Jean-François Cesarini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean-François Cesarini
Illustration.
Jean-François Cesarini en 2017.
Fonctions
Député français

(2 ans, 9 mois et 8 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 1re de Vaucluse
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LREM
Prédécesseur Michèle Fournier-Armand
Successeur Souad Zitouni
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Avignon (France)
Date de décès (à 49 ans)
Lieu de décès Marseille (France)
Nature du décès Cancer
Nationalité Française
Parti politique PS (c. 2008-2017)
LREM (2017-2020)

Jean-François Cesarini, né le à Avignon et mort le à Marseille, est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste puis de La République en marche, il est élu député dans la première circonscription de Vaucluse lors des élections législatives de 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jean-François Cesarini est né le à Avignon[1].

À la suite du décès de son père, il hérite de l’affaire familiale (Cebillord et La Crémaillère)[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Jean-François Cesarini crée en 2010 une section de Terra Nova en Vaucluse[3]. En 2012, en tant que président de l'antenne Terra Nova 84[4], il apporte son soutien à Christine Lagrange en vue des élections municipales de 2014 pour l'investiture socialiste, face à Cécile Helle[5].

C'est sur la liste de sa prédécesseur à la députation Michèle Fournier-Armand, qu’il s’est présenté aux élections municipales de 2008 à Avignon, sous la bannière du PS. En 2011, L'Express note qu'il est un « sous-marin » des réseaux de Dominique Strauss-Kahn dans la ville[3].

Devenu référent d'En marche pour le Vaucluse, il est élu le député de la première circonscription de Vaucluse face à Anne-Sophie Rigault, candidate du Front national (avec un score de 58,09 %)[6].

En , dans le cadre de l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), il mène un groupe de 34 députés LREM qui défendent un amendement visant à rendre plus progressive la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) : celui-ci est adopté en commission des Affaires sociales grâce au renfort de députés de l’opposition et de certains MoDem, contre l’avis du groupe LREM et du rapporteur général du PLFSS, Olivier Véran, ce qui occasionne « un remontage des bretelles » de la part de Gilles Le Gendre, président du groupe LREM. Pour Libération, cet amendement vient « torpiller les efforts déployés par le gouvernement pour tenter de refermer une bonne fois pour toutes l’épineux dossier CSG » alors que « cette mesure, en vigueur depuis le 1er janvier 2018, est emblématique du début du quinquennat »[7].

Il est membre du « Collectif social-démocrate », groupe d'une vingtaine de députés de l'aile gauche du groupe LREM, constitué en [8].

En , avec d'autres députés de l'aile gauche du groupe LREM, il signe une tribune appelant à répartir les migrants dans les zones rurales en pénurie de main-d'œuvre[9]. En , il co-signe une tribune avec dix autres députés LREM pour s’opposer aux mesures prévues par le gouvernement sur l’immigration concernant la santé et notamment l’aide médicale d’État (AME), plaidant pour ne pas céder « à l’urgence et à la facilité »[10].

Début 2020, il est à la manœuvre d'une tentative de scission du groupe LREM, estimant qu'« on ne peut pas accepter d’être réduits au choix de frondeurs ou godillot »[11].

Il se porte candidat à l'investiture de LREM pour les élections municipales de 2020 à Avignon[12]. Sa candidature est écartée par la commission nationale d'investiture[13]. Il s'illustre en indiquant qu'il votera pour la liste écologiste[14].

Activités artistiques et associatives[modifier | modifier le code]

Jean-François Cesarini a contribué à la French Tech Culture[15], en devenant en 2015 l’un des cofondateurs (avec Pascal Keiser, Paul Rondin, Paul-Roger Gontardet et Olivier Py) de l'incubateur de start up The Bridge[16], dont Paul Hermelin est le président. Il figure désormais dans la rubrique mentors et experts sur le site de l’association.

