Jean-Charles Le Vasseur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Charles Le Vasseur
Image dans Infobox.
Portrait gravé de Jean-Charles Le Vasseur réalisé par Jean-Baptiste Greuze.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Charles Le Vasseur, né le à Abbeville et mort le à Paris, est un graveur et éditeur d'estampes français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille ancienne du comté de Ponthieu, Le Vasseur se destina, jeune encore, à la carrière des arts et vint à Paris, à l’âge de dix-neuf ans, étudier la gravure sous Jacques Firmin Beauvarlet puis Jean Daullé[1]. Cherchant à varier sa façon selon le style des divers peintres qui lui confièrent leurs tableaux, il traita successivement le Quos ego, d’après Lépicié ; la Continence de Scipion et les Adieux d’Hector et d’Andromaque, d’après Lemoine ; la Confiance d’Alexandre en son médecin Philippe, d’après Restout, etc[2].

Il a gravé un portrait de Marie-Antoinette en 1770, d'après des peintures de Joseph Kranzinger et Joseph Ducreux, qui a été publié peu après son mariage avec le Dauphin[3]. En 1771, il fut reçu à l’Académie royale avec Diane et Endymion, d’après Van Loo, comme morceau. Il produisit alors une grande quantité d’ouvrages, qui attestent la précision et l’énergie de son burin. Dessinateur habile, il forma de nombreux élèves qui sont devenus des maitres célèbres. Le peintre qui parait avoir eu sa préférence et dont il a reproduit plusieurs compositions, est Greuze, au nom duquel le sien est en quelque sorte associé. Il publie, entre autres, la Belle-mère, la Veuve de son curé, la Laitière, Thaïs ou la Belle pénitente, le Testament déchiré. Très ami avec lui, Le Vasseur, consola toujours Greuze dans les chagrins domestiques du peintre célèbre, qui voulut lui donner une preuve de son affection en faisant, comme gage de reconnaissance, son portrait, traité dans le genre flamand. Greuze était jusqu’alors peu connu dans le genre du portrait, mais celui de Le Vasseur[4], plein de vérité, de force et d’étude, est un de ses chefs-d’œuvre[2].

Doyen de l’Académie, Le Vasseur n’ambitionna jamais d’autre place que celle qu’il occupait. Étranger à toute intrigue, il rendit toujours justice au mérite de ses confrères et donna asile à des ecclésiastiques pendant la Révolution, qui lui enleva la plus grande partie de sa fortune. Le Vasseur n’en continua pas moins de travailler, attendant, en cultivant son art, des temps meilleurs pour mettre au jour ses dernières productions, au nombre desquelles sont : les Quatre Saisons de Collet et une Sainte Famille, de Raphaël Munge, dédiée, en 1814 au cardinal Talleyrand-Périgord. Dans son œuvre, on distingue principalement le Léonard de Vinci mourant dans les bras de François Ier, d’après Ménageot, et le Commerce, d’après Lemonnier[2].

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Jean-Charles Le Vasseur sur le site de la BnF. Consulté le 1er avril 2015.
  2. a b et c Mémorial universel : journal du Cercle des arts, p. 32-35.
  3. Le Vasseur, Jean-Charles, « Marie-Antoinette, en buste, de trois quarts à gauche, en robe garnie de dentelle, avec un noeud de ruban sur la poitrine, un éventail replié dans la main droite », sur Gallica, (consulté le ).
  4. Portrait de Le Vasseur par Greuze, dans Mémorial universel : journal du Cercle des arts, p. 32-35.
  5. « Musée Boucher-de-Perthes, La Jeunesse studieuse », notice no M0811000082, base Joconde, ministère français de la Culture
  6. « Musée Boucher-de-Perthes, Louis XVI », notice no M0811000089, base Joconde, ministère français de la Culture
  7. La Belle mère
  8. « L'amour paternel », notice no M0811000105, base Joconde, ministère français de la Culture
  9. « La Petite marchande de carpes », notice no M0811000095, base Joconde, ministère français de la Culture
  10. « La Sainte Famille », notice no M0811000114, base Joconde, ministère français de la Culture
  11. « La Famille du forgeron », notice no M0811000107, base Joconde, ministère français de la Culture
  12. « Les différents génies de la sculpture », notice no M0811000116, base Joconde, ministère français de la Culture
  13. La Continence de Scipion
  14. « L'Abbé d'Olivet », notice no M0347001688, base Joconde, ministère français de la Culture
  15. Epithalame dédié à son altesse royale Monseigneur le comte d'Artois
  16. Bienfaisance du roy
  17. Neptune calmant les flots
  18. Le Transport des filles de joie à l’hôpital
  19. Le Passe-temps des soldats
  20. Vénus sur les eaux
  21. Les Fruits du ménage
  22. L'Amour sur les eaux
  23. La Mort d'Adonis
  24. Le Commerce
  25. Le Testament déchiré
  26. Diane changeant Actéon en cerf
  27. La Laitière
  28. L'Amérique indépendante
  29. Les Citrons de Javotte

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Mémorial universel : journal du Cercle des arts, t. 7, Paris, Firmin-Didot, (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bénézit
  • Recueil de l'œuvre de Jean-Charles Le Vasseur, BnF, Paris, département des Estampes et de la Photographie
  • Annonces, 1757-1796
  • Emile Delignières, Catalogue raisonné de l'œuvre gravé de Jean-Charles Le Vasseur, 1866
  • Roger Portalis et Henri Béraldi, Les graveurs du dix-huitième siècle, 1880-1882
  • Jacques Lethève et Françoise Gardey, BnF Estampes, Inventaire du fonds français après 1800, 1967, Tome XIV, Lepan-Lys, p. 226

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :