Jean-Claude Sensemat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Claude Sensemat
Image dans Infobox.
Dans les bureaux de Gestion Geneen Inc., Montréal (Canada)
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Jean-Claude Sensemat, né le à Fleurance, est un homme d'affaires franco-canadien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En , lors du suicide de son père, marchand de clôtures électriques[1], il reprend la boutique familiale[2],[3] puis crée un groupe d’outillage éponyme[4].

Dans les années 1990, Sensemat participe à la création d'emplois dans le Gers[5] et à l'aménagement du territoire en reprenant des friches industrielles[6]. Si le système économique — fondé sur l'achat à moindre coût en Asie ou dans des pays de l'Est puis la revente dans des Etats occidentaux sous des « labels maison » — est performant, l'image du PDG dans le département est écornée, selon Le Monde, en raison d'un « ego exacerbé » et d'une attitude autocratique[2]. Jean-Claude Sensemat se présente, de son côté comme un autodidacte « mondialiste »[7].

En , il rachète la marque horlogère Lip, alors en difficulté[8],[9].

En , il acquiert le nom Zavatta afin de commercialiser des jouets[3]. Suivent Teppaz (accessoires audio) en [10] dont la relance ne viendra pas[11] et Luis Ocana pour les vélos qui sera également un échec[12]. Le but de ces opérations est toujours le même : vendre des produits sous des marques « qui "parlent" au grand public »[3].

Entre et , il est Conseiller du commerce extérieur de la France[13],[14],[15],[16],[17].

En , Sensemat est placé en redressement judiciaire[18]. Au cours de la procédure, un administrateur judiciaire est visé par une information judiciaire pour « trafic d'influence, abus de confiance, recel, et détournements de fonds » après qu'il ait détourné des chèques[19],[20]. L'année suivante, le groupe est repris par une société toulousaine[21].

En , il est nommé consul honoraire de la République d'Albanie[22],[23].

En , il émigre avec sa famille au Canada[24]. Il ouvre à Montréal Gestion Geneen Inc., entreprise de gestion immobilière et financière[1].

En , il vend Lip à Jean-Luc Bernerd qui exploite la marque depuis dix ans[25].

Responsabilités[modifier | modifier le code]

Il est Vice-président de l’Union Patronale du Gers (1988-89), Président-fondateur du comité Gers Unicef (1989-94), Conseiller de la Banque de France du Gers (1994-2000), Vice-président de l'Union des Français de l'étranger à Montréal (2008-11)[26].

Ecriture[modifier | modifier le code]

Il a écrit plusieurs ouvrages portant sur son parcours professionnel[27]. Il crée Le Français Magazine en [28].

Décorations[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Patronade, éditions Olivier Orban, 1988.
  • Un Moment de Gascogne, éditions La Gascogne, 1997.
  • Le Délit d'Entreprendre, éditions de la Mezzanine, 2004.
  • Comment j'ai sauvé LIP, éditions Entreprendre Robert Lafont, 2005.
  • France quand tu trahis, éditions Duroi, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Charles Mathieu-Dessay, « Jean-Claude Sensemat, Américain sans filtre », boudulemag.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a et b « P O R T R A I T Le système Sensemat à l'épreuve du temps En rachetant la marque horlogère Lip, Jean-Claude Sensemat, jeune PDG d'un groupe gersois spécialisé dans l'outillage, poursuit la course de fond engagée depuis vingt ans », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c « ACTUALITE LE CIRQUE Le clown et le quincaillier marques », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Jean-Claude Sensemat : Le leader de l'outillage entre en bourse », 1001mags.com,‎ , p. 28-29 (lire en ligne, consulté le )
  5. Ghislaine Calvarin et Brigitte Doguet, L'emploi départemental et sectoriel en 1998, INSEE, (ISBN 9782110676771, lire en ligne), p. 106
  6. Jean Baudot, « Sensemat oriente sa stratégie vers le Sud-Est asiatique », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. a et b « Le touche-à-tout a réussi », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « La société Lip est rachetée par le groupe gersois Sensemat », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « La société Lip définitivement acquise au groupe Sensemat. », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Après Lip, Sensemat rachète Teppaz. », liberation.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Pierre Mathieu, « Comment le Teppaz est devenu gersois », sur ladepeche.fr, (consulté le )
  12. Charles Gautier, « La seconde vie des marques », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Jean-Claude Sensemat reconduit conseiller du commerce extérieur. », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Décret du 18 avril 1991 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Décret du 30 mai 1994 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « Décret du 30 septembre 1997 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Décret du 16 février 2004 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Le groupe Sensemat en règlement judiciaire », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « L'administrateur judiciaire est en prison », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Toulouse: un administrateur écroué. », liberation.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Laurent Marcaillou, « Le groupe d'outillage Sensemat cédé à la société toulousaine Cargo », sur Les Echos, (consulté le )
  22. « Exequatur accordés à des consuls », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « Jean-Claude Sensemat consul d'Albanie », sur ladepeche.fr, (consulté le )
  24. Christophe Zoia, « Fleurance. Jean-Claude Sensemat : « Je n'avais qu'une solution, partir » », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. Christophe Zoia, « Lectoure. Lip : les ambitions du nouveau patron », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. a et b « Jean-Claude Sensemat », sur www.whoswho.fr
  27. « Jean-Claude Sensemat : du cauchemar français au rêve américain », loutardeliberee.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. Charlotte Lopez, « Le Français Magazine de Jean-Claude Sensemat, pour les Français du monde entier », sur L'Outarde Libérée, (consulté le )
  29. « Décret du 25 février 1989 PORTANT PROMOTION ET NOMINATION (ORDRE NATIONAL DU MERITE) », legifrance.gouv.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. « ORDRE DE LA LEGION D'HONNEUR Décret du 3 avril 1996 portant promotion et nomination », https://www.legifrance.gouv.fr/,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]