Jean-Emmanuel Le Couteulx de Canteleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Emmanuel Le Couteulx de Canteleu
Jean-Emmanuel-Hector Le Couteulx de Canteleu (1827-1910).jpg
Fonctions
Conseiller général de l'Eure
-
Lieutenant de louveterie
Maire d’Étrépagny (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Famille
Père
Charles Emmanuel Le Couteulx de Canteleu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinctions

Le comte Jean-Emmanuel Hector Le Couteulx de Canteleu (parfois orthographié Coulteux de Canteleu), né le à Saint Martin près Étrépagny et mort le , est un officier de cavalerie français, éleveur de chiens et spécialiste de la chasse à courre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Emmanuel Le Couteulx de Canteleu est le fils du colonel Charles Emmanuel Le Couteulx de Canteleu, aide de camp du duc d'Angoulême et commandeur de la Légion d'honneur, et de Pauline Marie Françoise Augustine Le Gendre d'Onsenbray. Il est le petit-fils de Jean-Barthélémy Le Couteulx de Canteleu.

Avec Louis Lane, il crée la race de chien de chasse du basset artésien normand[1]. Il est l'auteur d'un ouvrage de référence sur les différentes races de chiens courants et la chasse à courre, le Manuel de vénerie française[2],[3], qui fait toujours autorité. Il fut capitaine de cavalerie dans l'armée française[2].

Il est connu également pour son ouvrage sur les sociétés secrètes, dans lequel il signale des liens entre la franc-maçonnerie et la Révolution française[4], et ses opinions antimaçonniques.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Basset artésien normand
  2. a et b Critique du Manuel de vénerie française
  3. Hélène Nunes et C. Degueurce, Les Races de chiens dans la litterature naturaliste française du XVIIIe siècle, p. 75 ou 1
  4. Les Sectes et les Sociétés secrètes, Paris, 1863, p. 163. Cet ouvrage est cité en tête de chapitre dans le roman d'Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, Le livre de poche, 1990, p. 565.

Liens externes[modifier | modifier le code]