par 70 membres contre le cahier de doléances du clergé du Maine.

Son rôle de chroniqueur pendant la Révolution[modifier | modifier le code]

Destitué de sa cure pour refus de serment pur et simple, il resta quelque temps encore dans sa paroisse, d'où l'installation du curé suivant Jean-Baptiste Cornuau, le chassa (mai 1792)[8]. Il se retira alors chez son frère Jacques-Marie Marquis à Sainte-Suzanne, dans une petite maison du quartier de la Taconnière, où il vécut caché, mais consignant la suite des évènements dans des notes fort intéressantes pour l'histoire de ce pays. Les objets de culte retrouvés dans cette maison en 2009 ont été présentés en 2010 au Musée de l'auditoire (exposition La Révolution en Erve et Charnie).

Rentré à Marolles au mois de mai 1795, il répara les ruines que la Révolution y avait produites, plusieurs fois obligé de se cacher encore. Chef de la mission de Mamers, il, exerça un ministère fructueux auprès des prêtres assermentés, et refusa d'être le grand vicaire d'un évêque concordataire pour rester dans sa cure, où il mourut le 23 janvier 1829, chanoine honoraire du Mans depuis 1821. Son corps, d'abord inhumé dans le cimetière, fut transféré le 3 août 1847 dans l'église, où une longue épitaphe rappelle ses mérites.

Son portrait en buste a été lithographié par Férat. Il existe un tableau le représentant au presbytère de Marolles-les-Braults.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baptisé le lendemain à l'église Notre-Dame de Versailles.
  2. Julienne-Catherine Souverain était la fille de Charles Souverain et de Perrine Choblet.
  3. Jean-François Marquis se trouvait à Versailles lors de l'attentat contre le roi Louis XV par Damiens le 5 janvier 1757. Voici sa relation des faits tels qu'il les vécut : "Au commencement de l'année 1757, je pensai être le témoin d'un évènement bien affreux, qui répandit l'alarme dans Versailles et dans toute la France : c'est l'attentat contre le roi par Damiens. C'était un mercredi, veille des Rois. J'étais allé me promener ce jour là après dîner à Trianon, ma promenade favorite ; et sachant que le roi devait y venir, j'y étais resté plus tard que de coutume pour le voir arriver. Son infâme assassin l'y attendait dans le même temps, mais pour un bien autre dessein. La nuit survenant et le roi n'arrivant pas, je m'en retournai par le parc de Versailles, le Tapis vert et l'arcade de la chapelle : je ne rencontrai pas une âme dans les cours. Ce scélérat venait de commettre son crime ; et, dans ce premier moment de consternation et d'inquiétude, tout le monde s'était retiré. Je rentrai au logis, ignorant ce qui venait d'arriver. Nous commencions à souper, lorsque mon frère arriva tout effrayé et nous dit que le roi avait été assassiné. Mon père quitte la table aussitôt et monte au château : je l'y suis, et là nous apprenons de quelqu'un qui descendait de l'appartement, qu'on venait de visiter la plaie, qu'il n'y avait rien de dangereux pourvu que le poignard ne fût point empoisonné ; mais Damiens assura, dans le moment, qu'il ne l'était pas, qu'il n'y avait pas pensé ; ce qui mit le calme dans les esprits" (...)
    Article détaillé : Robert François Damiens.
    .
  4. Née à Voutré le 17 février 1753, fille de Joseph Besognard de la Bigottière († Voutré 22 février 1754) et d'Anne Provost.
  5. "L'abbé Soldini, confesseur de madame la Dauphine, fit présent à chacun de nous d'un morceau du manteau du lit dans lequel mourut Mgr le Dauphin. Je le conservai bien précieusement, pour la mémoire de ce bon prince".
  6. "Si j'avais lieu de me plaindre de ce côté là, je n'eus qu'à me louer de l'accueil honnête et gracieux de mes paroissiens. Je ne pouvais m'attendre à autant d'égards et de prévenances qu'ils voulurent bien en avoir pour moi".
  7. François-Gaspard de Jouffroy de Gonsans, dernier évêque du Mans 1777-1790). Le diocèse fut supprimé en 1790.
  8. Jean-Baptiste Cornuau, de Voutré, curé de Viviers-en-Charnie, doyen, prête serment le 6 février 1791 et exerce jusqu'à la fermeture de l'église, le 11 février 1794. Décrété d'arrestation pour avoir voulu passer en Suisse, il se retire à Assé-le-Bérenger, reparaît à Sainte-Suzanne en 1800 et meurt en fonctions en 1833.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]