Jean-Christophe Ballot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Christophe Ballot
Jean-Christophe Ballot, au Jeu de Paume, le jeudi 19 novembre 2015.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Distinctions
Chevalier des Arts et des Lettres (2018)

Jean-Christophe Ballot est un photographe contemporain, né en 1960. Il poursuit depuis 1987 (premier portrait de ville) un chemin singulier dans le monde artistique, revendiquant et pratiquant une photographie contemplative[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Christophe Ballot partage son temps entre la photographie et les films documentaires. Architecte DPLG (1986), diplômé de l'École nationale supérieure des arts décoratifs (1990), diplômé de La Femis et ancien pensionnaire de la Villa Médicis (1991), ses œuvres figurent dans les collections de nombreux musées : Metropolitan Museum of Art de New York, Musée du Louvre, Fonds national d'art contemporain, Centre Pompidou, Maison européenne de la photographie, Musée Carnavalet, Petit Palais, Musée Rodin, Festival de Chaumont-sur-Loire, Bibliothèque nationale de France, Musée de la photographie de Thessalonique, Musée national d'art contemporain de Thessalonique[3]

L'ensemble de son travail est orienté sur l'espace : celui des villes, avec le paysage urbain et l'architecture ; celui des ports, des espaces limites, des lieux de mémoire, des lieux spirituels ; celui des paysages naturels et des jardins ; celui des sites lapidaires et archéologiques[4].

Jean-Christophe Ballot a reçu en 2018 la distinction de Chevalier de l'ordre des arts et des lettres.

Thématiques de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Le paysage urbain[modifier | modifier le code]

« Diplômé d'architecture, cinéaste et photographe, Ballot travaille à la chambre, ce qui l'oblige à s'installer davantage dans le décor. Il opte pour une frontalité qui privilégie la forme brute de l'architecture, et souligne ainsi le chaos des villes où les signes urbains se confrontent. Acteurs de la composition, les bâtiments sont les révélateurs de la théâtralité des lieux et de leur mémoire. »[5]

En 1987, architecte DPLG et étudiant à l'École nationale supérieure des arts décoratifs dans le département photo, Jean-Christophe Ballot reçoit une bourse de l'Office franco-allemand pour la jeunesse afin de passer deux mois à Berlin. Il part avec une chambre Sinar de studio faire ses premiers paysages urbains. Ces photographies sont ensuite présentées au jury de la Villa Médicis et lui permettent de partir travailler sur Rome en 1991[2]. Pendant dix-sept ans, les portraits de villes vont se poursuivre au fil des rencontres, des opportunités et des invitations[6],[7] : Bratislava (1996), Burgos (1996), Casablanca (1999), Chicago, Gennevilliers, Lisbonne (1998), New York (2004), Ostrowiec, Paris (1993), Shanghai, Singapore (2002), Surabaya (1997), Zagreb (1995). C'est un long essai photographique dans une attitude documentaire loin de tout pittoresque, une recherche sur l'histoire et les changements des villes. « Jean-Christophe Ballot nous parle d'un état de civilisation, d'un mode de vie, d'une façon d'être, mieux que cent traités d'urbanisme, de sociologie et d'anthropologie réunis. Car ces habitations, comme tout ce qui constitue le paysage, sont des produits de l'homme, de son activité. Comme tels, ils constituent des signes, un ensemble de signes, la forme en creux de l'homme[8]. »

En 2008, il présente une sélection de tous ses travaux à la Maison européenne de la photographie dans le cadre d'une exposition personnelle intitulée Urban Landscapes[9]. Depuis il continue, toujours à la chambre 4' x 5' et en argentique, de photographier Berlin, Chicago, Los Angeles.

En 2011, il travaille sur le paysage urbain de Beyrouth et Damas (il est sans doute le dernier artiste français à avoir pu y travailler avant les événements)[10].

En 2013, il réalise une longue campagne sur la ville de Thessalonique à l'invitation de l'Institut français, du musée de la photographie et de la mairie de Thessalonique. Ce travail est présenté à l'Institut français de Thessalonique, puis dans le cadre du Mois de la photo à Paris 2014[11]

En 2015, sur une invitation de la Délégation de l'Union européenne, il travaille sur le patrimoine de la ville de Constantine en Algérie[12].

En 2017, sur une invitation de l'Institut français de Saint-Pétersbourg, il travaille sur le port et la ville de Kaliningrad.

Lieux de mémoire et de métamorphoses[modifier | modifier le code]

En 1991, alors pensionnaire à la Villa Médicis, il parcourt la Rome antique, du Colisée à la Via Appia.

À partir de 1992, il photographie pendant plus de dix ans le chantier du musée du Louvre[13].

En 1998, la Bibliothèque nationale de France commande à Candida Höfer, Luc Boegly et Jean-Christophe Ballot un regard sur le déménagement des treize millions de livres du site Richelieu à la nouvelle bibliothèque François Mitterrand. Depuis Jean-Christophe Ballot suit pour la BnF, dès le temps zéro, toutes les évolutions du chantier du quadrilatère Richelieu[14].

En 1999, l'Institut français de Thessalonique lui propose une résidence parmi les moines du Mont Athos : « [Jean-Christophe Ballot] a voulu concilier, dans sa pratique photographique, la tradition catholique, où l'image est un vecteur de la connaissance, et celle de la tradition orthodoxe, où l'icône est la seule image qui offre l'accès au sacré. Par les différents niveaux de lecture possibles de son travail, il a également cherché à donner forme aux différentes étapes de la Révélation. Peut-être le photographe, lui aussi, s'est-il révélé à lui-même au cours de ce mois de retraite au mont Athos. »[15]

En 2003, le groupe Renault autorise sept photographes dont Jean-Christophe Ballot à porter un regard sur les usines de l’île Seguin avant leur démolition. « L'architecture est le jeu savant, correcte et magnifique des volumes assemblés sous la lumière. Ce pourrait être une définition pertinente de son travail sur l'île Seguin et plus généralement de son approche de tout espace à construire visuellement, et de son questionnement sur la nature d'un "lieu". Il y a presque toujours chez lui une aspiration, une inspiration même, vers la clarté ; la recherche d'une bouche de lumière venant éclairer (sens et sensibilité) l'ensemble d'une composition. (...) Ce que Jean-Christophe Ballot a constitué n'appartient qu'à lui. D'autres figures étaient possibles et d'autres, qui sont passés aux mêmes endroits, ont vu différemment ou peut être n'ont pas vu. Cette différence, c'est la grâce et le talent[16]. »

Entre 2012 et 2013, il photographie les six derniers mois d'activité de la plus vieille fonderie d'art en France, la Fonderie Susse, lieu occupé pendant tout le XXe siècle avant son déménagement. Il publie en 2014, un ouvrage Fonderie Susse, l'inventaire et le lieu[2].

Durant l'été 2015, il photographie le jardin des serres d'Auteuil à la demande des éditions Gallimard engagés dans la défense de ce patrimoine botanique.

La statuaire[modifier | modifier le code]

En 1991, alors pensionnaire à la Villa Médicis, il photographie les sites antiques et les musées romains. De retour en France, il entame une collaboration avec le musée du Louvre dont il suit le chantier de 1992 à 2002[17]. Il expose au Louvre dans la salle des maquettes en 2003 et publie quatre ouvrages : Le Grand Louvre, Le Louvre en métamorphose, Le Louvre transfiguré et La Vie secrète du Louvre. Les statues parcourent ses images, ses livres... « Jean-Christophe Ballot aime le Louvre. Il le prouve par la manière nourrie par ses expériences romaines, dont il détaille les statues, les reliefs, en exprime la texture par la vérité physique (…) la façon dont il prend possession de l'espace. Comment ne pas citer aussi l'inévitable Piranèse lorsqu'on admire la manière dont le photographe module les noirs d'un grillage et d'un échafaudage voilé ou dont il grave une perspective des murs et de colonnes réticulées qu'articulent l'ombre et la lumière ? Ballot sait ordonner le hasard et déranger ce qui sans lui serait trop ordonné. » Michel Laclotte, Le Louvre en métamorphose, Paris, éditions Créaphis, 1994, p. 8[13].

En 2003, la Fondation Royaumont lui commande une exposition et le livre Polyphonies sur les lieux où est né le chant polyphonique à partir du XIIe siècle, un regard sur l'art roman et gothique, l'architecture et la statuaire dans le nord de la France[18].

En 2004, le musée de La Garenne Lemot lui confie la réalisation d'une exposition et d'un livre Diane un mythe contemporain.[19] Il entreprend une campagne photographique à la Galerie des Offices de Florence, au palais royal de Caserte, à la Villa d'Este de Tivoli, au château de Versailles, au musée du Louvre et à la Villa Médicis.

En 2006, la revue AD lui demande une vision d'un Louvre inspiré du livre Da Vinci Code qui sort en film cette année là.

En 2009, pour une exposition au Loyola University Museum of Art de Chicago, les musées Rodin, Zadkine, Bourdelle, le Petit Palais et l'Art Institute of Chicago lui ouvrent leurs portes[20].

En 2013, Jean-Christophe Ballot effectue une nouvelle série au Louvre sur une proposition de Madame Geneviève Bresc-Bautier, directrice du département des sculptures du musée du Louvre. Elle lui propose de porter un regard sur le travail de moulage réalisé sur le Persée et Andromède de Pierre Puget.

En 2014, le Centre des monuments nationaux lui demande un regard sur les gisants et les orants de la Basilique Saint-Denis[21]. Ce travail donne lieu à l'édition d'un portfolio et à la production d'une exposition présentée à l'église des Billette à Paris, au château de Gordes et à l'académie royale de Lièges en 2015. La même année, la revue Mirabilia lui commande un portfolio sur le thème du miroir[22]. Il réalise alors une série ethnographique à partir de couples de statuettes d'Asie, du Proche-Orient, d'Europe, du Brésil...

Le paysage naturel[modifier | modifier le code]

« À la recherche de l'universel et de l'intemporel dans les paysages qu'il observe et dont il nous transmet le reflet, Jean-Christophe Ballot se réfère à la peinture. Ses images ont la profondeur et la densité d'un tableau sans âge. Ses photographies, contemplatives, sont en quête d'un temps suspendu. »

— Texte de présentation de l'exposition au domaine de Chaumont-sur-Loire en 2015

En 1993, commande du Conservatoire du littoral sur le site de l'abbaye de Beauport. L'abbaye sera le sujet de plusieurs publications[23],[24].

En 1995, il photographie à la chambre 4x5 en noir et blanc le chemin de Compostelle, parcourant 1700 km à bicyclette de l'abbaye de Vézelay jusqu'à Saint-Jacques de Compostelle. Ces photographies associées à son journal de voyage, feront l'objet d'un documentaire[25].

De 1997 à 2016, mise en place et suivi de six reconductions d'un observatoire photographique sur le Parc naturel régional d'Armorique[26].

De 1999 à 2000, commande d'un travail et d'un livre[27] sur les paysages lors des crues de la Loire, par l'artothèque et le nouveau théâtre d'Angers.

En 2002, le CAUE de la Charente-Maritime commande un travail sur le bassin ostréicole de Marennes-Oléron[28].

En 2004, « il entreprend un grand périple d'observateur autour de l'Australie, s'intéressant aussi aux grandes terres rouges du centre qu'aux déserts et forêts primaires de ce vaste pays ; il s'est attaché à restituer la puissance minérale et végétale de cette nature primitive. On retrouve bien, à travers ses images, sa manière picturale qui évoque, de façon également réussie, l'estampe japonaise ou l'abstraction minimaliste. La photographie devient le prétexte d'une méditation zen, d'un silence intérieur dans lequel le corps se dissout. »[29]

En 2009, le Grand Site Sainte-Victoire lui organise une résidence pour photographier la montagne Sainte-Victoire. Il photographie pendant un an la montagne de Cézanne[3]. Il publie Les Trente-Six Vues de la Sainte-Victoire aux éditions Gallimard, et une exposition circule dans la région d'Aix-en-Provence avant d'être présentée dans le cadre du Mois de la photo à Paris 2010.

De 2012 à 2013, dans le cadre du Grand Paris, il réalise un état des lieux du futur port de Paris à la confluence de la Seine et de l'Oise.

En 2013, il met en place un nouvel observatoire photographique des Gorges de l'Ardèche.

En 2015, les éditions Gallimard lui commandent un regard sur les serres d'Auteuil qui est publié dans la collection Alternatives[30].

Expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Le Louvre en métamorphose, textes de Michel Laclotte et Philippe Piguet, collection Diaclase, éditions Créaphis, Paris, 1994.
  • Bratislava, textes de Bernard Noël et Pascal Bonafoux, collection Capitales oubliées, éditions Edipso, 1996.
  • Mont Athos, avec une nouvelle de Jean-Louis Poitevin, cahiers d'une exposition No 36, éditions Bibliothèque nationale de France, 2001.
  • L'Eau grande, texte de Michel Racine, éditions Créaphis, Paris, 2001;
  • Visa IV Casablanca, texte de Brahim Alaoui, éditions Filigranes, Trézélan, 2002.
  • Divinatoire, texte d'Olivier Kaeppelin, éditions Filigranes, Trézélan, 2002;
  • Le Louvre transfiguré, préfaces d'Henri Loyrette et François Roussely, texte de Geneviève Bresc-Bautier, éditions Créaphis, Paris, 2002.
  • Les Pierres d'attente, un conte d'Anne Guglielmetti, éditions Buchet-Chastel, Paris, 2003.
  • Polyphonies, texte de Guy Lobrichon, éditions Créaphis, Paris, 2003.
  • Diane, un mythe contemporain, texte de Marie Richard, éditions Créaphis, Paris, 2004.
  • Beauport(s) une abbaye littorale, albums quatre et cinq, éditions Créaphis, Paris, 2005.
  • Pharmacosmos, texte de Françoise Denoyelle, éditions Créaphis, Paris, 2005.
  • La Vie secrète du Louvre, textes de Véronique Maurus, éditions La Renaissance du Livre, Bruxelles, 2006.
  • Île Seguin, paysage avec figures absentes, texte de François Barré, Boulogne-Billancourt, 2007.
  • Urban landscapes, textes de François Barré, Thierry Paquot, entretien avec Jean-Luc Monterosso, co-édition Créaphis/Maison européenne de la photographie, Paris, 2008.
  • Les Trente Six Vues de la Sainte Victoire, texte de Peter Handke, préface de François Barré, éditions Gallimard, Paris, 2010.
  • La Fonderie Susse, l'inventaire & le lieu, préface de François Barré, texte d'Hélène Pinet, éditions Alternatives (Gallimard), Paris, 2015.
  • Cher Nicéphore... douze photographes écrivent à Nicéphore Niépce. Ouvrage collectif sous la direction de Sylvie Andreu, textes de François Cheval et Christian Caujolle, éditions Bernard Chauveau, Suresnes 2015.
  • Pour le jardin des serres d'Auteuil, préface de Jean-Yves Tadié; texte de Sophie Nauleau, éditions Alternatives (Gallimard), Paris, 2015.
  • La pente de la rêverie, préface de Vincent Gilles, poème de Victor Hugo, édition d’auteur, Paris, 2016.
  • Vanités, rites funéraires en pays Toraja, (bilingue Français, Anglais) préface de Philippe Bélaval, textes de Dana Rapport, Laurence Meiffret, Thierry Grillet, Jean-Louis Poitevin, édition d’auteur, Paris 2017.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Magnum, une agence et des hommes -, - Dieter Appelt -, - L'œil de la lettre - documentaires vidéo pour le Centre national de la photographie : 1990/1991.
  • Anselmi, un Hôtel de ville - film d'architecture, 35mm couleur dolby stéréo, 6 minutes, 1991.
  • La Nuit Louradour - documentaire sur le décorateur D.Louradour, 35 min couleur, 21 minutes, 1991.
  • Les Cathédrales gothiques d'Europe - série de 30 sujets (Béta S.P.) pour un CD-I, coproduction Caisse nationale des monuments historiques et sites, Kairos Vision, 1992.
  • Jean Henry, un collectionneur - documentaire sur la photographie, super 16 gonflé en 35mm couleur et noir et blanc, 13 minutes, avec la participation du Centre national de la photographie, de la Procirep et de la Mission audiovisuelle du ministère de la Culture, diffusion Antenne 2, 1992.
  • A comme Agathe - documentaire sur la galerie Agathe Gaillard, super 16 gonflé en 35mm couleur et noir et blanc, 14 minutes, avec la participation de Kodak, 1992.
  • De mémoire de pierres - documentaire sur la pierre et l'architecture, 35mm noir et blanc, 15 minutes, coproduction Fondation Royaumont, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1993.
  • Fragments - documentaire sur un conservateur du Métropolitain Museum of Art de N.Y., 16mm couleur, 26 minutes, production le Musée du Louvre, Artéfilin, 1994.
  • Les Nouvelles Salles de sculptures au Louvre -sujet pour le magazine Aux arts et caetera, Béta SP, 6 minutes, production Paris Première, le Musée du Louvre, diffusion Paris Première, 1994.
  • Les Demeures d’Apollon - documentaire sur la Galerie d'Apollon, 16mm couleur, 6 minutes, production le Musée du Louvre, Artéfilm, 1995.
  • Galerie de pierres - sujet pour le magazine Aux arts et caetera sur l'architecture extérieure du Louvre, Béta SP, 6 minutes, production Paris-Première et le Musée du Louvre, diffusion Paris Première, 1996.
  • Pisanello vu par jean Giono - documentaire sur ce peintre italien du XVIe siècle, 26 minutes, super 16 couleur, coproduction Les Films d'ici, Paris Première et le Musée du Louvre, diffusion Paris Première, 1996.
  • Pajou sculpteur du roi - documentaire sur ce sculpteur français du XVIIIe siècle, Béta SP, 26 minutes, coproduction Les Films d'lci, Paris-Première, le Métropolitan Muséum of N.Y. et le Musée du Louvre, diffusion Paris Première, . Édition d'une cassette vidéo par la Réunion des musées nationaux.
  • Francesco Salviati, le décor et la manière - documentaire sur le maniérisme Italien et sur ce peintre du Cinquecento, Béta numérique, 52 minutes, coproduction Les Films d'Ici, la Cinq, Paris Première et le Musée du Louvre; diffusion la Cinq, Paris Première, .

Édition d'une cassette vidéo par la Réunion des musées nationaux.

  • Bologne - dans la collection L'Écume des villes, documentaire sur la ville de Bologne à travers une série de rencontres, 52 minutes vidéo, coproduction Les Films d'ici, Paris Première; diffusion Paris Première, .

Édition d'une cassette vidéo par Montparnasse production.

  • Vivant Denon, l'œil de Napoléon - documentaire historique sur la politique culturelle de la Révolution à la fin de l'Empire, 52 minutes vidéo, coproduction, le Musée du Louvre, Paris Première, Artéfilm, avec le soutien de la fondation Napoléon; diffusion Paris Première, .

Édition d'une cassette vidéo par la Réunion des musées nationaux.

  • En suivant l'étoile, carnet de route , essai documentaire sur le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle, 26 minutes vidéo, Injam production, 2000.
  • Giacomo Carissimi, l'exercice du motet, documentaire sur les fresques de l'église du Saint Crucifix à Rome et sur la musique de Carissimi (captation d'un concert), 52 minutes vidéo, coproduction Mezzo, RAI, Injam production; diffusions la RAI et Mezzo printemps 2000.
  • Une ville, d'une rive à l'autre , documentaire sur le pont de Calatrava et sur les aménagements urbains dans Orléans, 26 minutes vidéo, coproduction Archipel 33, ARTE France, 2001.
  • Venise, dans la collection L'Écume des villes, documentaire sur la ville de Venise à travers une série de rencontres, 52 minutes vidéo, coproduction Les Films d'lci, Paris Première, RTBF; diffusions Paris Première, RTBF .

Édition d'une cassette vidéo par Montparnasse production.

  • Polyphonies corses, documentaire sur les traditions orales du chant polyphonique en Corse, 90 minutes béta numérique, coproduction France 3, Odyssé, Injam production, 2003.
  • Les Moulins de Normandie, documentaire sur les traditions du métier de meunier, 52 minutes vidéo, co-production Artefilms et Cytisen, 2004.
  • Contes et légendes corses, documentaire, 52 minutes vidéo, coproduction France 3, Odyssé, Injam production, 2006.

Articles sur l’œuvre de Jean-Christophe Ballot[modifier | modifier le code]

Plusieurs revues photographiques et journaux ont commenté le travail de Jean-Christophe Ballot, notamment : Arhitext, Chasseur d'images, Connaissance des arts, d'A, exporama, Flouor, Focus art, Images au centre, La Croix, Le Figaro, Le Photographe, L'Œil, IDEAT, Mois de la photo à Paris, Transphotographiques, Valeurs actuelles.

