Jean-Daniel Beauvallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Daniel Beauvallet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jean-Daniel Beauvallet, né le à Montluçon, est l'un des rédacteurs en chef du magazine Les Inrockuptibles[1] jusqu'en 2018. Il vit à Brighton en Angleterre[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en journalisme à Tours[3], il s'installe à Manchester en 1983[4]. Il rejoint Les Inrockuptibles à ses débuts et apporte au titre sa passion encyclopédique pour la musique britannique contemporaine, de New Order, aux Smiths[5]. De là, il envoie un certain nombre d'articles à la presse française pour témoigner du renouveau de la scène anglaise incarné prioritairement par the Smiths[6]. Ne recevant aucun écho de la presse traditionnelle hormis Libération, qui publie plusieurs de ses articles[6], il intègre en 1986, via la rencontre avec Christian Fevret, un nouveau magazine, Les Inrockuptibles[6], qui veut combattre l'affadissement de la presse rock en France en défendant les nouveaux courants qu'elle méprise. Il fut le détonateur de la carrière musicale de Miossec[7],[8].

En 1988, il est à l'origine du festival les inRocks[9] dont il a longtemps géré la programmation[10]. Il a publié plusieurs ouvrages consacrés à la musique aux éditions Ring.

En , il réalise l'interview et la couverture polémique consacrée à Bertrand Cantat et la parution de son premier album solo. Quatre ans plus tôt, en 2013, Jean-Daniel Beauvallet avait déjà réalisé un entretien avec Cantat lors de son retour à la musique avec son nouveau groupe Detroit, 6 ans après sa sortie de prison[11]. Dans une chronique sur France Inter, Claude Askolovitch décrit Beauvallet comme « l'homme qui s'est donné la mission de vouloir ramener Cantat vers la vie »[12]. Le Figaro juge l'entretien trop complaisant et estime qu'il tourne à la conversation entre amis. « On aurait aimé des questions plus offensives et moins compassionnelles », estime ainsi Olivier Nuc[13].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Daniel Beauvallet, Le Huffington Post
  2. Jean-Daniel Beauvallet, « Vis ma vie - JD Beauvallet, journaliste musique », sur brain-magazine.fr, (consulté le )
  3. « Jean-Daniel Beauvallet toujours " inrockuptible " ! », La Nouvelle République, 14 avril 2013.
  4. 7 questions à JD Beauvallet, sur France TV Info
  5. Serge Kaganksi, Les Inrockuptibles : 25 ans d'insoumission, Paris, Flammarion, , 495 p. (ISBN 978-2-08-126631-5), pages 23 à 25
  6. a b et c Philippe Manche, « Jean-Daniel Beauvallet », Le Soir, 6 juin 2008.
  7. Benoit Thibaut, « Miossec : le brestois tendre comme le granit, au coeur d'un documentaire biopic », sur france3.fr,
  8. Presse Océan, « « Miossec, tendre granit », du Nantais Gaëtan Chataigner », sur ouest-france.fr,
  9. « Les Inrocks Festival, entre niche et éclectisme », Le Monde, 26 novembre 2017.
  10. « Jean-Daniel Beauvallet toujours " inrockuptible "! », sur lanouvellerepublique.fr,
  11. Daniel Schneidermann, « Les Inrocks et Cantat : le rêve d'un jackpot, encore une fois », sur nouvelobs, Nouvel Obs, (consulté le )
  12. Claude Askolovitch, « L’affaire Weinstein », sur franceinter.fr, (consulté le )
  13. Olivier Nuc, « Bertrand Cantat, ce que ne dit pas l'interview des Inrocks », sur lefigaro.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]