Jean-Charles Falardeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Falardeau.
Jean-Charles Falardeau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Charles Falardeau est un sociologue et universitaire québécois né le à Québec et décédé dans la même ville le .

Parcours[modifier | modifier le code]

Il fait ses études classiques à Montréal au Collège Sainte-Marie et au Collège Jean-de-Brébeuf, puis à Québec au Petit Séminaire de Québec. Il obtient une licence en sociologie et une licence en philosophie de l'Université Laval en 1941. Après deux années d'études universitaires spécialisées en sociologie à l'Université de Chicago (1941-1943) avec des maîtres qui le marqueront dont Louis Wirth, Herbert Blummer, Robert Redfield et Everett C. Hughes. Jean-Charles Falardeau devient professeur à la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval (1943-1981). Il est aussi directeur adjoint du Centre de recherches sociales de l'Université Laval (1951-1961). Il obtient un doctorat en sociologie de l'Université Laval en 1972[1],[2],[3].

« Le nom de Jean-Charles Falardeau est un véritable symbole de l'accès du Québec à la modernité. Premier sociologue québécois à exercer officiellement sa profession, il introduit, en quelque sorte, le mode de pensée scientifique chez les intellectuels canadiens-français, dont il se démarque, dès 1943, affirmant qu'il faut désormais penser la société en deçà de la théologie et au-delà du nationalisme[4]. »

Honneurs[modifier | modifier le code]

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Bibliographie de Jean-Charles Falardeau », Recherches sociographiques, vol. 23, no 3,‎ , p. 429-437 (lire en ligne [PDF])
  • Jean-Charles Falardeau, Sociologie du Québec en mutation : aux origines de la Révolution tranquille (Collectif. Introduction et choix de textes), Simon Langlois et Robert Leroux, PUL, , 334 p. (ISBN 9782763716565)
    (Extrait de la notice descriptive de l’ouvrage. « Moins connus que ses écrits en sociologie de la littérature, les textes réunis dans cet ouvrage ont conservé une grande pertinence pour comprendre et interpréter l’avènement de la Révolution tranquille. Y sont rassemblés 24 articles portant sur les thèmes que Falardeau a traités dans la première moitié de sa carrière universitaire»[5].
  • Simon Langlois, « Jean-Charles Falardeau, sociologue et précurseur de la Révolution tranquille », Les Cahiers des dix, no 66,‎ , p. 201-268
    L’accès en ligne à cet article est réservé aux abonnés[6].
  • Marcel Fournier, « Jean-Charles Falardeau (1914-1989), sociologue et universitaire », Sociologie et sociétés, Les Presses de l’Université de Montréal, vol. 21, no 1,‎ , p. 205-207 (lire en ligne [PDF])
  • Imaginaire social et représentations collectives. Mélanges offerts à Jean-Charles Falardeau (Collectif), Fernand Dumont et Yves Martin, PUL, , 441 p. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]