Jean-Claude Germain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Claude Germain
Naissance
Montréal Drapeau du Canada Canada
Activité principale
Dramaturge, écrivain, journaliste

Jean-Claude Germain (né le à Montréal) est un scénariste, écrivain, dramaturge, auteur, journaliste, parolier et historien québécois.

Il a été directeur artistique du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui de 1972 à 1982. Il a écrit pour la scène de nombreux textes, notamment une monologuerie bouffe intitulé Les Hauts et les bas dla vie d'une diva : Sarah Ménard par eux-mêmes (1974), et sa suite, Les Nuits de l'indiva (1979), interprété par son épouse, la comédienne Nicole Leblanc.

Il a enquêté sur l'histoire occulte des maçons québécois, sans toutefois être membre de cette secte[1].

Il est participant de longue date au festival littéraire Metropolis bleu.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Derniers ouvrages parus[modifier | modifier le code]

Rue Fabre, centre de l'univers, paru en avril 2007. Jean-Claude Germain y décrit non pas la vie du Plateau dans les années 1940 comme le fait Michel Tremblay, mais plutôt la découverte des autres quartiers de l'île de Montréal en compagnie de son père, avec bien sûr la rue Fabre comme centre.

Depuis, il a également publié Cœur rouge de la bohème et La femme nue habillait la nuit, deux livres où il décrit ses années de bohème montréalaise des années 50 et du début des années 60[2].

Formation

Université de Montréal en Histoire

Collège Sainte-Marie. Programme en Études classiques

Radio

CBF Bonjour en tant que Chroniqueur quotidien (350 ans de Montréal)

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme acteur[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]


Œuvres

Les tourtereaux ou La vieillesse frappe à l'aube [1970]

Si Aurore m'était contée deux fois [1970]

Rodéo et Juliette [1970]

Le pays dans l'pays [1971]

Le roi des mises à bas prix [1971]

Si les Sansoucis s'en soucient, ces Sansoucis-ci s'en soucieront-ils? Bien parler c'est se respecter! [1971]

L'pays dans l'pays [1971]

La Charlotte électrique ou Un conte de Noël tropical pour toutes les filles pardues dans a'brume, dans a'neige ou dans l'vice * [1972]

Dédé Mesure [1972]

Les méfaits de l'acide [1973]

L'affront commun [1973]

Les hauts et les bas dla vie d'une diva : Sarah Ménard par eux-mêmes [1974]

La reine des chanteuses de pomme [1975]

Beau, bon, pas cher ou La transe du bon Boulé [1975]

Le buffet impromptu ou La nosse chez les propriétaires de bungalow [1976]

Un pays dont la devise est je m'oublie [1976]

L'école des rêves [1977]

Les faux brillants de Félix-Gabriel Marchand. Paraphrase. [1977]

Mamours et conjugat [1978]

Les nuits de l'indiva [1979]

A Canadian Play/Une plaie canadienne [1979]

Le sot d'Ostie [1981]

Un théâtre d'auteurs ou L'isle des cent cinquante [1986]

Le plusse un [1997]

Le miroir aux tartuffes [1998]

Le jour et la nuit [2005]

26 lettres, Abécédaire des mots en perte de sens (collectif) [2014]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]