Jean-Emmanuel Le Couteulx de Canteleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Le Couteulx.

Le comte Jean-Emmanuel Hector Le Couteulx de Canteleu (parfois orthographié Coulteux de Canteleu), né le à Saint Martin près Étrépagny et mort le , est un officier de cavalerie français, éleveur de chiens et spécialiste de la chasse à courre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec Louis Lane, il crée la race de chien de chasse du basset artésien normand[1]. Il est l'auteur d'un ouvrage de référence sur les différentes races de chiens courants et la chasse à courre, le Manuel de vénerie française[2],[3], qui fait toujours autorité. Il fut capitaine de cavalerie dans l'armée française[2].

Il est connu également pour son ouvrage sur les sociétés secrètes, dans lequel il signale des liens entre la franc-maçonnerie et la Révolution française[4], et ses opinions antimaçonniques.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Vénerie française, Paris, 1858
  • La Chasse du loup, Paris, 1861
  • Les Sectes et Sociétés secrètes, politiques et religieuses, essai sur leur histoire depuis les temps les plus reculés jusqu'à la Révolution française, Paris, 1863
  • De la Condition des chevaux de chasse en France, Paris, 1867
  • La Pêche au cormoran, Paris, 1870
  • Les Races de chiens courants français au XIXe siècle, Paris, 1873
  • Étude sur l'histoire du cheval arabe, son origine, les lieux où on peut le trouver, son emploi en Europe, son rôle dans la formation de la race de pur sang, son influence sur d'autres races, Paris, 1885
  • Manuel de vénerie française, Paris, Hachette, 1890
  • Chiens français et chasse anglaise, Paris, 1901

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Basset artésien normand
  2. a et b Critique du Manuel de vénerie française
  3. Hélène Nunes et C. Degueurce, Les Races de chiens dans la litterature naturaliste française du XVIIIe siècle, p. 75 ou 1
  4. Les Sectes et les Sociétés secrètes, Paris, 1863, p. 163. Cet ouvrage est cité en tête de chapitre dans le roman d'Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, Le livre de poche, 1990, p. 565.

Liens externes[modifier | modifier le code]