Jean-Claude Badoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Claude Badoux, né le à Forel-sur-Lucens, est un ingénieur civil suisse, professeur à l'École polytechnique fédérale de Lausanne et président de cette école entre 1992 et 2000. Son domaine d'activité est le développement des constructions en métal, bois et béton, notamment des ponts[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille paysanne et aîné de la famille, il aurait dû reprendre le domaine familial, mais pour des raisons de santé et intéressé par les sciences, il ira à 15 ans au Collège Scientifique de Lausanne où il tombe amoureux des mathématiques et de la physique[2].

Diplômé de l'École polytechnique fédérale de Zurich en 1958[3], il est passé par l'Université technique de Hannovre, en Allemagne, avant d’obtenir son doctorat en 1965 à l'Université Lehigh à Bethlehem, PA[4],[5]. Il a enseigné à l'Université de Californie à Davis, puis à l'École polytechnique de l'Université de Lausanne dès 1967[6], école qui devient ensuite l'EPFL. Il devient doyen du département de génie civil en 1971 et est directeur de l’Institut de la Construction Métallique (ICOM) entre 1969 et 1992[7]. Il préside également la Société suisse des ingénieurs et des architectes (SIA) entre 1986 et 1991[8],[9].

En , il est nommé président de l’EPFL par le Conseil fédéral, succédant à Bernard Vittoz[10],[11],[12]. Controversé à son arrivée[13], n'étant pas le candidat qui avait été choisi par le corps professoral[14],[15], il réoriente les priorités de l'institution, en particulier vers la micro-technique, les systèmes de communication, le management et l'économie[16],[17].

Durant sa présidence, il est l'un des artisans du « Projet triangulaire »[18] entre l'EPFL, l'Université de Lausanne et l'Université de Genève, qui aboutit en 2001 à la redistribution des disciplines enseignées dans ces écoles. Il a également soutenu l’avènement de la culture anglosaxonne au sein de l’EPFL, tout en internationalisant celle-ci par l'engagement de professeurs étrangers d'une part et en encourageant les étudiants étrangers à faire leur doctorat au sein de l'EPFL[19],[20].

Il préside également l'Académie suisse des sciences techniques (SATW) entre 1992 et 1998[21].

En 2000, Patrick Aebischer lui succède à la tête de l'EPFL[22].

Depuis 1999, il est président du Conseil de la Fondation Bois Chamblard et est également « Ambassador-at-Large » de la fondation International Centre for Earth Simulation (IECS) à Genève.

Chrétien engagé, il a aussi présidé le Conseil Synodal de l'Église évangélique réformée du canton de Vaud[23],[24],[19].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il est co-auteur du livre[27] « Chronique de l’EPFL »[28] avec Michel Pont, paru aux Presses polytechniques et universitaires romandes (PPUR) en 2010 et a contribué à d'autres ouvrages scientifiques[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Google Scholar », sur scholar.google.ch (consulté le )
  2. « Jean-Claude Badoux », Association Plans Fixes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « ETHistory - Jean-Claude Badoux », sur www.ethistory.ethz.ch (consulté le )
  4. (en) « Jean-Claude Badoux: Distinguished Alumni at Lehigh Engineering », sur www.lehigh.edu (consulté le )
  5. (en) « Y. C. Ethan Yang Joins Lehigh CEE Faculty », sur www.lehigh.edu (consulté le )
  6. « Nouveau professeur à l'EPUL », Gazette de Lausanne,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  7. D.S. Miéville, « Un vaudois cosmopolite », Le Nouveau Quotidien,‎ , p. 21 (ISSN 1423-3959)
  8. « André Rivoire », TEC21, no 19,‎ , p. 88 (lire en ligne)
  9. (de) « Keine welsche, eine eidgenössische Hochschule », Neue Zürcher Zeitung,‎ , p. 19 (archiv.nzz.ch)
  10. « Un nouveau président pour l'EPFL », Journal de Genève,‎ (ISSN 1010-2108)
  11. (de) rfr, « Keine welsche, eine eidgenössische Hochschule », Neue Zürcher Zeitung,‎ , p. 19 (archiv.nzz.ch)
  12. Chantal Thevenoz, « L'homme carrefour », L'Hebdo,‎ , p. 15 (ISSN 1013-0691, lire en ligne)
  13. J.-B. D., « 23 protagonistes pour 1993: Jean-Claude Badoux, un vent nouveau sur l'EPFL », Le Nouveau Quotidien,‎ , p. 4-5 (ISSN 1423-3959)
  14. « Le gouvernement n'a pas choisi le candidat proposé par l'Ecole », Journal de Genève,‎ , p. 1, 23 (lire en ligne)
  15. « L'EPFL a du vague à l'âme », Le Nouveau Quotidien,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  16. Daniel Audétat, « Avec une poignée de fer, Jean-Claude Badoux transforme l'EPFL en douceur », Le Nouveau Quotidien,‎ , p. 28 (ISSN 1423-3959)
  17. (de) « MikrotechnikundKommunikationssysteme », Neue Zürcher Zeitung,‎ , p. 15 (archiv.nzz.ch)
  18. « Les Vaudois voteront sur leur «survie scientifique» », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. a et b D.S. Miéville, « Jean-Claude Badoux: pourquoi êtes-vous fier d'être ingénieur? », Le Nouveau Quotidien,‎ , p. 20-21 (ISSN 1423-3959, lire en ligne)
  20. « Quand le président de l’EPFL Jean-Claude Badoux détaillait ses priorités », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Steven Piguet, « Base de données sur les Élites suisses au XXe siècle », sur www2.unil.ch (consulté le )
  22. (de) « Ein Mediziner als Präsident der ETH Lausanne », Neue Zürcher Zeitung,‎ , p. 14
  23. Michel Pont, « Du Conseil synodal à l'EPFL », 24 heures,‎ , p. 52 (ISSN 1661-2256, lire en ligne)
  24. « La première femme a entrer au Conseil », Gazette de Lausanne,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  25. « membres d'honneur - sia | schweizerischer ingenieur- und architektenverein », sur sia | schweizerischer ingenieur- und architektenverein (consulté le )
  26. (en) « The University Awards Honorary Doctorate to Prof. Jean-Claude Badoux »,
  27. Presses polytechniques et universitaires romandes, « EPFL / Chronique de l'EPFL - Jean-Claude Badoux / ppur.org - polytechpress.com », (consulté le )
  28. http://www.ppur.org/produit/312/9782880748760/Chronique%20de%20lEPFL%201978-2000
  29. (en) Lehre und Forschung an der ETH Zürich - Eine Festschrift zum 150-Jahr-Jubiläum | Springer (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

Fonds : Jean-Claude Badoux (1878-2017) [3.55 mètres linéaires]. Cote : CH-000053-1 PP 1081. Archives cantonales vaudoises (présentation en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]