Jean-Claude Hesselbarth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Claude Hesselbarth
Photo Jean Mayerat 2003.jpg
Jean-Claude Hesselbarth (2003)
par Jean Mayerat
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Nationalité
Activité

Jean-Claude Hesselbarth est un peintre et dessinateur suisse. Né en 1925 à Lausanne, il s'était établi à Grignan en Drôme provençale. Il est décédé le 13 mai 2015.

Vie et œuvre[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Hesselbarth est né le 29 mars 1925 à Lausanne, d’un père allemand naturalisé suisse en 1931, et de Julie Clerc, fille d’Eugène, dentiste à Lausanne. Il partage son premier pupitre d’écolier avec Philippe Jaccottet qui deviendra son meilleur ami d’enfance ; il le retrouvera des années plus tard à Grignan, dans la Drôme provençale, où le poète s'est établi.

En 1933 le jeune sculpteur Jean Clerc, son oncle, meurt subitement à l’âge de 25 ans d’une diphtérie. L’ombre de ce génie précoce marquera toute la vie du peintre. À cette époque, il est atteint lui-même d’une tuberculose et ses parents l’envoient dans un sanatorium, à Leysin. Cet exil d’un an le prive ainsi de sa famille et de ses premiers amis.

A l’âge de 11 ans, il entre au Collège classique de Lausanne, en section latin-grec. Au cours de ses études au Collège puis au Gymnase ses meilleurs amis seront l’écrivain Gaston Cherpillod, l’écrivain et traducteur Georges Arès (de son vrai nom Cornelius Heym) et l'homme de théâtre Marcel Imhof, avec lequel il a entretenu une intense correspondance. Passionné de musique, il découvre le jazz et fréquente assidûment le Club de Jazz de Lausanne.

Après son baccalauréat, il entreprend des études de Lettres qu’il interrompt deux ans plus tard pour s'inscrire à l’École des Beaux-Arts. De 1947 à 1952 il y suit les cours de Casimir Reymond et de Marcel Poncet. De ses voyages en Grèce, en Italie et en France, il rapporte dessins et cartons peints figuratifs, auxquels très vite il préférera une recherche formelle abstraite qui l'orientera définitivement vers l’abstraction lyrique

Dès 1954, il est reconnu comme un des premiers peintres tachistes en Suisse. 

"Ses recherches picturales sur le mur, sur le grand format, sur un type d'art appliqué aux tentures et aux rideaux, le conduisent à introduire dans sa peinture des structures géométriques précises dans lesquelles s'inscrivent des masses colorées souvent très sombres. Dès lors sa peinture se dirige vers un tachisme gestuel très coloré, il restera fidèle à cette technique, avec comme évolution marquante, un glissement net des couleurs sourdes vers des couleurs plus sonores, un éclaircissement progressif et inéluctable de la palette. Il pratique en parallèle le dessin à l'encre de Chine à la petite plume d'acier et au bambou taillé sur du papier aquarelle[1]."

En 1955 a lieu sa première exposition personnelle à la Galerie l’Entr’acte, à Lausanne. La même année, il fonde avec André Gigon, sculpteur et céramiste, Charles Oscar Chollet, peintre, créateur de mobiles, Denise Voïta, peintre, Arthur Jobin, peintre et Antoine Poncet, sculpteur, le Collège Vaudois des Artistes concrets, un groupe qui milite pour l’intégration de l’œuvre d’art dans la ville et pour la participation des artistes aux projets de construction et de restauration des bâtiments.

En 1956, il est lauréat de la Bourse Alice Bailly. En 1957, il participe à la 1re exposition  « Peintres abstraits en Suisse » au Musée d’Art et d’histoire de Neuchâtel. Dès lors, membre actif de la section vaudoise de la SPSAS[2], il participera à de nombreuses expositions collectives et personnelles. 

Pendant 12 ans, de 1962 à 1973, il est professeur assistant de dessin à la section d'architecture de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Parallèlement à son travail et à ses cours, il réalise un certain nombre d’œuvres à caractère monumental: peintures murales,  vitraux, céramiques, mosaïques de verre, tôles émaillée, tapisseries, animations en bois polychrome. Il collabore étroitement avec des architectes pour la mise en couleurs de bâtiments publics et privés.

En 1970, il épouse Liliane Annen, réalisatrice à la Télévision Suisse Romande, dont il partage la vie depuis 13 ans. Ils vivent entre Lausanne, où il pratique le dessin et travaille ses projets d’œuvres monumentales, et la Drôme provençale, où il se consacre à la peinture, dans son atelier en plein air. 

Il participe à l'exposition Beginn des Tachismus in der Schweiz au Kunsthaus de Zurich en 1978 et expose très régulièrement ses travaux, en particulier à la Galerie Plexus[3] à Chexbres, entre 1980 et 2012. En 1998 une rétrospective lui est consacrée au Musée Jenisch à Vevey. En 2004 une exposition au Musée de Pully réunit son œuvre et celle de son oncle, le sculpteur Jean Clerc, tandis qu'en 2012, le Musée Cantonal des beaux-arts de Sion consacre une salle aux cinq grandes peintures acquises en donation.

