Johann Christian Brandes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean-Christian Brandes)
Johann Christian Brandes
Johann Christian Brandes.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Esther Charlotte Brandes (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Minna Brandes (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Johann Christian Brandes, nommé en français Jean-Christian Brandes (Stettin, - Berlin, ), est un auteur dramatique et comédien allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Acteur dès ses 18 ans, il joue au théâtre de Munich et de Hambourg (1785-1786) devenant le directeur du théâtre de Hambourg en 1786. Il quitte la scène en 1788 pour s'occuper d'écriture.

Sa femme Esther Charlotte Brandes (1746-1788) a été une célèbre actrice.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Brandes publie à Berlin en 1799 une auto-biographie romancée : Meine Lebensgeschichte[1], qui est traduite en français par Philippe Lebas et publiée à Paris en 1823 sous le titre Mémoires de Brandes, auteur et comédien allemand[2].

Il a écrit des comédies :

  • Der Schein betrügt (1767)
  • Der Gasthof, oder Trau, schau, wem! (1767)
  • Der Graf von Olsbach (1768)
  • Der geadelte Kaufmann (1769)

ainsi que des drames comme Rahel oder die schöne Judin, qui s'inspire d'une tragédie de García de la Huerta, Raquel, et d'une nouvelle de Jacques Cazotte, Rachel ou la Belle Juive[3].

Il écrit le livret de l'Ariadne auf Naxos mise en musique par Jiří Antonín Benda, et créée le à Gotha, puis en version française le à la Comédie-Italienne à Paris[4].

Esther Charlotte Brandes dans Ariane à Naxos, portrait de Anton Graff.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lire en ligne.
  2. Lire en ligne.
  3. Élie Lambert, « Alphonse de Castille et la Juive de Tolède », Bulletin Hispanique, t. 25, no 4,‎ , p. 371-394 (lire en ligne).
  4. (de) Constantin von Wurzbach, « Benda, Georg », dans Biographisches Lexikon des Kaiserthums Oesterreich, vol. 1, Vienne, L. C. Zamarski (lire sur Wikisource, lire en ligne), p. 261.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) August Förster, « Brandes, Johann Christian », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 3, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 243 f
  • (de) Kurt Gassen (de), « Brandes, Johann Christian », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), Berlin, Duncker & Humblot, (ISBN 3-428-00183-4, lire en ligne), vol. 2, p. 521-522.
  • (de) Joachim E. Hettler, J. C. Brandes - Landstreicher, Komödiant und Schauspieldirektor, Heidenheim, Heidenheimer Verlagsanstalt, .
  • Gunnar Müller-Waldeck (de), « Brandes, Johann Christian (1735–1799) », dans Biographisches Lexikon für Pommern, Cologne, Böhlau Verlag, (ISBN 978-3-412-20936-0), vol. 1, p. 41-43.
  • Ute Reich Cezeaux, Die Theaterlustspiele von J. C. Brandes im Übergang von Typenkomödie zu bürgerlichem Rührstück, Ann Arbor (Michigan), .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :