Jean-Claude Esparon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Esparon.
Jean-Claude Esparon
Naissance
Décès
Nationalité

Jean-Claude Esparon, né à Saint-Laurent-de-Chamousset le et mort à Paris le [1],[2], est un médailleur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Esparon est né à Saint-Laurent-de-Chamousset près de Lyon (Rhône) le . Il est le fils de Jean François Esparon, chapelier, et de Benoîte Ressicaud. La famille Esparon est une riche famille marchande établie depuis plusieurs siècles à Saint-Laurent-de-Chamousset. Il eut deux enfants d'un premier mariage: Julie Marie Esparon et Louis Georges Edouard Esparon, graveur de pierre fine.

Il meurt à Paris le à son domicile, no 3 rue du Bouloi dans le 1er arrondissement de Paris. Il est inhumé à Paris au cimetière du Montparnasse (27e division). Sa tombe est ornée d'un médaillon en bronze par François-Louis Carpezat(1869) de 32 cm de diamètre encastré dans la face antérieure d'une stèle[3]. La terre cuite qui a servi à l'exécution de ce médaillon, propriété de la veuve Esparon, a été retouchée par Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), ami de Jean-Claude Esparon et de François-Louis Carpezat[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Compagnie de remorquage, Sénégal. (ancêtre de Les Abeilles fondée en 1864), médaille en argent[5],[6].

Jean-Claude Esparon est l'auteur de nombreuses médailles à l'effigie de Lille, dont :

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sur Gallica : Revue de l'art français ancien et moderne. Société de l'histoire de l'art français (France). Éditeurs : Charavay (Paris) et Jean Schemit (Paris). 1897. Tome XIII, pages 286 (La sculpture dans les cimetières de Paris)
  2. A.D. Paris, page 8
  3. Au-dessous, deux branches de chêne et de rosier, également en bronze, sont fixées sur la stèle ; les mots suivants sont gravés sur le ruban qui lie les deux branches : « À mon mari ».
  4. Renseignements fournis par Mme veuve Esparon (23 novembre 1897), in Revue de l'art français ancien et moderne. Société de l'histoire de l'art français, Tome XIII, Paris, Charavay et Jean Schemit, 1897, p. 286.
  5. Sur iNumis
  6. Sur iNumis
  7. Sur Delcampe

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue de l'art français ancien et moderne. Société de l'histoire de l'art français, Tome XIII, Paris, Charavay et Jean Schemit, 1897, p. 286.