De 1956 à 2010, Jean-Claude Hesselbarth a habité la rue de Bourg, à Lausanne, la rue où il est né, et occupé divers ateliers dont celui du Rôtillon, démoli en 2004. En 2010, il quitte son appartement lausannois pour s’installer définitivement à Grignan. Sa santé déclinant, il avait renoncé à la peinture mais continuait à dessiner régulièrement et à exposer ses travaux.

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Galerie L'Entr'acte, Lausanne
  • 1972 : Galerie Impact, Lausanne]
  • 1975 : Galerie Claudine Planque, Lausanne]
  • 1976 : Galerie Vercamer, Paris
  • 1980 : Galerie Plexus, Chexbres
  • 1992 : Galerie West, Berne
  • 1998 : Maison des Arts Plexus, Chexbres
  • 1998 : Musée Jenisch, Vevey
  • 2004 : Maison des Arts Plexus, Chexbres
  • 2004 : Musée de Pully, Pully
  • 2006 : Galerie Terres d’Écritures, Grignan
  • 2006 : Maison des Arts Plexus, Chexbres
  • 2012 : Maison des Arts Plexus, Chexbres
  • 2011 : Galerie Terres d'Écritures à Grignan[4]
  • 2014: Fondation Pierre Gianadda, Martigny
  • 2015: Espace d'Art François-Auguste Ducros, Grignan

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 1956 : Collège vaudois des artistes concrets, Galerie des Beaux-Arts, Bienne
  • 1957 : Peintres abstraits en Suisse, Musée d'Art et d'Histoire, Neuchâtel
  • 1960 : 42 Junge Schweizer Plastic, Malerei, Zeichnung, Städtisches Museum, Leverkusen, Allemagne
  • 1970 : Groupe Impact, Galerie Impact, Lausanne
  • 1972 : Peintres et sculpteurs romands, Kunstmuseum, Thoune
  • 1978 : Beginn des Tachismus in der Schweiz, Kunsthaus, Zurich
  • 1983 : Sept artistes suisses contemporains, Palais des Congrès, Bruxelles
  • 1997 : Saxifrage, désespoir-du-peintre, la tendance expressive dans la peinture suisse contemporaine, Musée d'art et d'histoire de Fribourg
  • 2009 : Explosions lyriques. La peinture abstraite en Suisse (1950-1965), Musée Cantonal des Beaux-Arts à Sion

Collections[modifier | modifier le code]

Son œuvre est présente dans plusieurs collections publiques, entre autres

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1956 Bourse Alice Bailly
  • 1980 Prix Pierre Monay
  • 1985 Prix du Crédit Suisse
  • 1996 Prix de la Fondation de la Banque Cantonale Vaudoise

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Hesselbarth, textes de Richard Aeschlimann, Jacques Chessex, Emile Gardaz, Philippe Jaccottet, Michel Soutter, Jil Silberstein, Christophe Gallaz et Nicolas Raboud, Éditions Galerie Plexus, Chexbres,1988.
  • Hesselbarth, une souffrance recyclée, entretiens avec l'artiste par Jil Silberstein, Éditions de l'Alliance culturelle romande, Lausanne 1990. Réédition augmentée sous le titre Hesselbarth Peinture, papillons et autres coq-à-l'âne, Éditions l'Age d'Homme, Lausanne, 2011.
  • Jean-Claude Hesselbarth peintures et dessins, sous la direction de Nicolas Raboud, avec le texte "Saturne en son jardin" de Philippe Jaccottet, Éditions Musée Jenisch, Vevey, 1998.
  • Jean-Claude Hesselbarth, textes de Léonard Gianadda, Nicolas Raboud, Philippe Jaccottet et Amaury Nauroy, Éditions Fondation Pierre Gianadda, Martigny, 2014.
  • Hesselbarth, Peindre le pays où fleurit l'oranger, Lauren Laz et Nicolas Raboud, préface de Pascal Ruedin, avec les textes de Jacques Chessex, Jean-Claude Hesselbarth, Philippe Jaccottet et Francine Simonin, Till Schaap Edition/Genoud, Berne, 2015

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • La terre contre les murs, 26' réalisé par Liliane Annen entre 1967 et 1969 sur la pose d'une céramique monumentale de Jean-Claude Hesselbarth pour le Stade Olympique de Lausanne
  • À vous... série de portraits réalisés par Michel Soutter en 1976 pour la Télévision Suisse Romande, dont un de 7' consacré à Jean-Claude Hesselbarth
  • La tête buissonnante, 44' réalisé entre 1986 et 1988 par Gilles Pache, en collaboration avec Nicolas Raboud. http://www.youtu.be/Rjbji5Dmc9Y Visionner le film
  • Jean-Claude Hesselbarth, peintre, collection Plans-Fixes, interlocuteur Eric Burnand, réalisation Willy Rohrbach, 2003. http://www.plansfixes.ch/films/1206

Liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Raboud, Jean-Claude Hesselbarth peintures et dessins, Vevey 1998, Musée Jenisch
  2. Société des Peintres Sculpteurs et Architectes Suisses, désormais VISARTE
  3. La Galerie Plexus à Chexbres est devenue en 1996 Maison des Arts Plexus
  4. Voir sur terres-ecritures.asso.fr.
  5. Voir sur gymnasecite.ch.