  • Cagnart, Jean-Jacques « Jean-Christophe Ballot, paysages urbains », in Chasseur d'images, no 304, Paris, , p. 60-71.
  • Caille, Emmanuel, « Damas, le décor d'une tragédie à venir.. », in d'A, no 203, Paris, , p. 17-21.
  • Canitrot, Armelle « Jean-Christophe Ballot, l'architecte-photographe », in La Croix, Paris, jeudi , p. 15.
  • Corty, Axelle, « Jean-Christophe Ballot, un voyant dans la ville », in Focus Art, Paris, 2008, p. 114-123.
  • Dubly, Sixtine, « La Ville, ce décor », IDEAT, , p. 22.
  • Hermange, Emmanuel, « Le Formes vernaculaires du sacré : un Parcours dans le Chinonais », in Images au centre, no 2, Blois, , p.16-23.
  • Jaubert, Alain « Jean-Christophe Ballot, Berlin, l'entrepôt », in Mois de la photo à Paris, Paris, 1988, p. 140-141.
  • Kaeppelin, Olivier, « Jean-Christophe Ballot, Thessalonique », in Mois de la photo à Paris, Paris, éditions Actes Sud, , p. 100-101.
  • La Hire, Gilles, « 10 questions à Jean-Christophe Ballot », in Chasseur d'images, no 348, Paris, , p. 78-80.
  • Le Figaro littéraire, « Villes avec vues », in Le Figaro, Paris, .
  • Le Goff, Hervé, Picto voir avec le regard de l'autre (1950-2010), Tours, éditions Actes Sud, 2010, p. 22, 98 et 180.
  • Le Goff, Hervé, « Jean-Christophe Ballot, une chambre en villes », in Le Photographe, no 1658, Paris, , p. 14-15.
  • Le Goff, Hervé, La photographie, Paris, éditions Cercle d'Art, p.7
  • Monterosso, Jean-Luc, « Le Corps et la ville dans l'œil des photographes », in d'a, no 174, Paris, juin/, 16-19.
  • Morel Journel, Guillemette « L'ile Seguin, mémoires d'intérieur », in amc, no 171, Paris, juin-, p. 58-59.
  • Morel Journel, Guillemette « Jean-Christophe Ballot, le Louvre », in Transphotographiques 4, Lille, 2004, p. 36.
  • Piguet, Philippe « Jean-Christophe Ballot, visions australiennes », in L'Œil, no 580, Paris, , p. 38.
  • Pons, Frédéric, « À la rencontre des dormeurs de Saint-Denis », in Valeurs actuelles, no 4084, Paris, 5 au , p. 78.
  • Radu, Magda « Arhitectul si fotograful », in Arhitext, Roumanie, , p. 68-77.
  • Ravache, Martine, « Jean-Christophe Ballot, méditations zen », in Connaissance des arts, hors série no 672, Paris, 2015.
  • Ravache, Martine, « Jean-Christophe Ballot, cityrama », in exporama, Paris, .
  • Surbranche, Estelle, « Dans la ville », in Flouor, Paris, , p. 44-45.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jean-Christophe Ballot (entretien avec Jean-Luc Monterosso), Urban Landscapes, Paris, Créaphis éditions, , 205 p. (ISBN 978-2-35428-010-9), p. 199
  2. a b et c Olivier Kaeppelin (texte), Divinatoire: Une révélation construite (photographies par Jean-Christophe Ballot), Paris, Filigranes Éditions, (ISBN 2-914381-38-7), p. 4
  3. a et b Jean-Christophe Ballot (trad. de l'allemand), Les Trente-six Vues de la Sainte-Victoire, Paris, Éditions Gallimard, , 127 p. (ISBN 978-2-07-012956-0), p. 123
  4. Domaine de Chaumont-sur-Loire, « Jean-Christophe Ballot au Domaine de Chaumont-sur-Loire », sur http://www.domaine-chaumont.fr/ (consulté le )
  5. Pascal Hoël, Une Collection, Maison européenne de la photographie, Arles, éditions Actes Sud, , p. 375
  6. (en + fr) Jean-Christophe Ballot, Urban Landscapes, Paris, Créaphis, (ISBN 978-2-35428-010-9)
  7. Guy Bennett et Béatrice Mousli, Beyond the Iconic : contemporary photographs of Paris, 1971-2003, Los Angeles, Angel City Press, , 160 p. (ISBN 978-1-883318-80-2), p. 36-48