Durant le Festival Off d'Avignon de 2018, il se produit presque tous les soirs dans une pièce de théâtre, Demain vite ![17], mise en scène par Marie Pagès, dont l'action se situe en 1914. Il y interprète le rôle d'un professeur qui donne une conférence sur les mérites du siècle à venir. Il a également joué dans un clip de rap[18] et a été la seconde voix dans un duo avec Coralie Pressard[19] sur le titre À t’attendre[20]. Il est aussi parolier et a ainsi offert une chanson Taïwan[21] à une délégation venue de ce pays. Il est d'ailleurs le président du groupe d'amitié parlementaire à l'Assemblée nationale entre la France et Taiwan[22], le groupe d’études à vocation internationale sur les questions liées à l’expansion de l’économie taïwanaise.

Mort[modifier | modifier le code]

Jean-François Cesarini apprend entre les deux tours des élections législatives de 2017 qu'il est atteint d'un cancer[14]. Il suit dès lors un traitement de chimiothérapie tous les quinze jours, et demeure actif[14]. Il meurt des suites de la maladie le à Marseille[23].

Polémique après sa mort[modifier | modifier le code]

Le , soit plus de 6 semaines après la mort de Jean-François Cesarini, un vote de ce dernier est enregistré en faveur de la controversée loi contre les contenus haineux sur Internet[24]. Les services de l'Assemblée nationale se défendent en disant qu'ils avaient oublié d'actualiser leurs fichiers, mais cette excuse ne tient pas car Jean-François Cesarini avait déjà été remplacé par sa suppléante Souad Zitouni, et que c'était elle qui apparaissait dans les fichiers dans deux autres votes qui ont eu lieu entre le et le [24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie.
  2. sociétés en gérance
  3. a et b « Avignon: les 15 politiques qui animent la cité des papes », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2018).
  4. terranova84.eklablog.com.
  5. « Candidature de Christine Lagrange à la Mairie d'Avignon - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 25 juillet 2018).
  6. « Législatives : les résultats du 2nd tour et les députés élus en PACA », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2018).
  7. Laure Equy et Lilian Allemagna, « Sur la CSG, la vraie-fausse fronde des députés LREM », sur liberation.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  8. Manuel Jardinaud, « Un «Collectif social-démocrate» se crée au sein du groupe LREM à l’Assemblée », sur Mediapart, (consulté le 25 juillet 2019).
  9. Jules Pecnard, « En durcissant le ton sur l'immigration, Macron sème le trouble au sein de La République en marche », sur bfmtv.com, (consulté le 18 septembre 2019).
  10. Hortense de Montalivet, « Immigration: ces députées LREM révoltées par le plan du gouvernement », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 10 novembre 2019).
  11. Caroline Vigoureux, « La scission de la majorité à l’Assemblée nationale s’organise », sur L'Opinion.fr, (consulté le 7 mars 2020).
  12. « Municipales : Macron envoie Poirson à Avignon », (consulté le 24 novembre 2019).
  13. http://www.leparisien.fr/politique/municipales-a-avignon-lrem-sanctionne-le-depute-cesarini-03-12-2019-8208738.php
  14. a b et c « Jean-François Césarini, député LREM, s'est éteint dimanche des suites d'un cancer », sur 20minutes.fr, (consulté le 29 mars 2020).
  15. Grand Sud Network, « Paul Hermelin (PDG de Capgemini) nous présente French Tech Culture », (consulté le 25 août 2018)
  16. thebridge.fr.
  17. « "Demain vite !", le voyage au bout de l'avenir de Jean-François Cesarini au Off d'Avignon - Toutelaculture », Toutelaculture,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2018).
  18. « VIDEO. Un député LREM joue le chef d'un gang de braqueurs dans un clip de rap », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2018).
  19. « Le député Cesarini chante en duo avec Coralie dans un clip sensuel », Dauphiné,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2018).
  20. youtube.com.
  21. youtube.com.
  22. taiwaninfo.nat.gov.tw.
  23. Manon Rescan, « Mort du député du Vaucluse Jean-François Cesarini, une voix dissidente de LRM », Le Monde, no 23398,‎ , p. 28 (lire en ligne)
  24. a et b Maxime Poul, « Loi Avia : LREM comptabilise une voix d'un député décédé au mois de mars », sur fr.news.yahoo.com, (consulté le 29 mai 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]