Jean-Claude Yon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Claude Yon, né le à Paris, est un historien français, spécialiste de l'opéra au XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est reçu à l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud en 1987 et obtient l'année suivante, sous la direction d'Adeline Daumard, une Maîtrise d’Histoire contemporaine intitulée Les notaires parisiens sous le Second Empire qui est récompensée en 1993 par le prix Favard de Langlade remis par l'Institut International d’Histoire du Notariat.

Agrégé d'Histoire (), sa thèse porte sur Eugène Scribe, la fortune et la liberté, toujours dirigée par Adeline Daumard, et est soutenue le à l'Université Panthéon-Sorbonne. Elle obtient la « mention Très Honorable avec félicitations du jury à l'unanimité ».

Maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (1995), il dirige de à , le Service Culturel de l’Université puis, à partir du directeur adjoint du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC), il est responsable au sein de ce laboratoire, responsable des spectacles et expressions artistiques.

Président du Comité scientifique de l’UFR Sciences Sociales et Humanités de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (-), il y est élu en au Conseil d'UFR puis en au conseil de l’Institut d’Études Culturelles (IEC) puis au conseil de l’Institut d’Études Culturelles et Internationales (IECI).

Le , il est habilité à diriger des recherches avec son étude Pour une histoire culturelle du théâtre français au XIXe siècle. Des biographies à l’exploration d’un champ historique, soutenue sous la direction de Jean-Yves Mollier, à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Professeur d’université en Histoire contemporaine à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (2012), il devient le , directeur du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est par ailleurs chargé de mission au Musée d'Orsay (1992-2006) et commissaire de douze expositions-dossiers entre 1993 et 2000.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand prix d'histoire du romantisme 2000 de la Maison de Chateaubriand pour Eugène Scribe, la fortune et la liberté.
  • Prix Catenacci de l'Académie des beaux-arts et grand prix 2000 de littérature musicale de l'Académie Charles-Cros pour Jacques Offenbach.
  • Prix Second Empire 2005 de la Fondation Napoléon et prix Napoléon III 2005 de la Ville de Boulogne-sur-mer pour Le Second Empire. Politique, société, culture.
  • Prix Thorlet 2012 de l’Académie des sciences morales et politiques pour Une histoire du théâtre à Paris de la Révolution à la Grande Guerre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Outre l'organisation de nombreux colloques et journées d'études, Jean-Claude Yon est le directeur de nombreuses thèses et publications. Il a publié de nombreux articles et est aussi l'auteur des ouvrages :

  • Offenbach, catalogue d’exposition rédigé avec Laurent Fraison, Réunion des Musées Nationaux, Les Dossiers du Musée d’Orsay, no 58, 1996, 167 p.
  • Théophile Gautier, la critique en liberté, catalogue d’exposition rédigé avec Stéphane Guégan, Réunion des Musées Nationaux, Les Dossiers du Musée d’Orsay, no 62, 1997, 176 p.
  • Eugène Scribe, la fortune et la liberté, Librairie Nizet, 2000, 390 p.
  • Jacques Offenbach, Gallimard, coll. « NRF Biographies », 2000, 796 p.
  • En collaboration avec Jacques-Olivier Boudon et Jean-Claude Caron, Religion et culture en Europe au XIXe siècle (1800-1914), Armand Colin, coll. « U », 2001, 287 p.
  • Le Second Empire, politique, société, culture, Armand Colin, coll. « U », 2004, 256 p.
  • Histoire culturelle de la France au XIXe siècle, Armand Colin, coll. « U », 2010, 318 p.
  • Une histoire du théâtre à Paris de la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Aubier, 2012, 437 p.
  • Théâtres parisiens : un patrimoine du XIXe siècle, photographies de Sabine Hartl et Daniel-Olaf Meyer, Paris, Citadelles et Mazenod, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]