Jean-François Dufour (médecin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dufour.
Jean-François Dufour
Biographie
Naissance XVIIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Études Médecine
Formation Facultés de médecine de Montpellier et de Paris
Profession MédecinVoir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales Essai sur les opérations de l'entendement humain et sur les maladies qui les dérangent (1770)

Jean-François Dufour, (également Jean-Frédéric Dufour, Johann Friedrich Dufour) médecin, originaire du diocèse d'Alais, dans le département actuel du Gard, il a étudié la médecine à Montpellier et à Paris[1]. On le trouve médecin de la Faculté de Paris le [2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur en 1770 d'un unique ouvrage, intitulé Essai sur les opérations de l'entendement humain et sur les maladies qui les dérangent, traduit en allemand[3]. Selon Jacques Bescond[4], J-F Dufour était partisan de maisons spécialisées dans le traitement de la folie[5], institutions très rares à l'époque.

Jean-François Dufour traite de la démence, de la mélancolie, de la manie et de l’hypocondrie en synthétisant et clarifiant le savoir médical du XVIIIe siècle, non seulement suivant son expérience personnelle des malades (construction d'un savoir clinique) mais encore en faisant la théorie de ce qu'il apporte : l'importance de l'ordonnancement et de la succession des idées en lien avec une certaine prise de l'imagination sur l'entendement, l'importance de la mémoire et de la communication des idées dans les opérations qu'elles réalisent. Évitant de trancher les questions chères aux empiristes (Hume, Locke), sur la question du caractère innées de certaines idées, Jean-François Dufour préfère s'attacher à ce qui fait bord entre les perceptum et les percipiens (le principe de sentir), introduisant l'idée de forces mécaniques pesant sur l'entendement, véritable précurseur de concept qui se retrouve dans les derniers enseignements psychanalytique (J. Lacan, Les Écrits, t.2 p.38, sur l'importance des automatismes de pensée).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Essai sur les opérations de l'entendement humain et sur les maladies qui les dérangent, édité à Amsterdam et Paris, chez Merlin, libraire, rue de la Harpe, Paris, 1770 (cite-sciences.fr : texte intégral - sudoc.abes.fr : notice 099848023
  • (Traduction allemande) Johann Friedrich Düfours Versuch über die Verrichtungen und Krankheiten des menschlichen Verstandes, Leipzig, Ernst Plattner, 1786[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Eugène Dezeimeris, Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne ou précis de l’histoire générale, technologique et littéraire de la médecine. éd. Béchet, Paris, 1834, vol. 2, [lire en ligne], « Dufour (Jean-François), p. 146-147 ;
  • Amédée Dechambre, Dictionnaire encyclopédique des Sciences Médicales, éd. Georges Masson, Paris, 1884, 1er série, vol. 30e, [lire en ligne], « Dufour (Jean-François) », p. 637-638 ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique de la médecine, cf. bibliographie.
  2. Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, cf. bibliographie.
  3. Ernst Plattner, Leipzig, édition de 1786.
  4. Page 296 de Une construction de la clinique: le savoir médical au XVIIIe siècle
  5. Jacques Bescond, Une construction de la clinique: le savoir médical au XVIIIe siècle, p. 296, éd. L'Harmattan, 2010, (ISBN 2296128955)
  6. en ligne (google books)