Jean-Docile Brousseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Docile Brousseau
Image illustrative de l'article Jean-Docile Brousseau
Fonctions
Maire de Québec
Prédécesseur Robert Chambers
Successeur François Langelier
Député de Portneuf à l'Assemblée législative du Québec
Prédécesseur François Langelier
Successeur Jules Tessier
Député de Portneuf à la Chambre des communes du Canada
Prédécesseur Création du poste
Successeur Esdras Alfred de Saint-Georges
Député de Portneuf à l'Assemblée législative de la province du Canada
Prédécesseur Joseph-Élie Thibaudeau
Successeur Abolition du poste
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Québec, Bas-Canada
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Québec, Québec
Parti politique Parti conservateur du Québec, Parti conservateur du Canada
Profession Imprimeur, libraire
Liste des maires de la Ville de Québec

Jean-Docile Brousseau, né le et mort le à Québec, est un bibliothécaire, imprimeur, libraire et homme politique québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jean-Baptiste Brousseau, charretier, et de Nathalie Doré. Le , il épouse Mary Martha Downes, fille de William Downes, officier de police, et de Martha Cannon.

Carrière d'imprimeur et libraire[modifier | modifier le code]

Il devient imprimeur officiel de l'archevêché de Québec en 1855. Il produisit le journal religieux Le Courrier du Canada de 1857 à 1872 et de la revue littéraire Les Soirées canadiennes.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1861, il devint député représentant Portneuf dans l'Assemblée législative de la Province du Canada. Réélu en 1863, il demeura en fonction dans la Chambre des communes après la Confédération en 1867. Il fut défait en 1872 par le libéral Esdras Alfred de Saint-Georges.

Il fut conseiller municipal de Québec de 1875 à 1880 et de 1882 à 1884. Il devint maire en 1880 et servit jusqu'en 1882.

Élu député du Parti conservateur du Québec dans la circonscription provinciale de Portneuf en 1881, il avait précédemment tenté sa chance en 1867, mais avait été défait par le conservateur Praxède Larue. Il perdit son siège en 1886 contre le libéral Jules Tessier.

Il décède dans la même ville après avoir été une victime d'une attaque de paralysie à l'âge de 83 ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]