  8. (fr + it) Guy Mandery, Sahel - Cappadoce (photographies par Jean-Christophe Ballot), Ravenna, Essegi edizioni, , Préface
  9. Maison Européenne de la Photographie, « Jean-Christophe Ballot Urban Landscapes, de Berlin à Shanghai », sur www.mep-fr.org
  10. Emmanuel Caille, « Damas, le décor d'une tragédie à venir », d'A, no 203,‎ , p. 17-21
  11. Artistik Rezo, « Mois de la photo 2014 : Thessalonique de Jean-Christophe Ballot - Point Rouge Gallery », sur http://www.artistikrezo.com/,
  12. (fr + ar) Délégation de l'Union Européenne en Algerie, Constantine, Regards Croisés, Alger, Délégation de l'Union européenne en Algérie, , 162 p.
  13. a et b Michel Laclotte, Le Louvre en métamorphose, Paris, éditions Créaphis, , p. 8
  14. Aurélien Conraux, « Jean-Christophe Ballot, l’œil du chantier », dans Richelieu : Quatre siècles d’histoire architecturale de Paris (eds. Conraux, A., Haquin, A.S. et Mengin, C.), Paris, Bibliothèque Nationale de France / Institut national d’histoire de l’art, (ISBN 978-2-7177-2565-0), p. 210
  15. Anne Sanciaud-Azanza (avant-propos), Mont Athos, par Jean-Christophe Ballot, Chaiers d'une exposition (avec une nouvelle de Jean-Louis Poitevin), Paris, Bibliothèque nationale de France, (ISBN 978-2-7177-2167-6), p. 7
  16. François Barré, Ile Seguin, Paysage avec figures absentes (photographies par Jean-Christophe Ballot), Boulogne-Billancourt, catalogue Espace Landowski, (ISBN 2-9524582-2-7), p. 37-38
  17. Henri Loyrette (préface), Le Louvre transfiguré (photographies de Jean-Christophe Ballot), Paris, Créaphis, (ISBN 2-913610-27-7), p. 6
  18. Guy Lobrichon (texte), Polyphonies (photographie par Jean-Christophe Ballot), Paris, éditions Créaphis, (ISBN 2-913610-40-4), p. 11
  19. Jean-Christophe Ballot, Diane, un mythe contemporain, Paris, éditions Créaphis,
  20. (en) Loyola University Museum of Modern Art, « Paris-Chicago: The Photography of Jean-Christophe Ballot », sur http://www.luc.edu/luma/
  21. Centre des monuments nationaux, « Jean-Christophe Ballot », sur http://www.regards.monuments-nationaux.fr/ (consulté le )
  22. Jean-Christophe Ballot, « Couple-miroirs », Mirabilia, n.5,‎ , p. 59-78
  23. Laurence Meiffret, Abbaye de Beauport (photographies de Jean-Christophe Ballot), Marval, , p. 4
  24. Laurence Meiffret, Beauport(s), Une Abbaye Littorale (photographies par Jean-Christophe Ballot), Album 1, Paris, éditions Créaphis, (ISBN 2-913610-76-5), p. 48-61
  25. En suivant l'étoile, carnet de route - essai documentaire sur le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle, 26 minutes vidéo, Injam production, 2000.
  26. Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la mer, L'observation photographie au service des politiques du paysage, Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature, , 195 p., p. 54-61
  27. Michel Racine, « Le paysage et son double » in L'eau grande (par Jean-Christophe Ballot), Paris, éditions Créaphis, , 103 p. (ISBN 2-913610-20-X), p. 17-23
  28. Jean-Christophe Ballot, Le Pays Ostréicole, La Rochelle, Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement de la Charente-Maritime, , 48 p. (ISBN 978-2-9515683-2-7 et 2-9515683-2-0)
  29. Martine Ravache, « Jean-Christophe Ballot, méditations zen », Connaissance des arts, no hors série n°672,‎
  30. Jean-Yves Tadié (préface), Sophie Nauleau (texte), Pour le jardin des serres d'Auteuil (photographies par Jean-Christophe Ballot), Paris, Éditions Gallimard, , 97 p. (ISBN 978-2-07-264818-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]